Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

L'amitriptyline appartient à la famille des médicaments appelés antidépresseurs tricycliques. Elle s'utilise pour soigner une dépression. Elle agit sur le système nerveux central pour stabiliser l'humeur des personnes atteintes de dépression. Il y a lieu de penser que ce médicament exerce une action stabilisante sur les taux de substances chimiques naturelles (les neurotransmetteurs) dans le corps, notamment la sérotonine et la norépinéphrine. Il peut commencer à agir dans les 3 à 4 jours qui suivent sa prise, mais ses effets pourraient demander jusqu'à 30 jours avant de se manifester pleinement.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations, ou les deux. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Renseignez-vous davantage sur la vraie nature de l'hyperphagie boulimique.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Ce médicament est offert sous forme de comprimé dosé à 10 mg, 25 mg et 50 mg.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Lisez l'histoire de Tiffany : les impacts émotionnels, physiques et sociaux.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose usuelle de départ d'amitriptyline pour un adule atteint de dépression est 25 mg pris 3 fois par jour. La dose de départ de l'amitriptyline est habituellement faible, puis elle est augmentée progressivement par le médecin prescripteur jusqu'à ce qu'elle atteigne la dose jugée efficace et appropriée. Lorsque les symptômes s'atténuent, la dose peut être réduite à la plus petite quantité qui soulage les symptômes. La dose d'entretien quotidienne habituelle d'amitriptyline pour un adulte varie de 50 mg à 100 mg en prises fractionnées. La dose quotidienne de certaines personnes leur est donnée en 1 seule fois, de préférence à l'heure du coucher.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il importe que ce médicament soit pris conformément aux indications de votre médecin. Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer l'amitriptyline dans les circonstances ci-après :

  • une allergie à l'amitriptyline ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • des antécédents de réaction allergique à l'un des antidépresseurs de la famille des antidépresseurs tricycliques (par ex. la nortriptyline, la désipramine, l'imipramine) ;
  • une crise cardiaque récente ;
  • une insuffisance cardiaque congestive aiguë ;
  • la prise actuelle ou au cours des 14 jours précédents d'un inhibiteur de la MAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissent :

  • un appétit accru ou diminué ;
  • des bouffées de chaleur ;
  • de la constipation ;
  • des étourdissements ;
  • un gain de poids ;
  • un goût désagréable dans la bouche ;
  • une légère faiblesse ou fatigue ;
  • des maux de tête ;
  • de la nausée ;
  • une pression artérielle basse ;
  • des problèmes de la vue (par ex. une vision floue) ;
  • une sécheresse de la bouche ;
  • de la somnolence.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne consultez pas votre médecin ou si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • de l'agitation ;
  • de l'anxiété ;
  • des battements cardiaques rapides ou irréguliers ;
  • une capacité sexuelle diminuée ou accrue ;
  • des cauchemars ;
  • de la confusion ;
  • une démarche traînante ;
  • de la désorientation ;
  • de la difficulté à uriner ;
  • une douleur oculaire ;
  • une éruption cutanée ou une démangeaison ;
  • un état de nervosité ou de l'agitation ;
  • des hallucinations ;
  • de l'irritabilité ;
  • une perte de l'équilibre ;
  • une physionomie figée ;
  • une sensation d'engourdissement ou de picotements dans les doigts ou les orteils ;
  • une sensibilité accrue de la peau aux rayonnements solaires ;
  • une sudation diminuée ou accrue ;
  • un tintement ou des bourdonnements d'oreilles ;
  • des tremblements ou des tremblements accusés ;
  • des troubles de l'élocution ;
  • des troubles du sommeil ;
  • des vomissements.

Cessez la prise du médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • des crises convulsives ;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (par ex. une boursouflure du visage et une enflure de la langue, une difficulté respiratoire, de l'urticaire).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Chirurgie : l'emploi de l'amitriptyline, avant, durant et après une intervention chirurgicale peut accroître le risque d'anomalies du rythme cardiaque. Vous devriez discuter avec votre médecin des risques et des bienfaits de l'emploi de l'amitriptyline durant une intervention chirurgicale non urgente. Votre médecin pourrait vous recommander de suspendre ou de diminuer la dose d'amitriptyline plusieurs jours avant l'intervention chirurgicale prévue.

Comportement suicidaire ou agité : les personnes qui prennent un antidépresseur comme l'amitriptyline peuvent observer de l'agitation (de l'impatience, de l'anxiété, de l'agressivité, des émotions fortes, des troubles du sommeil et avoir le sentiment de ne pas être elles-mêmes), ou elles peuvent vouloir se faire du mal ou faire du mal à quelqu'un. Si vous remarquez une transformation de l'humeur, du comportement, des pensées ou des sentiments ressentis par vous-même ou par quelqu'un qui prend ce médicament, communiquez avec un médecin immédiatement. Votre médecin exercera une surveillance stricte qui ciblera les changements de votre comportement, surtout au début du traitement ou au moment où la dose que vous prenez est augmentée ou diminuée.

Maladies cardiaques : les antidépresseurs tricycliques tels que l'amitriptyline peuvent causer de l'arythmie cardiaque, surtout s'ils sont pris en fortes doses. Les personnes qui ont des antécédents de maladies cardiaques et les aînés devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, comment leur affection pourrait influer sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Manie et hypomanie : l'amitriptyline peut intensifier une manie ou une hypomanie. Les personnes ayant des antécédents de trouble bipolaire devraient faire l'objet d'une surveillance médicale stricte pendant qu'elles prennent ce médicament.

Sevrage : ne suspendez pas brusquement la prise de ce médicament si vous avez suivi un traitement de longue durée, car vous pourriez éprouver de la nausée, des maux de tête et un malaise. Les personnes qui avaient diminué graduellement les doses de ce médicament ont observé dans les 2 semaines qui ont suivi des symptômes transitoires, notamment de l'irritabilité, de l'agitation, des rêves et des perturbations du sommeil. Ces symptômes ne signifient pas que l'emploi de ce médicament a engendré un état de dépendance. Ne cessez toutefois pas de prendre ce médicament soudainement si vous le prenez depuis un certain temps. Si vous devez cesser la prise du médicament, communiquez avec votre médecin qui vous donnera la marche à suivre pour arrêter progressivement le traitement.

Somnolence et vigilance réduite : l'amitriptyline peut entraîner une réduction des facultés physiques ou mentales nécessaires à la réalisation de tâches potentiellement dangereuses comme faire fonctionner des machines ou conduire une voiture. N'entreprenez pas de telles activités avant de vous assurer que le médicament ne produit pas de tels effets sur vous.

Troubles médicaux : les personnes atteintes des affections ci-après devraient discuter avec leur médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur leur affection, de l'influence de leur affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique:

  • des crises convulsives ;
  • certains désordres sanguins ;
  • une fonction hépatique réduite ;
  • un glaucome à angle fermé ;
  • une hyperplasie bénigne de la prostate (une augmentation du volume de la prostate) ;
  • une pression intraoculaire accrue ;
  • une rétention urinaire.

Troubles de la glande thyroïde : les personnes qui souffrent d'hyperthyroïdie (glande thyroïde hyperactive) ou celles qui reçoivent des traitements pour la glande thyroïde doivent être suivies de très près lorsqu'elles prennent de l'amitriptyline.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'utiliser durant la grossesse à moins que les bienfaits priment les risques. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament passe dans le lait maternel. Si vous employez l'amitriptyline pendant que vous allaitez, votre bébé pourrait en ressentir les effets. Consultez votre médecin pour savoir si vous devriez continuer l'allaitement.

Enfants : ni l'innocuité ni l'efficacité de ce médicament n'a été établie en ce qui concerne les enfants âgés de moins de 12 ans.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'amitriptyline et l'un des agents ci-après :

  • l'acide acétylsalicylique ou AAS ;
  • l'acide valproïque ;
  • l'alcool ;
  • l'alfuzosine ;
  • l'altrétamine ;
  • les analgésiques opioïdes (par ex. la morphine) ;
  • l'amiodarone ;
  • les antifongiques (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le kétoconazole) ;
  • les antihistaminiques ;
  • les barbituriques (par ex. le butalbital, le phénobarbital) ;
  • les bêta-2 agonistes (par ex. le salmétérol, le formotérol, le fénotérol, la terbutaline) ;
  • le bupropion ;
  • la carbamazépine ;
  • la chloroquine ;
  • la cimétidine ;
  • le cinacalcet ;
  • la ciprofloxacine ;
  • la clonidine ;
  • les décongestifs nasaux en vaporisateur (par ex. l'oxymétazoline, la phényléphrine, la naphazoline) ;
  • la délavirdine ;
  • la desmopressine ;
  • le divalproex ;
  • la dronédarone ;
  • la duloxétine ;
  • la guanéthidine ;
  • l'isoniazide ;
  • la lévofloxacine ;
  • le lithium ;
  • les inhibiteurs des cholinestérases (par ex. le donépézil, la galantamine, la rivastigmine) ;
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) ;
  • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex. le ritonavir, le lopinavir, le tipranavir) ;
  • les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine ou ISRS (par ex. le citalopram, la fluoxétine, la fluvoxamine, la sertraline) ;
  • les médicaments anticholinergiques (par ex. l'atropine, l'oxybutynine) ;
  • les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (par ex. le célécoxib, le diclofénac, l'ibuprofène, le naproxène) ;
  • d'autres médicaments induisant la sédation (par ex. les sédatifs, les somnifères, les anesthésiques) ;
  • le méthylphénidate ;
  • le millepertuis ;
  • la moxifloxacine ;
  • le nilotinib ;
  • la paroxétine ;
  • la phénytoïne ;
  • la propafénone ;
  • le propoxyphène ;
  • la quinidine ;
  • la quinine ;
  • la rifabutine ;
  • la rifampicine ;
  • les stimulants (par ex. les suppresseurs de l'appétit, les amphétamines, l'épinéphrine, la norépinéphrine) ;
  • la terbinafine ;
  • la tétrabénazine ;
  • la thioridazine ;
  • la tizanidine ;
  • le tramadol ;
  • la trazodone ;
  • la warfarine ;
  • la yohimbine ;
  • la ziprasidone.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin pourrait vous demander de :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine ou des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.