Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le diazépam appartient à la classe de médicaments appelés benzodiazépines. Il s'utilise pour le traitement occasionnel de crises convulsives graves (également connues sous le nom de crises récurrentes, successives, groupées ou en crescendo) qui surviennent chez certaines personnes bien qu'elles suivent déjà un traitement médicamenteux régulier contre l'épilepsie.

Les effets du diazépam sur la crise convulsive se manifestent généralement de 5 à 15 minutes après l'application du gel par voie rectale. Le médicament agit en ralentissant l'activité des nerfs du cerveau (le système nerveux central). Il est destiné au traitement des personnes épileptiques qui présentent une augmentation de la fréquence des crises et peut s'utiliser à la maison, à l'hôpital, en service d'urgences ou en établissement résidentiel.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dispositif d'administration par voie rectale, de gel transparent ou légèrement jaune, non stérile, avec un pH se situant entre 6,5 et 7,2, contient 5 mg/mL de diazépam. Ingrédients non médicinaux : acide benzoïque, alcool benzylique (1,5 %), alcool éthylique (10 %), benzoate de sodium, eau, hydroxypropylméthylcellulose et propylèneglycol.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose de gel rectal de diazépam est personnalisée selon l'âge et le poids.

Pour les enfants de 2 à 4 ans, la dose est de 0,5 mg par kg de poids corporel. Pour les enfants de 6 à 11 ans, la dose est de 0,3 mg par kg. Pour les enfants de 12 ans et plus, la dose recommandée est de 0,2 mg par kg.

Comme le gel rectal de diazépam n'est offert qu'en doses unitaires fixes de 5 mg, 10 mg, 15 mg et 20 mg, on obtient la dose prescrite en arrondissant à la dose unitaire supérieure. Pour les aînés, il est recommandé en revanche d'arrondir à la dose unitaire inférieure.

Lorsqu'une seule dose ne suffit pas à maîtriser adéquatement la crise convulsive, votre médecin peut prescrire 2 doses de gel rectal de diazépam. La seconde dose peut être donnée 4 à 12 heures après la première dose, si les crises persistent, si elles ont l'habitude de se reproduire, ou lorsqu'on sait qu'elles sont particulièrement rebelles.

Le traitement par gel de diazépam ne devrait pas être répété à moins de 5 jours d'intervalle, et pas plus de 5 fois par mois.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Utilisez la seringue préremplie de gel rectal de diazépam conformément aux indications de votre médecin et aux instructions figurant sur la notice d'accompagnement. Conservez la seringue hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le diazépam ne devrait pas s'employer dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au diazépam, à d'autres benzodiazépines ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • un glaucome à angle fermé aigu ;
  • une maladie du foie, des poumons ou des reins ;
  • une myasthénie grave ;
  • de graves difficultés respiratoires ;
  • une apnée du sommeil ;
  • une consommation régulière d'alcool, l'usage de drogues récréatives ou des antécédents de toxicomanie ou d'alcoolisme.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de la confusion ;
  • de la diarrhée ;
  • des étourdissements ;
  • de la somnolence
  • de l'euphorie (un sentiment de joie excessif)
  • des maux de tête ;
  • le hoquet ;
  • un trouble de la coordination ;
  • de la douleur.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une confusion persistante ;
  • des tremblements ;
  • un rythme cardiaque lent ;
  • des réflexes lents ;
  • un trouble de l'élocution persistant ;
  • une démarche instable ;
  • une difficulté respiratoire,
  • une faiblesse intense.

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Somnolence et vigilance réduite : étant donné que le diazépam peut provoquer de la somnolence et de la sédation, évitez les activités exigeant de la vigilance (par exemple conduire une automobile ou faire fonctionner des machines) jusqu'à ce que les effets sédatifs du médicament se soient dissipés. L'alcool peut accroître la somnolence et doit être évité.

Fonction hépatique : ce médicament ne devrait pas s'utiliser par les personnes dont la fonction hépatique est diminuée, à moins que les bienfaits priment les risques.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques.

Allaitement : le diazépam passe dans le lait maternel. Les femmes qui allaitent ne devraient pas utiliser le gel rectal de diazépam.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants de moins de 2 ans.

Aînés : les personnes âgées de plus de 60 ans auront peut-être besoin d'une dose plus faible pour éviter une trop grande sédation et des troubles de la coordination.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le gel de diazépam et l'un des agents ci-après :

  • les antidépresseurs ;
  • la cimétidine ;
  • la clarithromycine
  • la fluoxétine ;
  • la fluvoxamine ;
  • l'itraconazole ;
  • le kétoconazole ;
  • les médicaments qui entraînent une sédation (par ex. les narcotiques, d'autres benzodiazépine, les barbituriques, les phénothiazines) ;
  • l'acide valproïque.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.