Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Cette association médicamenteuse contient 2 médicaments : l'azilsartan et la chlorthalidone. L'azilsartan appartient au groupe de médicaments appelés inhibiteurs des récepteurs de l'angiotensine II. La chlorthalidone appartient à la classe de médicaments appelés diurétiques ou « pilules pour l'eau ». Ces médicaments agissent tous deux sur les reins pour corriger une hypertension artérielle grave (pression artérielle très élevée). Ce médicament permet d'abaisser la pression artérielle en 1 ou 2 semaines.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

40 mg et 12,5 mg
Chaque comprimé enrobé biconvexe, rond, rouge pâle et portant les inscriptions « A/C » et « 40/12.5 » sur une face contient 42,68 mg d'azilsartan médoxomil (sous forme de potassium) (équivalant à 40 mg d'azilsartan médoxomil) et 12,5 mg de chlorthalidone. Ingrédients non médicinaux : mannitol, cellulose microcristalline, acide fumarique, hydroxyde de sodium, hydroxypropylcellulose, crospovidone, stéarate de magnésium, hypromellose 2910, talc, dioxyde de titane, oxyde ferrique rouge, polyéthylèneglycol 8000 et encre gris.

80 mg et 12,5 mg
Chaque comprimé enrobé biconvexe, ovale, rouge pâle et portant les inscriptions « A/C » et « 80/12.5 » sur une face contient 85,36 mg d'azilsartan médoxomil (sous forme de potassium) (équivalant à 80 mg d'azilsartan médoxomil) et 12,5 mg de chlorthalidone. Ingrédients non médicinaux : mannitol, cellulose microcristalline, acide fumarique, hydroxyde de sodium, hydroxypropylcellulose, crospovidone, stéarate de magnésium, hypromellose 2910, talc, dioxyde de titane, oxyde ferrique rouge, polyéthylèneglycol 8000 et encre gris.

40 mg et 25 mg
Chaque comprimé enrobé biconvexe, rond, rouge clair et portant les inscriptions « A/C » et « 40/25 » sur une face contient 42,68 mg d'azilsartan médoxomil (sous forme de potassium) (équivalant à 40 mg d'azilsartan médoxomil) et 25 mg de chlorthalidone. Ingrédients non médicinaux : mannitol, cellulose microcristalline, acide fumarique, hydroxyde de sodium, hydroxypropylcellulose, crospovidone, stéarate de magnésium, hypromellose 2910, talc, dioxyde de titane, oxyde ferrique rouge, polyéthylèneglycol 8000 et encre gris.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de départ habituelle d'azilsartan-chlorthalidone pour l'adulte est de 40 mg d'azilsartan et de 12,5 mg de chlorthalidone (40 mg/12,5 mg). Ceci est pris 1 fois par jour, à la même heure chaque jour. L'azilsartan-chlorthalidone peut être pris avec de la nourriture ou non.

Au bout de 2 à 4 semaines, le médecin pourrait augmenter la dose, selon l'efficacité du traitement dans votre cas.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Continuez à le prendre même si vous avez l'impression que le médicament ne vous aide pas beaucoup. Comme l'hypertension artérielle ne s'accompagne pas de symptômes, il peut être difficile pour vous de savoir si le traitement est efficace.

Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

L'azilsartan-chlorthalidone ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'azilsartan, à la chlorthalidone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie aux médicaments dérivés des sulfamides (« sulfas »);
  • la prise d'aliskirène par une personne diabétique;
  • de la difficulté à uriner;
  • l'émission d'une très petite quantité d'urine;
  • une grossesse en cours ou potentielle;
  • l'allaitement maternel.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un assoupissement;
  • un capacité ou intérêt réduit pour l'activité sexuelle;
  • une constipation;
  • un dérangement d'estomac;
  • une diarrhée;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • de la nausée;
  • des maux de tête;
  • une perte de l'appétit;
  • une sensibilité accrue au soleil (plus susceptible aux coups de soleil);
  • des troubles du sommeil;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des fourmillements dans vos doigts;
  • une fréquence cardiaque accrue ou des battements du cœur irréguliers;
  • de la douleur ou de la sensibilité musculaire inexpliquée;
  • un saignement sous la peau;
  • des signes attribuables à de l'anémie (faible numération de globules rouges; par ex. des étourdissements, de la pâleur, de la fatigue ou de la faiblesse inhabituelle, de l'essoufflement);
  • des signes attribuables à des lésions musculaires (par ex. de la douleur ou de la sensibilité musculaire ou de la faiblesse ou l'apparence brunâtre ou décolorée de l'urine);
  • des signes de pancréatite (par ex. une douleur sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, un mal de dos, des nausées, une fièvre, un rythme cardiaque rapide, abdomen gonflé);
  • des signes de saignement (par ex. des saignements du nez ou des gencives, la présence de sang dans l'urine ou les crachats, l'apparition anormale d'ecchymoses ou de saignements);
  • des signes de troubles hépatiques (par ex. de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, une perte de l'appétit, une perte de poids, le jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, une urine sombre, des selles claires);
  • des signes d'infection (symptômes pouvant comprendre une fièvre ou des frissons, une diarrhée grave, un essoufflement, des étourdissements prolongés, un mal de tête, une raideur du cou, une perte de poids ou un abattement);
  • des signes d'un trouble rénal (par ex. un changement de la fréquence des mictions, des nausées, des vomissements, une enflure des mains ou des pieds);
  • des signes d'une pression artérielle basse (par ex. des étourdissements en se mettant debout à partir de la position assise ou couchée, un évanouissement);
  • des symptômes d'un taux de sucre sanguin élevé (par ex. des émissions de l'urine fréquentes, une soif accrue, un appétit excessif, une perte de poids inexpliquée, des plaies qui cicatrisent mal, des infections, une haleine fruitée).

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes d'une réaction allergique importante (par ex. des crampes abdominales, une difficulté respiratoire, des nausées et des vomissements, ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge);
  • des signes d'une grave réaction cutanée (comme des cloques, une desquamation, une éruption cutanée recouvrant une grande région du corps, une éruption cutanée qui s'étend rapidement ou une éruption cutanée accompagnée d'une fièvre ou d'une gêne);
  • des symptômes de problèmes oculaires (par ex. une douleur oculaire, une vision floue, une myopie subite).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

AVIS DE SANTÉ CANADA

Le 4 février 2014

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi d'azilsartan. Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Allergie : certaines personnes qui ont une allergie aux antibiotiques de la classe des sulfamides ont aussi une réaction allergique à la chlorthalidone. Avant de prendre l'azilsartan-chlorthalidone, indiquez à votre médecin si vous avez déjà subi des réactions indésirables à certains médicaments, en particulier aux sulfamides (sulfa). Communiquez avec votre médecin immédiatement si vous remarquez des signes de réaction allergique comme une éruption cutanée, une démangeaison, une difficulté respiratoire ou une boursouflure du visage et une enflure de la gorge.

Équilibre de l'eau et des électrolytes : l'azilsartan-chlorthalidone peut provoquer des changements dans les taux sanguins d'électrolytes comme le potassium, le sodium, le magnésium, le chlorure et le calcium. Si vous ressentez des symptômes de déséquilibre des liquides et des électrolytes, notamment de la douleur musculaire ou des crampes; une sécheresse de la bouche; un engourdissement des mains, des pieds, ou des lèvres; ou des battements de cœur accélérés, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible. Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître les taux de ces électrolytes dans votre sang pendant que vous prenez ce médicament.

Fonction hépatique : en cas d'affection hépatique ou de fonction hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Fonction rénale : l'azilsartan peut influer sur la fonction rénale, surtout quand il s'agit de personnes qui ont déjà des atteintes rénales. La prise de l'aliskirène peut accroître encore plus le risque d'atteintes rénales. En cas d'atteintes rénales ou de fonction réduite des reins, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Lupus érythémateux aigu disséminé : les personnes atteintes du lupus érythémateux aigu disséminé doivent être suivies pendant qu'elles prennent de la chlorthalidone, car ce médicament peut aggraver leur affection.

Problèmes de la vue : la chlorthalidone peut provoquer des changements soudains de la vue et peut-être la cécité. Si vous avez une vision trouble, une douleur à l'œil ou aux yeux ou une myopie soudaine, communiquez immédiatement avec votre médecin.

Somnolence ou vigilance réduite : l'association azilsartan-chlorthalidone peut causer de la somnolence ou des étourdissements, et donc nuire aux capacités mentales et physiques requises pour conduire un véhicule ou opérer des machines. Évitez ces activités et les autres tâches dangereuses jusqu'à ce que vous ayez établi comment ce médicament agit sur vous.

Grossesse : s'il est pris pendant la grossesse, l'azilsartan, comme les autres médicaments de sa classe, peut causer des lésions graves au fœtus ou même entraîner sa mort. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si l'azilsartan-chlorthalidone passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

Aînés : les aînés sont probablement plus sensibles aux effets de ce médicament. Il peut donc s'avérer nécessaire de réduire la dose.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'azilsartan-chlorthalidone et l'un des médicaments ci-après :

  • les agents antidiabétiques (par ex. le glyburide, l'insuline, la metformine, la rosiglitazone);
  • les agonistes alpha (par ex. la clonidine, le méthyldopa);
  • l'alcool;
  • l'aliskirène;
  • l'allopurinol;
  • les alphabloquants (par ex. l'alfuzosine, la doxazosine, la tamsulosine);
  • l'amifostine;
  • les amphétamines (par ex. la dextroamphétamine, la méthamphétamine);
  • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nicardipine, le vérapamil);
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. le célécoxib, l'ibuprofène, le naproxène);
  • les autres bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (par ex.  l'irbésartan, le losartan);
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital);
  • les bêta2-agonistes (par ex. le formotérol, le salbutamol, le salmétérol, la terbutaline);
  • les bêtabloquants (par ex. l'aténolol, le métoprolol, le propranolol);
  • la brimonidine;
  • le calcitriol;
  • la carbamazépine;
  • la cholestyramine;
  • la ciprofloxacine;
  • la clonidine;
  • le colestipol;
  • des corticostéroïdes, y compris ceux pour inhalation (par ex. le budésonide, la dexaméthasone, la fluticasone, la prednisone);
  • la cyclosporine;le diazoxide;
  • les dérivés nitrés (par ex. la nitroglycérine, le dinitrate d'isosorbide, le mononitrate d'isosorbide);
  • le dipyridamole;
  • les diurétiques (les pilules qui augmentent l'excrétion de l'urine; par ex. l'amiloride, le furosémide, l'hydrochlorothiazide);
  • la dofétilide;
  • le gingembre;
  • le ginseng;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine, la tinzaparine);
  • l'hydralazine;
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou ECA (par ex. le captopril, le ramipril);
  • les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO; par ex. le moclobémide, la phénelzine, la rasagiline, la sélégiline, la tranylcypromine);
  • les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 (par ex. le sildénafil, le tadalafil, le vardénafil);
  • le lithium;
  • le méthylphénidate;
  • le minoxidil;
  • les multivitamines;
  • les narcotiques analgésiques (par ex. la codéine, le fentanyl, la morphine, l'oxycodone);
  • l'oxcarbazépine;
  • la pentoxifylline;
  • les phosphates de sodium;
  • la quétiapine;
  • la quinine;
  • le riociguat;
  • le rituximab;
  • les suppléments de calcium;
  • les suppléments de potassium;
  • la térazosine;
  • le topiramate;
  • le tramadol;
  • le triméthoprime;
  • la vitamine D (par ex. le calcitriol, le cholécalciférol);
  • la yohimbine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Edarbyclor