Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le ticagrélor appartient à la classe des médicaments appelés inhibiteurs de l'agrégation plaquettaire ou inhibiteurs antiplaquettaires. Il s'utilise généralement avec l'acide acétylsalicylique ou AAS après une crise cardiaque ou en cas d'angine de poitrine (douleur à la poitrine) afin de prévenir un accident vasculaire cérébral, une autre crise cardiaque ou la mort due à la maladie cardiaque. Il agit en interrompant l'agglutination des plaquettes dans le sang. Quand un vaisseau sanguin se rompt, les plaquettes (de petites particules présentes dans le sang) collent les unes aux autres pour former un caillot qui mettra fin au saignement. Toutefois, un caillot peut également se former à l'intérieur d'un vaisseau sanguin endommagé et provoquer ainsi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Un comprimé rond, biconvexe, jaune et pelliculé, dont l'une des faces est unie et l'autre porte en creux l'inscription « 90 » sur « T », contient 90 mg de ticagrélor. Ingrédients non médicinaux : phosphate bicalcique, oxyde de fer jaune, hydroxypropylcellulose, hypromellose, stéarate de magnésium, mannitol, polyéthylèneglycol 400, glycolate d'amidon sodique, talc et dioxyde de titane.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale habituelle de ticagrélor est de 180 mg (2 comprimés de 90 mg) pour la première dose, puis de 90 mg 2 fois par jour par la suite.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Le ticagrélor se prend avec ou sans nourriture et il doit être avalé entier avec de l'eau. Si vous prenez ce médicament, vous prenez probablement aussi de 75 mg à 150 mg d'acide acétylsalicylique (AAS) chaque jour.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer le ticagrélor dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au ticagrélor ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • la prise de médicaments qui sont des inhibiteurs puissants du CYP 3A4 (tels que le kétoconazole, la clarithromycine, la néfazodone, le ritonavir et l'atazanavir);
  • après un accident vasculaire cérébral causé par un saignement dans le cerveau;
  • une fonction hépatique modérément ou gravement réduite;
  • en cas de problème de saignement (par ex. un ulcère gastrique ou intestinal, un saignement dans le cerveau).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • des brûlures d'estomac;
  • de la constipation;
  • une démangeaison;
  • une diarrhée;
  • une douleur abdominale;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une sensation de picotements;
  • une sensation de vertige;
  • une toux;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • l'anxiété;
  • des battements de cœur rapides, lents ou irréguliers;
  • de la confusion;
  • une douleur thoracique;
  • une enflure des jambes ou des chevilles;
  • une éruption cutanée;
  • un essoufflement;
  • des signes attribuables à la goutte (par ex. de la douleur, de l'enflure et de la chaleur aux articulations);
  • des signes de saignement (par ex. des selles noires ou poisseuses, du sang dans l'urine, des saignements de nez, les yeux injectés de sang) ou des ecchymoses (« bleus ») inhabituelles;
  • des symptômes d'insuffisance cardiaque (par ex. un essoufflement, une toux, le besoin d'avoir plus d'oreillers pour respirer la nuit; une enflure des pieds, des chevilles ou du bas des jambes).

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des symptômes d'un accident vasculaire cérébral (par ex. l'apparition soudaine d'étourdissements, d'un engourdissement, d'une faiblesse, de changements de la vue, d'un mal de tête, d'une difficulté à parler ou d'une difficulté à marcher);
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. de l'urticaire, une difficulté respiratoire, une boursouflure du visage, une enflure de la bouche, de la langue ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Arrêt du médicament : si vous cessez de prendre ce médicament, votre risque d'accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque augmente. Si votre médecin a recommandé de cesser temporairement la prise du médicament à cause des effets secondaires, il faut reprendre le traitement dès que le risque d'effet secondaire devient moins important que le risque lié à l'absence de traitement.

Chirurgie : si vous devez subir une opération chirurgicale non urgente (planifiée), votre médecin vous dira à quel moment cesser de prendre le médicament en prévision de l'opération.

Dose d'AAS : ce médicament se prend généralement avec une faible dose d'acide acétylsalicylique (AAS), sauf s'il y a une raison pour éviter la prise d'AAS. La dose d'AAS ne devrait pas dépasser 150 mg par jour.

Étourdissements ou vigilance réduite : le ticagrélor peut influer sur les capacités mentales ou physiques exigées pour accomplir des activités potentiellement dangereuses comme conduire une voiture ou faire fonctionner des machines. Évitez ces activités jusqu'à ce que vous ayez déterminé de quelle façon ce médicament influe sur votre capacité de les accomplir en toute sécurité.

Fonction hépatique : le ticagrélor est transformé par le foie avant d'être éliminé de l'organisme. Un trouble du foie ou une insuffisance hépatique peuvent mener à une accumulation de ticagrélor dans l'organisme et à des effets secondaires. Si vous avez une affection hépatique ou une fonction hépatique diminuée, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Vous ne devez pas prendre ce médicament si votre fonction hépatique est diminuée de façon modérée ou importante.

Fonction rénale : si vous êtes en dialyse, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Jus de pamplemousse : le jus de pamplemousse influe sur la façon dont le ticagrélor est éliminé du corps et pourrait en causer une accumulation trop importante qui entraînerait des effets secondaires dangereux. Ne buvez pas du jus de pamplemousse pendant que vous prenez ce médicament.

Rythme cardiaque : ce médicament peut causer des changements dans le rythme cardiaque. Si vous avez certains troubles du rythme cardiaque (par ex. la maladie du sinus, un bloc cardiaque du 2e ou du 3e degré ou des évanouissements causés par des battements cardiaques faibles, et que vous ne portez pas de stimulateur cardiaque) ou si vous prenez un médicament qui ralentit le rythme cardiaque (par ex. l'aténolol, le diltiazem, le vérapamil, le métoprolol), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Saignement : le ticagrélor peut augmenter le risque de saignement. Si vous êtes prédisposé aux saignements (par ex. si vous avez récemment subi un traumatisme ou une intervention dentaire ou chirurgicale ou des saignements gastriques ou intestinaux ou si votre fonction hépatique est amoindrie ou si vous prenez des médicaments qui augmentent votre risque de subir des saignements (par ex. des anticoagulants (médicaments pour éclaircir le sang, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens), discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Avertissez votre médecin si vous remarquez des signes de ralentissement de la coagulation. De tels symptômes pourraient comporter des selles noirâtres et goudronneuses, du sang dans l'urine, l'apparition d'ecchymoses aux moindres traumatismes, ou des coupures qui n'arrêtent pas de saigner.

Taux élevé d'acide urique et goutte : le ticagrélor peut faire augmenter la concentration d'acide urique dans le sang. Si votre taux sanguin d'acide urique est élevé ou l'a déjà été, ou si vous avez la goutte ou l'avez déjà eue, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Si vos articulations deviennent douloureuses, chaudes et enflées, si vous urinez avec difficulté, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Grossesse : l'innocuité de ce médicament n'a pas été établie durant une grossesse. Si une grossesse est possible pendant que vous prenez ce médicament, utilisez des méthodes de contraception appropriées pour l'éviter.

Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le ticagrélor passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le ticagrélor et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique (AAS) à des doses dépassant 150 mg par jour;
  • l'acide tranexamique;
  • les acides gras oméga-3;
  • l'altéplase;
  • les antibiotiques de la famille des sulfamides (par ex. la sulfadiazine, le sulfaméthoxazole, le sulfisoxazole);
  • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine, la télithromycine);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. l'ibuprofène, le kétoprofène, le naproxène);
  • l'apixaban;
  • l'aprépitant;
  • le bismuth sous-salicylate;
  • le bocéprévir;
  • le bosentan;
  • la carbamazépine;
  • le carvédilol;
  • le célécoxib;
  • le conivaptan;
  • la cyclosporine;
  • le dabigatran;
  • le dabrafénib;
  • la dapsone;
  • la dexaméthasone;
  • la digoxine;
  • le diltiazem;
  • l'enzalutamide;
  • la glucosamine;
  • l'héparine;
  • les héparines de faible poids moléculaire (par ex. la daltéparine, l'énoxaparine);
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, le nelfinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH (INNTIs; par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. la fluoxétine, la fluvoxamine, la sertraline);
  • le lomitapide;
  • le losartan;
  • les médicaments de type « statine » pour traiter les niveaux élevés de cholestérol (par ex. l'atorvastatine, la lovastatine, la simvastatine);
  • les médicaments hypoglycémiants de la classe des sulfonamides (par ex. le chlorpropamide, le gliclazide, le glyburide);
  • la mestranol;
  • le montélukast;
  • les multivitamines;
  • la néfazodone;
  • la néfazodone;
  • l'oxcarbazépine;
  • la pentoxifylline;
  • le phénobarbital;
  • la phénytoïne;
  • les plantes médicinales qui ont un effet sur la coagulation (par ex. angelica sylvestris chinensis, l’onagre, la grande camomille, l’ail, le gingembre, le millepertuis);
  • le prasugrel;
  • la primidone;
  • la rifabutine;
  • la rifampine;
  • le rivaroxaban;
  • la streptokinase;
  • le télaprévir;
  • le triméthoprime;
  • le vérapamil;
  • la vitamine E;
  • la warfarine;
  • le zafirlukast.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D’autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/drug/getdrug/Brilinta