Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à la famille des médicaments appelés modificateurs de la réponse biologique (les médicaments « biologiques ») ou inhibiteurs du FNT. Il s'utilise seul ou en association avec un autre médicament, le méthotrexate, pour soigner une polyarthrite rhumatoïde (PR) à poussées évolutives modérées à aiguës). On peut l'utiliser seul si le méthotrexate n'est pas toléré. Le certolizumab pegol est également utilisé seul ou en association avec le méthotrexate pour traiter l'arthrite psoriasique dont le niveau d'activité est modéré ou important lorsque les autres agents modificateurs de la maladie n'ont pas été efficaces. Pour les deux affections, on peut l'utiliser seul si le méthotrexate n'est pas toléré. On peut également utiliser le certolizumab pegol pour traiter la spondylite ankylosante qui n'a pas répondu aux autres traitements.

Le corps des personnes atteintes d'affections touchant le système immunitaire produit une quantité excessive d'une protéine appelée facteur de nécrose tumorale (FNT); celle-ci provoque de la douleur et de l'inflammation; elle endommage également les articulations. Le certolizumab pegol bloque la production du TNF et diminue l'inflammation des articulations.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque mL de solution stérile, sans agent de conservation, transparente et incolore à jaunâtre, contient 200 mg de certolizumab pegol. Ingrédients non médicinaux : 1,36 mg d'acétate de sodium, 7,31 mg de chlorure de sodium et de l'eau pour injection, USP. Les composants de la seringue ne contiennent pas de latex ni de caoutchouc naturel sec.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Le certolizumab pegol se donne en injection sous-cutanée (sous la peau) habituellement dans la face externe du haut de la cuisse ou l'abdomen. La dose usuelle de départ est 400 mg (2 injections de 200 mg données en même temps dans différentes parties du corps) les semaines 0, 2 et 4 du traitement. Ensuite, la dose usuelle passe à 200 mg injectés toutes les 2 semaines. Après un certain temps, quelques personnes peuvent recevoir 400 mg toutes les 4 semaines.

Le certolizumab pegol est utilisé sous la supervision d'un médecin. Votre médecin ou votre infirmière vous aideront pour la préparation et l'injection de votre première dose (ou de plus d'une au besoin) et pourront vous enseigner comment vous administrer l'injection vous-même à la maison. N'essayez pas d'auto-injecter ce médicament de votre propre chef avant d'avoir bien compris comment vous devez introduire le médicament dans l'organisme. Si vous avez des doutes quant à la manière de préparer ou de prendre une dose de ce médicament, demandez à un professionnel de la santé de vous l'expliquer. . Si l'auto-injection vous cause des difficultés, demandez à un membre de votre famille ou à un fournisseur de soin, s'il est prêt à s'impliquer dans votre traitement et à apprendre à vous donner vos injections.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose 7 jours au moins avant votre prochaine dose (c.-à-d. 1 semaine ou plus) injectez la dose omise au plus tôt et reprenez la suite du traitement. Si la dose suivante doit être injectée d'ici 1 semaine (c.-à-d. dans moins de 7 jours), ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Avant d'injecter le médicament, vérifiez que la solution est transparente, incolore et qu'elle ne contient aucune particule. Si la solution n'est pas transparente et incolore, défaites-vous de la seringue de façon sécuritaire et utilisez-en une nouvelle.

Conservez ce médicament au réfrigérateur, à l'abri de la lumière et hors de la portée des enfants. Évitez le gel.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le certolizumab pegol dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au certolizumab pegol ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une infection grave comme une septicémie (une infection dans la circulation sanguine), une tuberculose à poussées évolutives, un abcès ou une infection opportuniste (un type d'infection qui se développe quand les systèmes immunitaires sont affaiblis);
  • une insuffisance cardiaque congestive modérée à grave.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • une douleur ou une gêne de l'abdomen;
  • une diarrhée;
  • une sécheresse de la bouche;
  • des maux de tête;
  • des brûlures d'estomac;
  • une rougeur ou une démangeaison oculaire;
  • de la fatigue;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des symptômes semblables à ceux de la grippe (un manque soudain d'énergie, de la fièvre, de la toux, des maux de gorge);
  • une rougeur, de la douleur, une enflure, une démangeaison, de la chaleur et des ecchymoses au lieu d'injection;
  • des symptômes d'insuffisance cardiaque (un essoufflement ou l'enflure des pieds ou des jambes);
  • des symptômes de lupus (une éruption cutanée sur les joues ou sur d'autres parties du corps, une sensibilisation au soleil, une douleur articulaire ou musculaire, de la fatigue, une douleur thoracique, un essoufflement ou une enflure des pieds, des chevilles ou des jambes);
  • des symptômes de troubles du système nerveux (une faiblesse dans les bras ou les jambes, des anomalies du champ visuel, des étourdissements ou un engourdissement ou des picotements dans une partie du corps).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des signes de saignements de l'estomac (par ex. des selles sanglantes, noirâtres ou goudronneuses, des expectorations sanglantes, des vomissements de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café);
  • des symptômes d'une réaction allergique grave (par ex. de l'urticaire, une boursouflure du visage, une difficulté respiratoire ou de déglutition);
  • des symptômes d'une infection grave (par ex. une fièvre, des frissons, des maux de tête, des symptômes semblables à ceux de la grippe, de la fatigue, une toux, du sang dans les expectorations, un essoufflement, des sueurs nocturnes, une perte de poids, de la nausée ou des vomissements, une diarrhée, une enflure des articulations, des boutons de fièvre, un mal de dents, l'apparition d'une nouvelle douleur ou l'aggravation d'une ancienne douleur dans une partie du corps).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Anémie : le certolizumab pegol peut provoquer une baisse du nombre de globules rouges. Si vous ressentez des symptômes attribuables à de l'anémie (réduction du nombre de globules rouges) comme un essoufflement, une fatigue inusitée ou une peau pâle, communiquez le plus tôt possible avec votre médecin.

Votre médecin vous fera subir des analyses sanguines régulièrement pour connaître le nombre de certains types précis de cellules sanguines, notamment de globules rouges présents dans votre sang.

Saignement : ce médicament pourrait influer sur la capacité de votre corps de produire une quantité suffisante de certains types de cellules sanguines, notamment celles qui vous aident à arrêter un saignement. Si vous remarquez des ecchymoses ou des saignements inusités, une augmentation de vos saignements de nez, des saignements gingivaux (de vos gencives) ou si vous remarquez du sang dans votre urine, communiquez dès que possible avec votre médecin. Si vous remarquez des signes attribuables à des saignements de votre estomac comme la présence de selles sanguinolentes, noires ou d'aspect goudronneux ou la présence de sang ou de substances ressemblant à du marc de café dans vos vomissements, consultez immédiatement un médecin.

Si vous êtes prédisposé aux saignements, votre médecin doit suivre attentivement vos décomptes de globules sanguins pendant que vous prenez ce médicament.

Cancer : des cas de cancer ont rarement été rapportés parmi les personnes qui employaient ce médicament (y compris le cancer de la peau, la leucémie [cancer du sang] et le lymphome). Discutez avec votre médecin du dépistage du cancer et de votre risque de cancer, et consultez votre médecin si vous découvrez une grosseur ou si vous avez une lésion qui ne se cicatrise pas.

Insuffisance cardiaque congestive (ICC) : les personnes qui emploient des médicaments appartenant à la même famille que le certolizumab pegol pourraient constater l'apparition ou l'aggravation d'une ICC. Si vous avez des antécédents d'ICC ou si vous êtes prédisposé à une ICC, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Mentionnez à votre médecin que vous souffrez d'une ICC. Si vous avez un essoufflement ou une enflure des jambes ou des pieds (des symptômes d'une ICC), communiquez avec votre médecin sans délai.

Hépatite B : le certolizumab pegol, comme les autres inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale, a été associé à la réactivation des infections causées par le virus de l'hépatite B; celles-ci peuvent être mortelles. Si vous avez des antécédents d'infection causée par le virus de l'hépatite B, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Problèmes du système immunitaire : il arrive, mais rarement, que les personnes qui emploient des médicaments appartenant à la même famille que le certolizumab pegol constatent l'apparition de symptômes semblables à ceux du lupus (une éruption cutanée sur les joues ou une autre partie du corps, une sensibilité au soleil, une douleur articulaire ou musculaire, de la fatigue, une douleur thoracique, un essoufflement ou une enflure des pieds, des chevilles ou des jambes). Communiquez avec votre médecin si ces symptômes apparaissent.

Épreuves de laboratoire : ce médicament pourrait causer une interférence avec certaines épreuves de laboratoire. Si vous êtes sur le point de subir des épreuves de laboratoire, signalez à votre médecin que vous employez le certolizumab pegol.

Effets neurologiques : les personnes qui emploient des médicaments appartenant à la même famille que le certolizumab pegol observent rarement l'apparition d'affections du système nerveux comme la sclérose en plaques (la SEP). Communiquez avec votre médecin sans délai si vous éprouvez des modifications de la vue, des étourdissements, de la faiblesse dans un bras ou une jambe, et un engourdissement ou des picotements dans une partie de votre corps.

Infections graves : l'utilisation du certolizumab pegol peut nuire aux mécanismes naturels de défense de votre organisme contre les infections. Cela rend le corps plus susceptible de contracter des infections causées par des bactéries, des virus et des champignons. Cet effet est accru si vous prenez le certolizumab en même temps que d'autres médicaments qui réduisent la capacité de votre organisme de combattre les infections. Pour certains, ces infections se sont avérées mortelles.

Si vous avez des antécédents d'infections chroniques ou fréquentes, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Cessez l'emploi de ce médicament et avertissez votre médecin sans délai si vous remarquez des symptômes d'une infection grave (par ex. une fièvre, des frissons, des maux de tête, des symptômes semblables à ceux de la grippe, de la fatigue, une toux, du sang dans les expectorations, un essoufflement, des sueurs nocturnes, une perte de poids, de la nausée, des vomissements, de la diarrhée, des émissions d'urine fréquentes ou accompagnées d'une sensation de brûlure, une rougeur ou une enflure cutanée ou articulaire, des boutons de fièvre, un mal de dents, l'apparition d'une nouvelle douleur ou l'aggravation d'une ancienne douleur dans une partie du corps).

Allergie importante : il a été démontré que le certolizumab pegol peut provoquer des réactions allergiques graves. Communiquez immédiatement avec votre médecin si vous subissez des signes de réaction allergique comme une éruption cutanée, des démangeaisons, des difficultés respiratoires ou de l'enflure du visage et de la gorge.

Chirurgie : si vous prévoyez subir une intervention chirurgicale, indiquez à votre chirurgien et à vos autres professionnels de la santé que vous prenez du certolizumab pegol.

Tuberculose : certaines personnes qui ont déjà été atteintes de tuberculose (une infection pulmonaire) dans le passé ont subi une récidive de cette infection lorsqu'elles ont utilisé le certolizumab pegol. Si vous avez des antécédents de tuberculose ou si vous avez récemment été en contact avec une personne atteinte de tuberculose, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Vaccins : les personnes qui emploient ce médicament ne devraient pas recevoir certains vaccins. Discutez avec votre médecin pour savoir si ce médicament causera une interférence avec l'un des vaccins prévus.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Les femmes susceptibles de devenir enceintes doivent utiliser une méthode efficace de contraception pendant leur utilisation du certolizumab pegol et pendant 5 mois par la suite. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le certolizumab pegol passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants :ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le certolizumab pegol et l'un des agents ci-après :

  • le denosumab;
  • l'échinacée;
  • les agents immunosuppresseurs (la cyclosporine, le mycophénolate, le tacrolimus);
  • le léflunomide;
  • la lénalidomide;
  • les vaccins vivants;
  • les médicaments qui affaiblissent le système immunitaire (par ex. certains médicaments contre le cancer ou des médicaments antirejet après une transplantation);
  • d'autres modificateurs de la réponse biologique (par ex. l'abatacept, l'adalimumab, l'infliximab, l'anakinra).

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.