Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le budésonide en gélule appartient à la classe des médicaments appelés corticostéroïdes. Il s'utilise dans le traitement de la maladie de Crohn, trouble inflammatoire de l'intestin. Il est utilisé dans les cas légers et modérés. Il réduit l'inflammation de l'intestin et du côlon. Ce médicament prend de 2 à 4 semaines avant d'exercer son plein effet.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque capsule de gélatine dure à libération contrôlée composée de 2 parties, une partie gris pâle opaque et une partie rose opaque, et portant l'inscription « CIR » au-dessus de « 3 mg » en encre noire, contient 3 mg de budésonide micronisé. Ingrédients non médicinaux : citrate d'acétyltributyle, diméthicone, éthylcellulose, gélatine, oxyde de fer, copolymère d'acide méthacrylique, polysorbate 80, laurisulfate de sodium, sphères de sucre (saccharose et amidon de maïs), talc, dioxyde de titane et citrate d'éthyle.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée pour adulte lors d'une poussée de la maladie de Crohn est 9 mg pris 1 fois par jour le matin avant le déjeuner pendant 8 semaines au plus.

Après la période initiale d'un traitement de 8 semaines, et une fois les symptômes maîtrisés, la dose d'entretien quotidienne recommandée pour un adulte est 6 mg pris 1 fois par jour le matin avant le déjeuner pendant une période pouvant s'étendre jusqu'à 3 mois.

Les gélules doivent s'avaler avec de l'eau, sans croquer ni mâcher et ni coupées ni écrasées non plus. Une personne qui prend ce médicament ne devrait pas boire de jus de pamplemousse ni manger de pamplemousse de façon régulière parce que cela pourrait augmenter la quantité de budésonide absorbée par l'organisme et accroître le risque d'effets secondaires.

Si vos symptômes sont maîtrisés au bout de 3 mois, votre médecin pourrait vous suggérer de cesser graduellement la prise de ce médicament en réduisant la dose sur une période de 2 à 4 semaines. Suivez de près les directives du médecin.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante dans son contenant d'origine, à l'abri de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le budésonide ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au budésonide ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une infection d'origine bactérienne, fongique ou virale;
  • une tuberculose active.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une indigestion .

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l'acné;
  • une vue trouble;
  • une dépression;
  • un visage plus arrondi ou une enflure du visage;
  • des émissions d'urine fréquentes;
  • des maux de tête;
  • une soif accrue;
  • des problèmes menstruels;
  • des sautes d'humeur;
  • des crampes musculaires;
  • une faiblesse musculaire;
  • un état de nervosité;
  • des palpitations (des battements de cœur rapides ou forts);
  • des lignes d'un violet rougeâtre sur les bras, le visage, l'aine, les jambes ou le tronc;
  • une éruption cutanée ou de l'urticaire;
  • une croissance ralentie (pour les enfants); 
  • une enflure des pieds ou du bas des jambes;
  • des symptômes liés à un faible taux de potassium (par ex. des crampes musculaires);
  • un amincissement de la peau;
  • des tremblements ou des tremblements accusés;
  • des troubles du sommeil;
  • une augmentation inhabituelle de la pilosité;
  • un gain de poids (rapide);
  • une plaie qui ne guérit pas.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une réaction allergique grave (de l'urticaire, de la difficulté à respirer ou une enflure du visage, de la langue ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Affection et chirurgie : les personnes qui prennent ce médicament ou qui ont pris d'autres corticostéroïdes (par ex. la prednisone) au cours des derniers mois pourraient avoir besoin d'une plus forte dose de corticostéroïde durant les périodes de stress inhabituel (un traumatisme, une intervention chirurgicale ou une infection).

Affections médicales : les personnes qui observent les problèmes de santé ci-après devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

  • une maladie cardiaque aiguë;
  • une cataracte (ou des antécédents familiaux de cataractes);
  • la varicelle;
  • une diverticulite;
  • un glaucome (ou des antécédents familiaux de glaucome);
  • une pression artérielle élevée;
  • des troubles rénaux;
  • la rougeole;
  • des troubles de la santé mentale;
  • une myasthénie grave;
  • une hyperthyroïdie;
  • la rubéole;
  • des ulcères d'estomac;
  • une thrombophlébite (un caillot de sang dans une veine).

Corticostéroïdes : si vous prenez des corticostéroïdes, ou si vous en avez pris récemment, informez-en tous les médecins que vous consultez.

Diabète : les corticostéroïdes – comme le budésonide – peuvent faire grimper le taux de sucre sanguin. Il se pourrait que les personnes atteintes de diabète aient à vérifier leur taux de sucre sanguin plus souvent durant la prise de ce médicament. Si vous êtes atteint de diabète ou si vous êtes prédisposé au diabète, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Infections : quand il est pris par la bouche, le budésonide peut masquer certains signes d'une infection et augmenter la susceptibilité aux infections. Quand les personnes qui suivent un traitement par les corticostéroïdes contractent des infections virales comme la varicelle, la rougeole ou l'herpès, elles ont tendance à être plus graves. Les enfants et les adultes qui n'ont pas eu ces affections doivent veiller à ne pas s'y exposer.

Ostéoporose : l'utilisation à long terme de corticostéroïdes peut augmenter le risque de perte osseuse et d'ostéroporose. Si votre médecin vous recommande de prendre ce médicament pendant une période de temps prolongée, demandez-lui quels suppléments utiliser et quelles stratégies employer pour ralentir et réduire la perte osseuse.

Problèmes d'estomac et d'intestins : quand il est pris par la bouche, le budésonide peut causer des brûlures d'estomac ou même des ulcères d'estomac. Si vous avez ressenti une gêne gastrique ou observé des signes de saignement de l'estomac (des selles noires et goudronneuses) informez-en votre médecin. Les personnes atteintes de problèmes gastriques et intestinaux (par ex. un blocage, une infection) devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes du foie : si vous avez une cirrhose, votre médecin pourrait vous suive de plus près pour détecter certaines réactions indésirables. Les personnes ayant une fonction hépatique réduite devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur état pathologique, comment leur état pathologique pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Utilisation des stéroïdes : si vous prenez ou si vous avez pris un médicament stéroïdien par voie orale (par ex. la prednisone) au cours des quelques derniers mois, consultez votre médecin avant d'utiliser ce médicament. Si vous ressentez de la fatigue, des maux de tête, de la nausée ou des vomissements pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : le budésonide passe dans le lait maternel. Si vous employez le budésonide pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le budésonide (gélules) et l'un des agents ci-après :

  • l'acétate d'abiratérone;
  • l'aldesleukine;
  • l'amiodarone;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • les antiacides (par ex. l'hydroxyde d'aluminium, le carbonate de calcium, l'hydroxyde de magnésium);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • l'aprépitant;
  • le bicalutamide;
  • le bocéprévir;
  • le colésévélam;
  • le conivaptan;
  • le crizotinib;
  • la cyclosporine;
  • le déférasirox;
  • le denosumab;
  • la désipramine;
  • la dronédarone;
  • l'échinacée;
  • l'hyaluronidase;
  • l'imatinib;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • le jus de pamplemousse;
  • le léflunomide;
  • le lomitapide;
  • le métronidazole;
  • la néfazodone;
  • la norfloxacine;
  • le pimécrolimus;
  • le siméprévir;
  • le tacrolimus;
  • le télaprévir;
  • la tétracycline;
  • les vaccins.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.