Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'aprépitant appartient à la classe des médicaments appelés antagonistes des récepteurs de la neurokinine 1 (NK1). Il se prend en même temps que des médicaments appelés antagonistes 5-HT3 (comme l'ondansétron et le granisétron) et la dexaméthasone, pour prévenir la nausée et les vomissements provoqués par certains types de chimiothérapie. Il agit en bloquant la neurokinine, une substance du cerveau qui cause la nausée et les vomissements.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Capsules

80 mg
Chaque gélule de gélatine dure, blanche, opaque, imprimée radialement « 461 » et « 80 mg » à l'encre noire, contient 80 mg d'aprépitant. Ingrédients non médicinaux : hydroxypropylcellulose, cellulose microcristalline, laurylsulfate de sodium et saccharose; enveloppe de la capsule : dioxyde de titane et gélatine.

125 mg
Chaque gélule de gélatine dure, opaque, au corps blanc et à la coiffe rose, imprimée radialement « 462 » et « 125 mg » à l'encre noire, contient 125 mg d'aprépitant. Ingrédients non médicinaux : hydroxypropylcellulose, cellulose microcristalline, laurylsulfate de sodium et saccharose; enveloppe de la capsule : gélatine, oxyde de fer rouge, dioxyde de titane et oxyde de fer jaune.

Tri-pack

L'emballage contient 2 gélules à 80 mg et 1 gélule à 125 mg.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée d'aprépitant est 125 mg pris 1 heure avant la chimiothérapie et 80 mg pris quotidiennement 1 fois par jour le matin, pendant les 2 jours qui suivent la chimiothérapie.

L'aprépitant se prend avec ou sans aliments. On ne doit pas le prendre pendant plus de 3 jours consécutifs de chaque cycle de chimiothérapie.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, communiquez avec votre médecin pour obtenir des directives.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'aprépitant dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'aprépitant ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la prise simultanée d'un des médicaments ci-après : le pimozide, la terfénadine, l'astémizole ou le cisapride.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une douleur abdominale;
  • une altération des sensations gustatives;
  • de la constipation;
  • une diarrhée;
  • des étourdissements;
  • une sécheresse de la bouche;
  • de la fatigue;
  • des bouffées de chaleur;
  • des maux de tête;
  • des brûlures d'estomac;
  • le hoquet;
  • une perte d'appétit;
  • des crampes musculaires;
  • un dérangement d'estomac;
  • des vomissements;
  • de la faiblesse.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • un état anxieux;
  • une fièvre;
  • une pression artérielle basse;
  • une sudation accrue;
  • une sensation douloureuse de brûlure au moment d'uriner;
  • une rougeur et des démangeaisons oculaires accompagnées d'écoulement;
  • un tintement dans les oreilles;
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une éruption cutanée importante, une démangeaison, une enflure des mains et des pieds;
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. une difficulté respiratoire; de l'urticaire; une boursouflure du visage; une enflure des yeux, des lèvres, de la langue ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Contraception : ce médicament peut réduire l'efficacité des pilules contraceptives pendant qu'il est pris, et pendant les 28 jours qui suivent l'arrêt de sa prise. Utilisez une méthode de contraception complémentaire pendant le traitement et pendant le mois qui suit la dernière dose d'aprépitant.

Prise d'autres médicaments : l'aprépitant peut causer un grand nombre d'interactions médicamenteuses, surtout avec les médicaments qui se dégradent dans le foie et avec un médicament anticoagulant appelé warfarine (référez-vous à la section « D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament? »). Votre médecin vous suivra de près si vous prenez l'un de ces médicaments.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si l'aprépitant passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'aprépitant et l'un des médicaments ci-après :

  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosin, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amiodarone;
  • les anticancéreux (par ex. le cabazitaxel, le docétaxel; la doxorubicine; l'etoposide, l'ifosfamide, l'irinotécan, la vincristine);
  • l'aripiprazole;
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • l'astémizole;
  • l'axitinib;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le pentobarbital, le phénobarbital);
  • les benzodiazépines (par ex. le chlordiazépoxide, le clonazépam, le diazépam, le lorazépam);
  • le bisoprolol;
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • le bosutinib;
  • le budésonide;
  • la buprénorphine;
  • la buspirone;
  • le calcitriol;
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
  • la carbamazépine;
  • le célécoxib;
  • la chloroquine;
  • le chlorpropamide;
  • le cisapride;
  • la colchicine;
  • le conivaptan;
  • les corticostéroïdes oraux (par ex. la dexaméthasone, l'hydrocortisone, la prednisone);
  • la cyclosporine;
  • la dapsone;  
  • le dasatinib;
  • le déférasirox;
  • la dexaméthasone;
  • le diclofénac;
  • le disopyramide;
  • l'erlotinib;
  • les œstrogènes (par ex. l'œstrogène conjugué, l'œstradiol, l'éthinylœstradiol);
  • l'éthosuximide;
  • l'évérolimus;
  • le felbamate;
  • le fentanyl;
  • la flutamide;
  • l'acide fusidique;
  • les antidiabétiques « gliptine », (par ex. la linagliptine, la saxagliptine, la sitagliptine);
  • le jus de pamplemousse;
  • l'halopéridol;
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs de la protéase d'VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les contraceptifs oraux;
  • l'imatinib;
  • le lapatinib;
  • la lidocaïne;
  • le losartan;
  • la lurasidone;
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
  • le maraviroc;
  • la méfloquine;
  • la mestranol;
  • la méthadone;
  • la méthylprednisolone;
  • le métronidazole;
  • la mifepristone;
  • la mirtazapine;
  • le modafinil;
  • le montelukast;
  • le natéglinide;
  • la néfazodone;
  • le nilotinib;
  • les dérivés nitrés (par ex. le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • la norfloxacine;
  • l'oxcarbazépine;
  • l'oxycodone;
  • le pazopanib;
  • la phénytoïne;
  • le pimécrolimus;
  • le pimozide;
  • le praziquantel;
  • la primidone;
  • les progestatifs (par ex. le diénogest, le lévonorgestrel, la médroxyprogestérone, la noréthindrone);
  • les inhibiteurs de la pompe à protons (par ex. le lansoprazole, l'oméprazole);
  • la quétiapine;
  • la quinidine;
  • la quinine;
  • le répaglinide;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • le romidepsine;
  •  le millepertuis;
  • le salmétérol;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la duloxétine, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline);
  • le sildénafil;
  • le siméprévir;
  • le sirolimus;
  • le stiripentol;
  • les antibiotiques « sulfa » (par ex. le sulfaméthoxazole, la sulfadiazine);
  • les médicaments hypoglycémiants oraux de la classe des sulfonamides (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide);
  • le tacrolimus;
  • le tamoxifène;
  • le temsirolimus;
  • le téniposide;
  • la terfénadine;
  • la tétracycline;
  • la théophylline;
  • le ticagrélor;
  • la ticlopidine;
  • le tocilizumab;
  • la toltérodine;
  • le tolvaptan;
  • la trabectédine;
  • le tramadol;
  • la trazodone;
  • les antidépresseurs tricycliques (par ex. l'amitriptyline, la clomipramine, la désipramine, l'imipramine);
  • le triméthoprime;
  • la troléandomycine;
  • l'ulipristal;
  • la venlafaxine;
  • la warfarine;
  • le zafirlukast;
  • le zolpidem;
  • la zopiclone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.