Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La fluticasone en vaporisateur nasal appartient à la classe des médicaments appelés corticostéroïdes. Elle s'utilise pour soigner la rhinite allergique saisonnière et apériodique (qui sévit toute l'année) des personnes âgées de 2 ans ou plus.

La fluticasone en vaporisateur nasal aide à enrayer les symptômes de rhinite allergique saisonnière comme un embarras de la respiration nasale, un écoulement nasal ou des démangeaisons nasales, des éternuements et une rougeur des yeux ou un larmoiement accompagné d'une démangeaison. L'action de ce médicament peut commencer à s'exercer 8 à 24 heures après la dose initiale, mais il peut falloir attendre plusieurs jours avant qu'il ne fasse pleinement effet.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées pour tous les troubles mentionnés dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait être nuisible aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

AvamysMC (le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal) non parfumé, sans saveur, sans alcool, avec agent de conservation, est une suspension orale aqueuse de furoate de fluticasone micronisé pour administration topique sur la muqueuse nasale au moyen d'une pompe qui libère des pulvérisations dosées (50 µL). Chaque flacon au poids de remplissage net de 4,5 g ou 10 g libèrera respectivement 30 ou 120 pulvérisations dosées après l'amorçage initial. Chaque pulvérisation distribue une fine brume contenant 27,5 µg de furoate de fluticasone dans 50 µL de présentation posologique. Ingrédients non médicinaux : chlorure de benzalkonium à 0,015 % p/p, carboxyméthylcellulose sodique, dextrose anhydre, édétate disodique, cellulose microcristalline, polysorbate 80 et eau purifiée.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Lorsqu'il s'agit d'un adulte ou d'un adolescent âgé de 12 ans ou plus, la dose recommandée est 2 pulvérisations dans chaque narine 1 fois par jour, de préférence à la même heure tous les jours. Pour obtenir les meilleurs résultats, on doit utiliser ce médicament régulièrement chaque jour.

Pour les enfants qui appartiennent au groupe d'âge qui s'étend de 2 ans à moins de 12 ans, la dose initiale recommandée est 1 pulvérisation dans chaque narine 1 fois par jour. Le médecin pourrait suggérer d'augmenter la dose à 2 pulvérisations dans chaque narine 1 fois par jour jusqu'à ce que les symptômes soient disciplinés. Après quoi le médecin pourrait suggérer de réduire la dose à 1 pulvérisation dans chaque narine 1 fois par jour.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Si vous employez ce médicament pour la première fois, si vous ne l'avez pas utilisé depuis plus de 30 jours, ou si le vaporisateur n'a pas été recouvert de son capuchon pendant plus de 5 jours, vous devrez « amorcer » la pompe en pressant 6 fois sur l'applicateur orienté vers le plafond ou jusqu'à ce qu'un fin nuage de gouttelettes apparaisse.

Mouchez-vous doucement avant chaque emploi pour dégager vos narines. Agitez bien le flacon recouvert de son capuchon. Retirez le capuchon. Suivez le mode d'emploi ci-après.

Étape 1 : inclinez légèrement la tête en avant et placez l'embout du vaporisateur dans une narine. Pointez l'extrémité de l'embout vers la paroi du nez.

Étape 2 : appuyez fermement 1 fois sur le bouton pour projeter une pulvérisation que vous aspirez aussitôt par le nez. Retirez l'embout de la narine et expirez par la bouche.

Étape 3 : répétez les étapes 1 et 2 pour l'autre narine.

Si vous employez 2 pulvérisations dans chaque narine, répétez les étapes 1 à 3 de nouveau.

Protégez vos yeux des pulvérisations. Si vos yeux sont atteints malgré tout, rincez-les bien avec de l'eau. Remettez toujours le capuchon après chaque emploi.

Vous pouvez voir le contenu du flacon au moyen de l'indicateur de niveau. Vous devriez jeter le dispositif nasal après l'avoir utilisé le nombre de fois indiqué sur l'étiquette. Au-delà de ce nombre, la quantité de médicament pulvérisé est susceptible d'être variable, même si le flacon n'est pas complètement vide.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Entreposez ce médicament à la température ambiante, à la verticale, et recouvert de son capuchon. Gardez-le hors de la portée des enfants. Ne mettez pas le médicament au réfrigérateur et évitez le gel.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Quiconque ayant une allergie au furoate de fluticasone en vaporisateur nasal ou à l'un des ingrédients du médicament ne devrait pas l'employer.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • un mal de dos,
  • une toux,
  • une fièvre,
  • des maux de tête,
  • un saignement de nez,
  • une irritation ou une douleur nasale,
  • des maux de gorge.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une accélération des battements de cœur ;
  • des lésions ou des ulcères à l'intérieur du nez ;
  • des symptômes d'une infection fongique nasale (par ex. un écoulement nasal, une fièvre, des maux de tête, de la fatigue, un sentiment de malaise généralisé).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Croissance des enfants et des adolescents : les corticostéroïdes comme le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal peuvent nuire à la croissance des enfants et des adolescents. Votre médecin surveillera de près votre croissance. Discutez avec votre médecin de ce qui vous inquiète.

Infections : les corticostéroïdes comme le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal peuvent aggraver des infections déjà présentes, cacher les signes d'infection et engendrer de nouvelles infections. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale périodique ciblant les signes d'infection si vous employez ce médicament pendant quelques mois ou plus longtemps. Les personnes qui utilisent ce médicament et qui n'ont eu ni la varicelle ni la rougeole ou qui n'ont pas été vaccinées contre ces infections devraient soigneusement éviter d'y être exposées.

Fonction hépatique : il se pourrait que le corps des personnes dont la fonction hépatique est gravement diminuée n'élimine pas le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal aussi rapidement que celui des autres personnes. Discutez avec votre médecin des risques et des bienfaits de ce médicament si votre fonction hépatique est gravement diminuée.

Autres médicaments corticostéroïdes : les personnes qui ont pris des corticostéroïdes oraux et qui commencent à employer le furoate de fluticasone devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte. En changeant la forme du médicament, vous effectuez le passage de la voie orale à la voie injectable par le biais du vaporisateur nasal, et ce changement peut entraîner des symptômes comme la fatigue, des courbatures, des douleurs et un état dépressif. Ne manquez pas d'informer votre médecin de votre prise passée ou actuelle de corticostéroïdes. Vous ferez l'objet d'une surveillance médicale pendant que vous prendrez ce médicament.

Problèmes de la vue : les corticostéroïdes comme le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal peuvent causer un glaucome ou des cataractes. Signalez immédiatement à votre médecin toute anomalie du champ visuel.

Cicatrisation : les corticostéroïdes comme le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal peuvent ralentir la cicatrisation des plaies. Si vous avez des ulcères dans le nez, si votre nez a été opéré ou a subi un traumatisme, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament influera sur ces troubles. Votre médecin pourrait vous conseiller d'attendre que vos plaies se soient complètement cicatrisées.

Grossesse : l'innocuité du furoate de fluticasone en vaporisateur nasal employé durant une grossesse n'a pas été établie. Ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 2 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre le furoate de fluticasone en vaporisateur nasal et l'un des agents ci-après :

  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le voriconazole),
  • le ritonavir.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments,
  • remplacer l'un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.