Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'oxaliplatine appartient au groupe de médicaments qui combattent le cancer et que l'on appelle antinéoplasiques, elle se classe plus précisément dans le groupe d'antinéoplasiques désignés composés de platine. L'oxaliplatine prévient la croissance des cellules cancéreuses en parasitant l'action du matériel génétique (ADN) qui est nécessaire à leur reproduction.

L'oxaliplatine s'utilise en association avec d'autres médicaments contre le cancer pour soigner le cancer colorectal métastatique (c.-à-d. un cancer colorectal qui s'est étendu). On l'utilise également pour traiter le cancer du côlon chez les personnes qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur. Elle s'utilise en association avec le 5-fluorouracile (5-FU) et la leucovorine (LV).

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Solution pour injection

Chaque flacon de verre transparent à usage unique, muni d'un bouchon-couronne gris qui s'ouvre par soulèvement, renferme 50 mg, 100 mg ou 200 mg d'oxaliplatine sous forme de solution aqueuse stérile, sans agent de conservation et d'une concentration de 5 mg par mL. Ingrédients non médicinaux : eau pour injection, U.S.P.

Poudre lyophilisée pour injection

50 mg
Chaque flacon de verre transparent à usage unique, muni d'un bouchon gris et d'une bague avec opercule rabattable, renferme 50 mg d'oxaliplatine sous forme de poudre lyophilisée stérile, sans agent de conservation, nécessitant une reconstitution. Ingrédient non médicinal : lactose monohydraté.

100 mg
Chaque flacon de verre transparent à usage unique, muni d'un bouchon gris et d'une bague avec opercule rabattable, renferme 100 mg d'oxaliplatine sous forme de poudre lyophilisée stérile, sans agent de conservation, nécessitant une reconstitution. Ingrédient non médicinal : lactose monohydraté.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose recommandée varie selon la masse corporelle et elle est ajustée si des effets secondaires se produisent. L'oxaliplatine est injectée par un médecin ou par un professionnel de la santé sous la surveillance directe d'un médecin.

L'oxaliplatine se donne en perfusion intraveineuse (injectée lentement dans une veine pendant une période de plusieurs heures). Il est habituellement injecté dans une veine à partir d'un site d'administration qui a été préparé à cet effet sur la peau. Le médicament est habituellement donné 1 fois toutes les 2 semaines et fait partie d'un schéma thérapeutique qui comporte d'autres médicaments contre le cancer.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Il importe de se conformer au schéma thérapeutique prescrit par votre médecin. Il se pourrait que votre médecin recommande un schéma posologique différent de celui qui est décrit ici. Ce médicament doit être manipulé avec les plus grandes précautions. Il est toujours donné dans un hôpital, ou dans un milieu semblable, où il est possible d'avoir accès à un équipement stérile pour préparer la solution.

Avant de recevoir votre dose d'oxaliplatine, vous aurez peut-être besoin de prendre un médicament qui atténuera les symptômes de nausée que ce médicament pourrait causer. Votre médecin vous indiquera quel médicament prendre et pour combien de temps.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'oxaliplatine dans les circonstances ci-après :

  • une sensibilité ou une allergie à l'oxaliplatine ou à l'un des ingrédients de ce médicament;
  • une sensibilité ou une allergie à des composés contenant du platine (comme le cisplatine);
  • une fonction rénale gravement réduite;
  • une grossesse ou l'allaitement au sein.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une altération des sensations gustatives;
  • une constipation;
  • une diarrhée;
  • une douleur au lieu d'injection;
  • le hoquet;
  • de la fatigue;
  • des lésions dans la bouche;
  • des nausées et des vomissements;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de cheveux;
  • des symptômes d'altération des nerfs (comme des picotements ou un engourdissement dans les mains et les pieds, une faiblesse musculaire ou des sensations inaccoutumées).

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des anomalies du champ visuel;
  • des battements de cœur irréguliers, des étourdissements ou un évanouissement;
  • une diarrhée persistante (une diarrhée qui semble durer);
  • des douleurs articulaires;
  • une pression artérielle élevée;
  • une sensation de picotement ou d'engourdissement des mains et des pieds ou une faiblesse musculaire qui nuit aux activités quotidiennes (pour se boutonner les vêtements, pour avaler ou marcher, par exemple).
  • des signes attribuables à de l'anémie (faible numération de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, de l'essoufflement);
  • des signes attribuables à des lésions musculaires (par ex. de la douleur ou de la sensibilité musculaire ou de la faiblesse ou l'apparence brunâtre ou décolorée de l'urine);
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement);
  • des signes d'un caillot sanguin dans le bras ou la jambe (une douleur à la pression, de la douleur, une enflure, de la chaleur ou une rougeur dans le bras ou la jambe), ou dans les poumons (une difficulté respiratoire, une douleur thoracique vive qui est accentuée par l'inspiration, de la toux, du sang dans les crachats, une sudation excessive ou un évanouissement);
  • des signes de problèmes rénaux (par ex. une émission de l'urine accrue la nuit, une diminution de la production d'urine, du sang dans l'urine);
  • des signes d'un saignement (par ex. un saignement du nez, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des symptômes de troubles hépatiques (comme le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau, une douleur abdominale, une perte de l'appétit, des selles claires, une démangeaison cutanée, ou une urine sombre);
  • une toux persistante (une toux qui ne semble pas vouloir disparaître);
  • des vomissements persistants (des vomissements qui semblent durer).

Sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'une réaction allergique grave (comme une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une boursouflure du visage ou une enflure de la gorge);
  • des symptômes de saignements gastro-intestinaux (ayant un rapport avec l'estomac ou l'intestin, comme du sang dans les selles, des selles noirâtres et goudronneuses, une toux ou des vomissements produisant du sang ou une matière qui ressemble à du marc de café, une douleur abdominale, un essoufflement et de la faiblesse ou de la fatigue);
  • des symptômes de troubles pulmonaires (comme de la toux, un essoufflement ou une respiration sifflante).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anémie : l'oxaliplatine peut provoquer une baisse du nombre de globules rouges. Si vous ressentez des symptômes attribuables à une réduction du nombre de globules rouges (l'anémie) comme un essoufflement, une fatigue inusitée ou une peau pâle, communiquez le plus tôt possible avec votre médecin.

Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître le nombre de certains types précis de cellules sanguines, notamment de globules rouges présents dans votre sang.

Caillots de sang : l'utilisation de ce médicament peut augmenter le risque de formation de caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins, provoquant ainsi une réduction de la circulation sanguine vers les organes ou les membres.

Si vous avez des antécédents de coagulation, informez-en votre médecin, car vous pourriez courir un risque accru d'avoir des problèmes liés à des caillots de sang comme une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des caillots dans les veines profondes d'une jambe. Discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vous ressentez des symptômes comme une douleur vive et une enflure de la jambe, de la difficulté à respirer, une douleur thoracique, une vue brouillée ou de la difficulté à parler, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Saignement : ce médicament peut jouer un rôle dans la diminution du nombre de plaquettes dans le sang. Les plaquettes participent à la coagulation du sang, et vous pourriez saigner plus facilement si elles étaient en trop faible nombre. Avertissez votre médecin si vous remarquez des signes de ralentissement de la coagulation. De tels symptômes pourraient comporter des selles noirâtres et goudronneuses, du sang dans l'urine, l'apparition d'ecchymoses aux moindres traumatismes, ou des coupures qui n'arrêtent pas de saigner.

Le froid : une exposition au froid peut causer un fourmillement, des picotements, ou des sensations anormales dans les mains, les pieds, la bouche ou la gorge. Le froid peut aussi causer une sensation de serrement dans la gorge ou une sensation d'oppression thoracique.

Pour diminuer le risque de subir ces désagréments, évitez de vous exposer au froid et de toucher des objets froids. Par exemple, abstenez-vous de prendre des boissons froides et de mettre des glaçons dans vos boissons. Ne placez pas de vessies de glace sur votre corps et ne réglez pas les commandes de votre climatiseur à une température trop basse. Au cours d'une exposition à l'air froid, ne respirez pas profondément. Portez des gants, si vous sortez des aliments du congélateur ou réfrigérateur.

Somnolence ou vigilance réduite : l'oxaliplatine peut causer des étourdissements, des troubles de la vision et une perte de l'équilibre. Évitez de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines jusqu'au moment où vous aurez déterminé l'effet de ce médicament sur vos capacités de réaction mentale.

Problèmes gastrointestinaux (estomac et intestins) : l'utilisation de l'oxaliplatine peut, rarement, provoquer une perforation dans l'estomac ou les intestins. Si vous ressentez une douleur abdominale intense, si vous êtes fiévreux, si vous vomissez ou si vos selles deviennent noires et d'aspect goudronneux, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Rythme cardiaque : l'oxaliplatine peut provoquer des changements dans le rythme cardiaque normal, notamment l'anomalie appelée prolongation du segment QT. Cette prolongation est un trouble grave qui met la vie en danger et peut causer un évanouissement, des convulsions et la mort subite. Si vous êtes prédisposé à des problèmes du rythme cardiaque (par ex. si vous êtes atteint d'insuffisance cardiaque, si vous faites de l'angine, ou si vos taux de potassium ou de magnésium sont peu élevés), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Infection : non seulement ce médicament tue les cellules cancéreuses, mais il peut faire chuter le nombre de cellules qui combattent l'infection dans le corps (les globules blancs). Évitez tout contact avec les personnes qui ont des affections contagieuses et signalez à votre médecin tout signe précurseur d'une infection, comme une fièvre, ou des frissons.

Communiquez avec votre médecin immédiatement si vous observez des signes d'une infection, comme une fièvre, des frissons, une diarrhée aiguë, un essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, de la raideur dans le cou, une perte de poids ou un manque d'énergie. Votre médecin demandera des analyses de sang régulièrement pour surveiller le nombre des différents types de cellules sanguines.

Fonction rénale : l'utilisation de l'oxaliplatine peut nuire à la fonction rénale. Si vous subissez des signes attribuables à une réduction de la fonction rénale, comme une réduction de votre production d'urine, une accumulation de liquide ou une enflure des chevilles, des pieds ou des mains, de la fatigue ou une douleur abdominale, communiquez dès que possible avec votre médecin.

En cas de diminution de la fonction rénale, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction hépatique : l'oxaliplatine peut réduire la fonction hépatique. En cas de troubles hépatiques, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique. Votre médecin surveillera votre fonction hépatique par des analyses de sang qu'il prescrira régulièrement pendant que vous employez ce médicament.

Si vous observez la survenue de symptômes de troubles hépatiques comme de la fatigue, une sensation de malaise, une perte de l'appétit, de la nausée, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine foncée, des selles claires, une douleur abdominale, ou une enflure et une démangeaison cutanée, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Troubles pulmonaires : l'utilisation de ce médicament peut causer des problèmes pulmonaires, notamment une pneumopathie interstitielle, qui provoquent des difficultés respiratoires. Si vous avez une toux persistante, si vous ressentez de l'essoufflement, ou une difficulté respiratoire, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible.

Analyses médicales : pendant que vous êtes sous traitement par l'oxaliplatine, votre médecin recommandera des analyses de sang régulières pour surveiller la santé de votre foie, de vos reins et de vos cellules sanguines. Vous subirez régulièrement des examens neurologiques pour surveiller la santé de votre système nerveux.

Neuropathie : une neuropathie, ou altérations des nerfs, peut se produire pendant que vous êtes sous traitement par l'oxaliplatine. Si vous ressentez des symptômes d'atteintes aux nerfs (comme des picotements ou un engourdissement dans les mains, les pieds, ou la gorge, une faiblesse musculaire, ou des sensations inaccoutumées qui influent sur vos activités quotidiennes), communiquez avec votre médecin. Ces symptômes sont habituellement temporaires, mais ils peuvent se prolonger à long terme. Bien que cette complication soit peu fréquente, certaines personnes subissent un type de neuropathie qui provoque une sensation de tension ou d'inconfort dans la gorge. Ce symptôme disparaît habituellement après quelques minutes. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Syndrome d'encéphalopathie réversible postérieure : on a signalé que ce médicament pouvait, très rarement, provoquer un problème cérébral réversible appelé SERP (syndrome d'encéphalopathie réversible postérieure). Si vous subissez une convulsion ou des maux de tête, de la faiblesse, de la confusion, une perte de vision ou d'autres changements visuels pendant que vous prenez ce médicament, consultez immédiatement un médecin.

Grossesse : des malformations congénitales pourraient survenir si un homme ou une femme reçoit de l'oxaliplatine au moment de la conception, ou si une femme l'utilise durant une grossesse. Les hommes et les femmes en mesure de procréer doivent utiliser une méthode efficace de contraception pendant qu'ils utilisent ce médicament. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Les hommes ne doivent pas engendrer un enfant pendant le traitement ni pendant les 6 mois qui suivent la prise d'oxaliplatine.

Allaitement : on ignore si l'oxaliplatine passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Les femmes qui allaitent ne devraient pas utiliser ce médicament.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'oxaliplatine et l'un des agents ci-après :

  • l'amphotéricine B;
  • le BCG;
  • le bupropion;
  • la clozapine;
  • le denosumab;
  • l'échinacée;
  • le léflunomide;
  • les autres médicaments servant à traiter le cancer (par ex. le cabazitaxel, le docétaxel, le topotécan);
  • la phénytoïne;
  • le tacrolimus;
  • les vaccins;
  • la warfarine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.