Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le leuprolide est un médicament qui a été conçu pour simuler les actions de la gonadolibérine (gn-RH ou hormone de libération de la lutéinostimuline ou LH-RH), hormone libérée par l'hypothalamus dans le cerveau. L'hypothalamus se sert de la gn-RH pour envoyer des messages à l'hypophyse dans le cerveau. Cette petite glande les transmet ensuite aux ovaires des femmes et aux testicules des hommes. C'est ainsi que ces organes sont avisés de produire les hormones sexuelles œstrogène (pour les femmes) et testostérone (pour les hommes). Normalement, la gn-RH provient de l'hypothalamus sur un rythme pulsatile et entraîne la production d'œstrogène ou de testostérone. Si la gn-RH provenait de l'hypothalamus d'une façon continue (plutôt que par « pulsations »), l'effet contraire se produirait, et la production d'hormones serait « coupée ». C'est ce que le leuprolide accomplit.

Dans certains cas de cancer de la prostate, la testostérone accélère l'évolution du cancer. Le leuprolide s'utilise pour soigner un cancer de la prostate avancé. Il aide à traiter le cancer de la prostate en diminuant la quantité de testostérone dans le sang.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Eligard à 7,5 mg (1 fois par mois) (10,2 mg d'acétate de leuprolide par seringue)

Eligard à 7,5 mg (1 fois par mois) est fourni sous forme de 2 seringues distinctes et stériles préremplies dont les contenus sont mélangés immédiatement avant d'être administrés. Les 2 seringues sont fixées l'une à l'autre et les produits pour la dose unique sont mélangés jusqu'à l'obtention d'une solution homogène. Une seringue contient le dispositif d'administration Atrigel et l'autre contient l'acétate de leuprolide. Le dispositif d'administration Atrigel est une formulation polymérique (sans gélatine) composée à 34 % de poly (DL-lactide-co-glycolide) (PLG) biodégradable et à 66 % d'un solvant biocompatible, la N-méthyl-2-pyrrolidone (NMP). Le PLG est un copolymère à ratio molaire 50:50 de DL-lactide et de glycolide comportant des groupes terminaux carboxyle. La deuxième seringue, prévue pour fournir 7,5 mg d'acétate de leuprolide lors de l'injection sous-cutanée, contient 10,2 mg d'acétate de leuprolide lyophilisé.

Eligard à 7,5 mg (1 fois par mois) à usage unique, est présenté dans une trousse-pochette. La trousse-pochette contient les 2 seringues qui constituent le système de mélange, 1 aiguille de ½ pouce de calibre 20 et 1 sachet dessiccatif de silicone (2 pour l'emballage sur plateaux) pour neutraliser l'humidité.

Eligard à 22,5 mg (1 fois tous les 3 mois) (28,2 mg d'acétate de leuprolide par seringue)

Eligard à 22,5 mg (1 fois tous les 3 mois) est fourni sous forme de 2 seringues distinctes et stériles préremplies dont les contenus sont mélangés immédiatement avant d'être administrés. Les 2 seringues sont fixées l'une à l'autre et les produits pour la dose unique sont mélangés jusqu'à l'obtention d'une solution homogène. Une seringue contient le dispositif d'administration Atrigel et l'autre contient l'acétate de leuprolide. Le dispositif d'administration Atrigel (sans gélatine) est une formulation polymérique composée à 45 % de poly (DL-lactide-co-glycolide) (PLG) biodégradable et à 55 % d'un solvant biocompatible, la N-méthyl-2-pyrrolidone (NMP). Le PLG est un copolymère à ratio molaire 75:25 de DL-lactide et de glycolide avec l'hexanédiol. La deuxième seringue, prévue pour fournir 22,5 mg d'acétate de leuprolide lors de l'injection sous-cutanée, contient 28,2 mg d'acétate de leuprolide lyophilisé.

Eligard à 22,5 mg (1 fois tous les 3 mois) à usage unique est fourni dans une trousse-pochette ou un emballage sur plateaux. La trousse-pochette et l'emballage sur plateaux contiennent les 2 seringues qui constituent le système de mélange, 1 aiguille de ½ pouce de calibre 20 et 1 sachet dessiccatif de silicone (2 pour l'emballage sur plateaux) pour neutraliser l'humidité.

Eligard à 30 mg (1 fois tous les 4 mois) (35,8 mg d'acétate de leuprolide par seringue)

Eligard à 30 mg (1 fois tous les 4 mois) est fourni sous forme de 2 seringues distinctes et stériles préremplies dont les contenus sont mélangés immédiatement avant d'être administrés. Les 2 seringues sont fixées l'une à l'autre et les produits pour la dose unique sont mélangés jusqu'à l'obtention d'une solution homogène. Une seringue contient le dispositif d'administration Atrigel et l'autre contient l'acétate de leuprolide. Le dispositif d'administration Atrigel est une formulation polymérique (sans gélatine) composée à 45 % de poly (DL-lactide-co-glycolide) (PLG) biodégradable et à 55 % d'un solvant biocompatible, la N-méthyl-2-pyrrolidone (NMP). Le PLG est un copolymère à ratio molaire 75:25 de DL-lactide et de glycolide avec l'hexanédiol. La deuxième seringue prévue pour fournir 30 mg d'acétate de leuprolide lors de l'injection sous-cutanée, contient 35,8 mg d'acétate de leuprolide lyophilisé.

Eligard à 30 mg (1 fois tous les 4 mois) à usage unique est fourni dans une trousse-pochette ou un emballage sur plateaux. La trousse-pochette et l'emballage sur plateaux contiennent les 2 seringues qui constituent le système de mélange, 1 aiguille de 5/8 pouce de calibre 20 et 1 sachet dessiccatif de silicone (2 pour l'emballage sur plateaux) pour neutraliser l'humidité.

Eligard à 45 mg (1 fois tous les 6 mois) (58,2 mg d'acétate de leuprolide par seringue)

Eligard à 45 mg (1 fois tous les 6 mois) est fourni sous forme de 2 seringues distinctes et stériles préremplies dont les contenus sont mélangés immédiatement avant d'être administrés. Les 2 seringues sont fixées l'une à l'autre et les produits pour la dose unique sont mélangés jusqu'à l'obtention d'une solution homogène. Une seringue contient le dispositif d'administration Atrigel et l'autre contient l'acétate de leuprolide. Le dispositif d'administration Atrigel est une formulation polymérique (sans gélatine) composée à 50 % de poly (DL-lactide-co-glycolide) (PLG) biodégradable et à 50 % d'un solvant biocompatible, la N-méthyl-2-pyrrolidone (NMP). Le PLG est un copolymère à ratio molaire 85:15 de DL-lactide et de glycolide avec l'hexanédiol. La deuxième seringue prévue pour fournir 45 mg d'acétate de leuprolide lors de l'injection sous-cutanée, contient 58,2 mg d'acétate de leuprolide lyophilisé.

Eligard à 45 mg (1 fois tous les 6 mois) à dose unique est fourni dans un emballage sur plateaux. L'emballage sur plateaux contient les 2 seringues qui constituent le système de mélange, 1 aiguille de 5/8 pouce de calibre 18 et 2 sachets dessiccatifs de silicone pour neutraliser l'humidité.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Le leuprolide est donné en injection sous la peau par votre médecin. Selon la forme pharmaceutique employée, il est donné 1 fois par mois ou 1 fois tous les 3, 4 ou 6 mois.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important de prendre ce médicament aux bonnes dates. Si vous manquez un rendez-vous pour une injection, prenez un autre rendez-vous aussitôt que possible.

Les fioles ou trousses de leuprolide devraient se conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C) et à l'abri de la lumière. Le leuprolide peut être conservé à la température ambiante, dans l'emballage d'origine, pendant 8 semaines avant de l'utiliser. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le leuprolide ne devrait pas s'utiliser dans les circonstances ci-après :

  • une sensibilité ou une allergie au leuprolide ou à l'un des ingrédients de ce médicament ;
  • une sensitivité ou une allergie aux médicaments appelés agonistes de la gn-RH ou agonistes de la LH-RH (par ex. la buséréline, la goséréline) ;
  • une grossesse, ou la possibilité de concevoir durant la période de traitement par ce médicament ;
  • l'allaitement au sein.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une vision floue,
  • une douleur osseuse,
  • de la constipation,
  • une baisse de la pulsion sexuelle,
  • une diminution du volume des testicules,
  • de la difficulté à obtenir ou à maintenir une érection,
  • des étourdissements,
  • des maux de tête,
  • des bouffées de chaleur (une brusque sudation et une sensation de chaleur),
  • de la nausée ou des vomissements,
  • des troubles du sommeil,
  • une enflure et une douleur mammaire accrue à la pression,
  • une enflure des pieds ou des jambes,
  • un gain de poids.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une émission de l'urine difficile ou douloureuse,
  • une sudation importante,
  • un état de nervosité,
  • une grave enflure, une démangeaison, une sensation de cuisson, ou de la rougeur au lieu d'injection,
  • des bouffées de chaleur intenses.

Demandez immédiatement des soins médicaux si l'un des effets secondaires ci-après se produit :

  • des problèmes respiratoires,
  • une modification de la teinte du visage,
  • des douleurs thoraciques,
  • une syncope,
  • une respiration rapide ou irrégulière,
  • des battements de cœur rapides ou irréguliers,
  • une douleur dans l'aine ou dans les jambes,
  • une bouffissure ou une enflure des paupières ou du pourtour des yeux,
  • un engourdissement ou des picotements dans les mains ou dans les pieds,
  • de graves douleurs osseuses, musculaires ou articulaires,
  • un essoufflement,
  • une éruption cutanée, de l'urticaire ou une démangeaison ou les deux,
  • une brusque chute de la pression artérielle et un effondrement,
  • une oppression thoracique ou une respiration sifflante.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

8 septembre 2011

Santé Canada a émis un avis au sujet de l'acétate de leuprolide (Eligard). Pour en savoir plus, visitez le site Web de Santé Canada :http://www.hc-sc.gc.ca.

Incidents cardiaques et les hommes: les hommes qui suivent un traitement par un type de médicaments appelés GnRh contre un cancer de la prostate courent un risque accru d'incidents cardiaques (par ex. des crises cardiaques, un accident vasculaire cérébral, une mort imputable à un trouble cardiaque). Avant d'amorcer un traitement, signalez à votre médecin si vous avez un diabète, une maladie cardiaque, des antécédents de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral, ou des facteurs de risque cardiovasculaires (par ex. une pression artérielle élevée, le tabagisme ou un excès de cholestérol sanguin). Si vous souffrez de l'une de ces affections, vous devriez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Début du traitement : il se pourrait qu'au cours de la première semaine de traitement par le leuprolide vous observiez une aggravation temporaire de vos signes et symptômes. Ce changement est dû à une soudaine augmentation de votre taux d'hormones qui se stabilisera une fois que la dose de médicament qui vous convient aura été établie.

Ostéoporose : le leuprolide peut causer un amincissement des os. Les personnes qui présentent les facteurs de risque d'ostéoporose, ou qui prennent d'autres médicaments susceptibles d'amincir les os, devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte.

Troubles médicaux : les personnes atteintes d'une occlusion (une obstruction) des voies urinaires, d'une fonction rénale ou hépatique diminuée, d'une compression de la moelle épinière, ou d'un cancer qui s'est propagé aux os de la colonne vertébrale devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Grossesse : le leuprolide ne devrait pas s'utiliser durant une grossesse. L'emploi du leuprolide n'est pas recommandé aux femmes.

Allaitement : on ignore si le leuprolide passe dans le lait maternel. L'emploi du leuprolide n'est pas recommandé aux femmes.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 12 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le leuprolide et l'un des médicaments ci-après :

  • le bupropion ;
  • les médicaments susceptibles de favoriser une perte de densité osseuse (par ex. la prednisone) ;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline) ;
  • la testostérone et les androgènes.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.