Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

La mométasone appartient à la classe de médicaments appelés corticostéroïdes. On utilise les inhalations de mométasone pour traiter l'asthme chez les personnes de 4 ans et plus. Ce médicament aide à maîtriser les symptômes de l'asthme et à prévenir les crises d'asthme en diminuant l'enflure des voies respiratoires des poumons. Lorsqu'on utilise ce médicament régulièrement, il aide à prévenir et à contrôler les symptômes de l'asthme. Il ne soulagera pas une crise d'asthme qui est déjà présente. Un emploi régulier quotidien est essentiel à son efficacité.

Ce médicament commence à agir au cours des 24 heures qui suivent le début de son utilisation, mais ses effets peuvent ne pas être pleinement constatés avant 1 à 2 semaines.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

100 µg/ inhalation
Chaque inhalation dosée activée par le capuchon libère 100 µg de furoate de mométasone par inhalation propulsive sous forme de poudre sèche. Ingrédients non médicinaux : lactose anhydre.

200 µg/ inhalation
Chaque inhalation dosée activée par le capuchon libère 200 µg de furoate de mométasone par inhalation propulsive sous forme de poudre sèche. Ingrédients non médicinaux : lactose anhydre.

400 µg/ inhalation
Chaque inhalation dosée activée par le capuchon libère 400 µg de furoate de mométasone par inhalation propulsive sous forme de poudre sèche. Ingrédients non médicinaux : lactose anhydre.

Comment doit-on employer ce médicament ?

Enfants de 4 à 11 ans : la dose habituellement recommandée de mométasone en inhalation et de 100 µg en inhalation orale, une fois par jour, le soirée.

Adultes et enfants de plus de 12 ans : la dose habituellement recommandée de mométasone pour inhalation est de 200 µg à 400 µg inhalés par la bouche, une fois par jour le soir.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il se peut que votre médecin augmente ou réduise la dose, selon son efficacité pour vous. Une fois vos difficultés respiratoires sous contrôle, la dose doit être réduite à la plus faible dose efficace pour maîtriser l'asthme. Si l'asthme s'aggrave pendant que vous utilisez ce médicament, votre médecin pourrait vous recommander d'augmenter la dose ou d'utiliser le médicament plus fréquemment.

La quantité de poudre inhalée lors de l'administration de chaque dose est très petite. Il se peut que vous ne puissiez la goûter ni la sentir se diriger à l'intérieur de vos poumons. Toutefois, le médicament pénétrera dans vos poumons si vous suivez les instructions sur le mode d'emploi de l'inhalateur. Si vous n'êtes pas sûr de bien utiliser votre inhalateur, demandez à votre pharmacien ou votre médecin de vous enseigner la méthode appropriée.

Vous ne devez pas arrêter subitement de prendre ce médicament. Vous devez réduire graduellement votre dose de traitement pour diminuer le risque d'aggravation de vos symptômes.

Pour réduire le risque d'apparition d'une infection à levures dans la bouche (appelée muguet), rincez-vous la bouche après avoir inhalé le médicament et gargarisez-vous avec de l'eau.

Il importe de ne pas oublier que ce médicament n'offre pas un soulagement immédiat contre les crises d'asthme qui sont déjà présentes. L'utilisation de ce médicament est destinée à un soulagement à long terme. Les inhalateurs qui contiennent des médicaments de « secours » à action rapide (par ex. le salbutamol, la terbutaline) seront encore nécessaires pendant que vous utilisez ce médicament régulièrement.

Ce médicament est plus efficace lorsqu'on l'utilise de façon régulière. Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants. Le dispositif est présenté dans un sachet de papier métallique scellé. Jetez le dispositif et le médicament restant 2 mois après avoir ouvert l'emballage.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer la mométasone en inhalation dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à la mométasone ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une allergie au lait ou au lactose;
  • une crise d'asthme déjà déclenchée;
  • une tuberculose pulmonaire active ou latente;
  • une infection pulmonaire fongique, bactérienne ou virale non traitée;
  • une infection de l'œil causée par le virus herpès simplex;
  • vous êtes dans un état de mal asthmatique (degré grave d'asthme qui ne répond pas au traitement).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants.

  • une congestion nasale;
  • un dérangement d'estomac;
  • une irritation de la gorge;
  • de la nausée;
  • un mal de gorge ou une bouche endolorie;
  • des maux de tête;
  • une rougeur ou une démangeaison oculaire;
  • une voix enrouée ou perte de la voix.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • une aggravation de l'asthme.
  • une boursouflure du visage, une enflure des lèvres ou des paupières;
  • une ostéoporose ou des lésions osseuses;
  • la présence de plaques blanches dans la bouche ou la gorge (infection fongique);
  • un ralentissement de la croissance (pour les enfants et les adolescents);
  • des sensations de picotements ou d'engourdissements dans les bras et les jambes, de la douleur aux sinus et de la congestion, une détérioration des problèmes respiratoires (syndrome de Churg et Strauss);
  • des sifflements respiratoires ou de la difficulté à respirer immédiatement après avoir inhalé le médicament;
  • des signes attribuables à une infection des voies respiratoires (par ex. de la fièvre ou des frissons, de l'essoufflement, des étourdissements prolongés, des maux de tête, une perte de poids, des serrements à la poitrine, des difficultés respiratoires ou des sifflements respiratoires);une éruption cutanée;
  • des signes de dépression (par ex. un manque de concentration, des fluctuations pondérales, des changements du sommeil, désintérêt à l'égard de nombreuses activités, des pensées suicidaires);
  • des signes d'un saignement (par ex. un saignement du nez inaccoutumé, des ecchymoses, du sang dans l'urine, une toux avec expectoration sanglante, un saignement des gencives, des coupures qui n'arrêtent pas de saigner);
  • des symptômes attribuables à une insuffisance des glandes surrénales (de la fatigue, des maux de tête, de la nausée, des vomissements, des douleurs articulaires ou musculaires);
  • des symptômes attribuables au glaucome ou à des cataractes (par ex. un brouillement de la vision, l'apparition de halos de couleurs vives autour des lumières, de la rougeur aux yeux, l'augmentation de la pression intraoculaire, de la douleur ou un inconfort oculaire);
  • une toux.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • une détérioration de l'asthme ou l'apparition soudaine de crises d'asthme (par ex. de la toux, des difficultés respiratoires, des sifflements respiratoires);
  • une douleur thoracique;
  • une fréquence cardiaque accrue;
  • une réaction allergique grave (par ex. de l'urticaire, des difficultés respiratoires ou de l'enflure du visage, de la bouche ou de la langue).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Arrêt du médicament : n'arrêtez pas subitement de prendre ce médicament. L'arrêt de ce médicament devrait se faire progressivement selon les indications de votre médecin traitant.

Contrôle de l'asthme : ce médicament ne s'emploie pas comme médicament de « soulagement ». Si vous commencez à subir une crise d'asthme, assurez-vous d'utiliser votre médicament de « soulagement » ou de « secours » pour obtenir un soulagement rapide de vos symptômes d'asthme. Communiquez immédiatement avec votre médecin si vous constatez que vous utilisez votre médicament de « secours » (par ex. le salbutamol, la terbutaline, le formotérol) plus souvent ou s'il n'est pas aussi efficace qu'auparavant. Cela pourrait signifier que votre asthme n'est pas contrôlé. Il se peut que votre médecin vous recommande de changer temporairement votre dose de ce médicament ou qu'il vous prescrive un corticostéroïde par voie orale.

Fonction hépatique : la mométasone peut avoir plus d'effets sur les personnes atteintes de cirrhose du foie. Si votre fonction hépatique est réduite ou si vous êtes atteint d'une maladie hépatique, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Hygiène orale : une hygiène buccale appropriée, notamment le rinçage de la bouche avec de l'eau après l'utilisation de ce médicament, aide à réduire le risque de contracter une infection fongique de la bouche et de la gorge appelée muguet. Si vous remarquez les signes du muguet, comme l'apparition de plaques blanches dans votre bouche, communiquez avec votre médecin.

Infections : la mométasone est susceptible de masquer certains signes d'infection et de nouvelles infections peuvent apparaître pendant son utilisation. Les symptômes de certaines infections comme la varicelle et la rougeole peuvent être plus intenses pour les personnes qui prennent des médicaments comme la mométasone. Si vous observez des symptômes d'une infection (par ex. une fièvre, des frissons, une toux, des maux de gorge) ou si vous entrez en contact avec des personnes qui ont la rougeole ou la varicelle, communiquez avec votre médecin au plus tôt.

Maladie thyroïdienne : les effets de la mométasone peuvent être accrus pour les personnes dont la fonction thyroïdienne est réduite (hypothyroïdie). Si vous êtes atteint d'hypothyroïdie, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Ostéoporose : avec le temps, ce médicament (comme tous les corticostéroïdes) peut augmenter le risque d'ostéoporose (os friables). Demandez conseil à votre médecin au sujet des moyens pour aider à prévenir l'ostéoporose. Si vous prenez ce médicament durant une longue période, votre médecin fera un suivi de votre densité osseuse.

Problèmes oculaires : l'utilisation prolongée de la mométasone ou d'autres corticostéroïdes en inhalation peut provoquer l'apparition du glaucome accompagné de lésions possibles aux nerfs optiques; des cataractes peuvent également se produire. Cela peut également augmenter le risque d'une infection oculaire causée par un champignon ou un virus. Vous devriez discuter avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, comment votre affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Utilisation des stéroïdes : si vous prenez ou si vous avez pris un médicament stéroïdien par voie orale (par ex. la prednisone) au cours des quelques derniers mois, consultez votre médecin avant d'utiliser ce médicament. Votre médecin pourrait décider de vous prescrire de nouveau des stéroïdes durant une période éprouvante ou une grave crise d'asthme.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : on ignore si la mométasone passe dans le lait maternel. Si vous prenez ce médicament pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : la mométasone en inhalation est susceptible de ralentir la croissance et le développement des adolescents qui l'utilisent. Le médecin de votre enfant le suivra de près pour détecter l'apparition de cette possible complication. L'innocuité et l'efficacité de la mométasone en inhalation n'ont pas été établies pour les enfants de moins de 12 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre la mométasone et l'un des agents ci-après:

  • l'acide acétylsalicylique (AAS);
  • l'aldesleukine;
  • l'amphotéricine B;
  • les antidiabétiques (par ex. le chlorpropamide, le glipizide, le glyburide, l'insuline, la metformine, le natéglinide, la rosiglitazone);
  • les antifongiques dont le nom se termine en « azole » (par ex. l'itraconazole, le kétoconazole, le voriconazole);
  • le bocéprévir;
  • le conivaptan;
  • le déférasirox;
  • les diurétiques (par ex. le furosémide, l'hydrochlorothiazide);
  • l'hyaluronidase;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. l'atazanavir, l'indinavir, le ritonavir, le saquinavir);
  • les inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH  (par ex. la delavirdine, l'éfavirenz, l'étravirine, la névirapine);
  • le kétoconazole;
  • le stiripentol;
  • le télaprévir.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.