Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce produit consiste en une association de 2 médicaments : l'ibuprofène et la pseudoéphédrine. L'ibuprofène est un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) qui atténue la douleur, la fièvre et l'inflammation en réduisant les concentrations d'une substance qui provoque l'inflammation et la douleur dans l'organisme. La pseudoéphédrine est un décongestionnant qui soulage les symptômes de la congestion nasale et sinusale en drainant les voies nasales et les sinus.

On utilise ce médicament pour soulager la congestion nasale, la congestion et la douleur des sinus, la fièvre, les maux de tête et de gorge et les douleurs musculaires et corporelles associées au rhume banal, à la sinusite ou à la grippe.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin ou un pharmacien, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous employez ce médicament, consultez-le.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été recommandé par leur médecin ou un pharmacien.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

5 mL de liquide violet à saveur de raisin contiennent 100 mg d'ibuprofène et 15 mg de chlorhydrate de pseudoéphédrine. Ingrédients non médicinaux : acide citrique, arôme, benzoate de sodium, bleu FD&C nº 1, carboxyméthylcellulose sodique, cellulose microcrystalline, EDTA de sodium, eau purifée, glycérine, gomme xanthane, polysorbate 80, rouge FD&C nº 40, saccharose et solution de sorbitol.

Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose habituellement recommandée pour les adultes et les enfants de plus de 12 ans est de 1 ou 2 caplets ou capsules Liqui-gels toutes les 4 à 6 heures au besoin. Ne prenez pas plus de 6 caplets ou capsules Liqui-gels par période de 24 heures, sauf sur l'avis de votre médecin.

Pour la suspension pédiatrique, la dose dépend de l'âge et du poids de l'enfant et on l'administre à toutes les 6 heures au besoin. On ne doit pas donner plus de 4 doses par jour à moins d'avis contraire du médecin. Mesurez chaque dose du sirop à l'aide d'une seringue ou une tasse de médicament pour usage oral prévue à cet effet, car cela donne une mesure plus précise qu'une cuiller à thé. Il faut bien agiter la suspension avant de verser une dose.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il importe d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin ou d'un pharmacien. Si vous prenez ce médicament régulièrement et que vous omettez une dose, prenez-la dès que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie ou une hypersensibilité à l'ibuprofène, à la pseudoéphédrine ou à d'autres AINS (par ex. au naproxène, au kétoprofène, au diclofénac), à l'AAS ou à l'un des ingrédients du médicament ;
  • avant ou juste après un pontage coronarien ;
  • une déshydratation causée par des vomissements, de la diarrhée ou l'ingestion insuffisante de liquides ;
  • une grave maladie du rein ;
  • une grossesse ou la pratique de l'allaitement maternel ;
  • une hypertension artérielle importante ;
  • œdème angioneurotique ;
  • des polypes dans le nez ;
  • la présence de lupus érythémateux aigu disséminé ;
  • la présence de maladie hépatique (du foie) importante ou d'une réduction de la fonction hépatique ;
  • la présence de maladie rénale ou d'une réduction ou d'une détérioration de la fonction rénale ;
  • la présence d'un ulcère intestinal ou gastrique (de l'estomac), de colite ulcéreuse ou de maladie de Crohn ;
  • la prise d'un inhibiteur de la MAO (par ex. la phénelzine, la tranylcypromine) au cours des 14 jours précédents ;
  • une respiration sifflante ou une difficulté à respirer lors de la prise d'AAS ou d'un autre AINS (par ex. naproxen, diclofénac, kétoprofène) ;
  • si vous êtes atteint du syndrome de Raynaud ;
  • si vous prenez d'autres AINS (par ex. du naproxène, du diclofénac, du kétoprofène).

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent.

Les effets secondaires énumérés ci-après ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si les effets secondaires vous inquiètent, discutez des risques et des bienfaits de ce médicament avec votre médecin.

Au moins 1 % des personnes prenant ce médicament ont signalé les effets secondaires ci-après. Un grand nombre de ces effets secondaires peuvent être pris en charge et quelques-uns peuvent disparaître d'eux-mêmes avec le temps.

Consultez votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et s'ils sont graves ou gênants. Votre pharmacien pourrait être en mesure de vous donner des conseils sur la conduite à tenir si ces effets secondaires apparaissaient :

  • de l'agitation ;
  • des brûlures d'estomac et de l'indigestion ;
  • de la constipation ;
  • des crampes abdominales ;
  • de la diarrhée ;
  • de la difficulté à dormir ;
  • de la faiblesse ;
  • de la nausée ;
  • une nervosité ;
  • une perte de l'appétit ;
  • une sensation de ballonnement ou des gaz ;
  • une sensation de tête légère ;
  • une somnolence ;
  • des vomissements.

La plupart des effets secondaires figurant ci-après ne surviennent pas très souvent, mais ils pourraient cependant engendrer de graves problèmes si vous ne recevez pas des soins médicaux.

Renseignez-vous auprès de votre médecin au plus tôt si l'un des effets secondaires ci-après se manifeste :

  • des battements cardiaques rapides et très forts (palpitations) ;
  • un bourdonnement dans les oreilles ;
  • une enflure ;
  • une éruption cutanée ;
  • des étourdissements ;
  • une prise de poids ;
  • une vision floue ou d'autres symptômes oculaires.

Cessez de prendre le médicament et sollicitez immédiatement des soins médicaux s'il se produit une réponse comme :

  • la présence de sang dans les vomissements ;
  • des selles noirâtres et goudronneuses ;
  • des symptômes d'une grave réaction allergique (une difficulté respiratoire, de l'urticaire, une enflure de la bouche ou de la gorge).

Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires autres que ceux énumérés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous employez ce médicament.

Existe-t-il d'autres précautions d'emploi ou mises en garde ?

Avant d'employer un médicament, ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Les femmes devraient mentionner si elles sont enceintes ou si elles allaitent. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

AVIS DE SANTÉ CANADA

24 mars 2016

Santé Canada a émis de nouvelles mises en garde concernant l'emploi de ibuprofène - pseudoéphédrine. Pour lire dans son intégralité l'avis de Santé Canada, rendez-vous vers le site Web de Santé Canada à l'adresse www.hc-sc.gc.ca.

Atteintes rénales : ce médicament peut causer des troubles rénaux. Si votre fonction rénale est réduite, si vous prenez des diurétiques (par ex. de l'hydrochlorothiazide, du furosémide), si vous êtes atteint d'insuffisance cardiaque ou si vous êtes aîné, discutez avec votre médecin de la façon dont ce médicament pourrait influer sur votre affection, de l'influence de votre affection sur l'administration et l'efficacité de ce médicament, et de la pertinence d'une surveillance médicale spécifique.

Généralités : si vos symptômes ne s'atténuent pas ou si vous faites une forte fièvre, communiquez avec votre médecin. N'utilisez pas ce médicament pendant plus de 3 jours pour une fièvre et plus de 5 jours pour de la douleur ou les symptômes attribuables à un rhume sans avoir consulté votre médecin ou votre pharmacien.

Problèmes de saignement : si vous êtes atteint d'un désordre de la coagulation (par ex. l'hémophilie) ou si vous prenez des anticoagulants (par ex. de la warfarine), vous ne devez pas prendre ce médicament à moins que votre médecin vous recommande de le faire.

Problèmes de vessie : la prise de ce médicament peut provoquer une douleur à la vessie, des mictions urinaires douloureuses ou difficiles ou une augmentation de la fréquence des mictions urinaires. Si ces symptômes se produisent sans explication (par ex. une infection), cessez de prendre ce médicament et communiquez avec votre médecin.

Rétention d'eau : ce médicament pourrait causer une rétention d'eau. si vous êtes atteint d'insuffisance cardiaque ou d'hypertension artérielle, une rétention de liquide peut aggraver votre affection. Si vous remarquez une détérioration de vos symptômes d'insuffisance cardiaque ou si votre tension artérielle augmente pendant que vous prenez ce médicament, communiquez avec votre médecin.

Somnolence et étourdissements : ce médicament peut provoquer de la somnolence et des étourdissements qui peuvent nuire à votre capacité de conduire un véhicule ou de manœuvrer une machine sans danger. Si ce médicament agit ainsi sur vous, évitez ces tâches.

Troubles médicaux : les personnes atteintes des troubles suivants ne devraient pas prendre ce médicament, sauf sur l'avis d'un médecin : maladie cardiaque, hypertension artérielle, maladie thyroïdienne, glaucome à angle fermé, diabetes ou difficulté à uriner attribuable à une hypertrophie de la prostate.

Ulcères d'estomac et saignements : l'ibuprofène peut causer des ulcères ou des saignements dans l'estomac ou les intestins. Si vous avez des selles noires et poisseuses, des vomissements qui ressemblent à du marc du café ou des douleurs dans l'estomac quand vous prenez ce médicament, communiquez immédiatement avec votre médecin. Avant de prendre ce médicament, les personnes qui ont des antécédents de trouble gastrique devraient demander à leur médecin ou à leur pharmacien si ce médicament aura des effets sur leur état de santé et si elles auront besoin d'un suivi particulier.

Grossesse : ce médicament ne devrait pas s'employer durant la grossesse. Si une grossesse advient pendant que vous utilisez ce médicament, prenez contact avec votre médecin immédiatement.

Allaitement : ce médicament ne devrait pas s'employer durant l'allaitement au sein.

Enfants : il ne faut pas administrer les caplets ni les capsules Liqui-gels aux enfants de moins de 12 ans. il ne faut pas administrer la suspension liquide aux enfants de moins de 12 ans.

Aînés : les aînés peuvent être plus susceptibles aux effets secondaires de ce médicament.

D'autres agents peuvent-ils interagir avec ce médicament ?

Il pourrait se produire une interaction entre l'association ibuprofène-pseudoéphédrine et l'un des médicaments ci-après :

  • l'acétaminophène ;
  • l'acide acétylsalicylique ou AAS ;
  • l'alcool ;
  • les anticoagulants (par ex. l'héparine, la warfarine) ;
  • les antidiabétiques (par ex. le glyburide et l'insuline) ;
  • les antihypertenseurs (par ex. l'aténolol, le ramipril, l'amlodipine) ;
  • d'autres AINS (par ex. le naproxène, le diclofénac, le kétorolac) ;
  • d'autres médicaments servant à traiter le rhume et les allergies ;
  • la chlorpromazine ;
  • la cholestyramine ;
  • le colestipol ;
  • les corticostéroïdes (par ex. la prednisone) ;
  • la cyclosporine ;
  • la digoxine ;
  • les diurétiques (par ex. l'hydrochlorothiazide, le furosémide) ;
  • les inhibiteurs de la MAO (par ex. le moclobémide, la phénelzine) ;
  • les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (par ex. la desvenlafaxine, la duloxétine, la venlafaxine) ;
  • les ISRS (par ex. le citalopram, l'escitalopram, la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline) ;
  • le lithium ;
  • le méthotrexate ;
  • le pemetrexed ;
  • la phénytoïne ;
  • le pindolol ;
  • le probénécide ;
  • les produits à base d'herbes médicinales qui peuvent augmenter le risque de saignement (par ex. la griffe de chat, l'angélique chinoise, la grande camomille, l'ail, le gingembre) ;
  • le salicylate de sodium ;
  • la thyroxine.

Si vous prenez l'un de ces médicaments, consultez votre médecin ou un pharmacien. Dans votre cas, votre médecin peut vous demander de  :

  • cesser la prise de l'un des médicaments ;
  • remplacer l'un des médicaments par un autre ;
  • modifier la manière dont vous prenez l'un des médicaments, ou les deux ;
  • ne rien changer du tout.

L'interférence d'un médicament avec un autre n'entraîne pas toujours l'interruption de la prise de l'un d'eux. Demandez à votre médecin quelle est la conduite à tenir en cas d'interactions médicamenteuses.

D'autres médicaments que ceux énumérés précédemment peuvent interagir avec ce médicament. Signalez à votre médecin tout ce que vous prenez, qu'il s'agisse de médicaments sur ordonnance ou en vente libre et de remèdes à base de plantes médicinales. N'oubliez pas de mentionner tout supplément que vous absorbez. Si vous consommez de la caféine, de l'alcool, de la nicotine et des drogues illicites, vous devriez en avertir votre médecin prescripteur puisque ces substances peuvent modifier l'action de nombreux médicaments.