Page d'accueil

Paludisme

(Malaria, Palu, Infection parasitaire, Maladie tropicale)

Description

Le paludisme, ou malaria, est une infection parasitaire propagée par le moustique anophèle. Le paludisme à Plasmodium, n'a pour origine ni un virus ni une bactérie, mais un parasite formé d'une cellule unique qui se multiplie dans les globules rouges des êtres humains ainsi que dans l'intestin des moustiques.

Quand la femelle du moustique pique une personne infectée pour se nourrir de son sang, des formes mâles et femelles du parasite sont ingérées avec le sang humain. Par la suite, elles se rencontrent et s'accouplent dans l'intestin du moustique, puis les formes infectieuses sont transmises à un autre humain lorsque le moustique s'alimente de nouveau.

La malaria est un problème global important. On compte environ 216 millions de cas dans le monde entier et chaque année à peu près 655 000 personnes en meurent. La malaria est prévalente en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, en Hispaniola (l'île d'Haïti) et en Océanie (Papouasie-Nouvelle-Guinée, Irian Jaya et les Iles Salomon).

De 350 à 1 000 cas de malaria sont signalés au Canada chaque année après le retour d'approximativement 1 million de voyageurs des régions où la malaria est endémique.

Bien que le parasite ait progressivement acquis une résistance à plusieurs de nos anciens antipaludéens, nous disposons encore de nombreux médicaments sûrs et efficaces indiqués pour le traitement aussi bien que pour la prévention de cette affection.

Le paludisme peut être transmis à des êtres humains par 4 espèces du parasite Plasmodium, à savoir P. falciparum, P. vivax, P. ovale et P. malariae. Les 2 premiers sont les plus répandus. Le plus dangereux de ces parasites est Plasmodium falciparum, car l'infection qu'il transmet peut tuer rapidement (en quelques jours), alors que les autres espèces causent une maladie, mais pas la mort. Falciparum malariae se rencontre surtout en Afrique subsaharienne et en Océanie.

Causes

Vous ne pouvez contracter le paludisme que par une piqûre de moustique infecté ou par une transfusion sanguine d'une personne infectée. Le paludisme peut aussi être transmis de la mère au fœtus pendant la grossesse.

Les moustiques qui transmettent le parasite Plasmodium l'obtiennent en piquant une personne ou un animal infecté. Le parasite subit ensuite diverses transformations qui lui permettent d'infecter la prochaine créature piquée par le moustique. Lorsqu'il a été introduit dans votre organisme, il se multiplie dans le foie et se transforme de nouveau, prêt à infecter le prochain moustique qui vous piquera. Il pénètre ensuite dans la circulation sanguine et envahit les globules rouges. Les globules rouges infectés finissent par éclater, ce qui a pour effet d'envoyer les parasites partout dans l'organisme et de déclencher les symptômes de la malaria.

Nos gènes ont été exposés au paludisme depuis suffisamment longtemps pour en subir l'influence. De nombreuses personnes d'origine africaine souffrent de drépanocytose, parce que le gène qui la provoque confère également une certaine immunité à la malaria. En Afrique, les personnes dotées d'un gène de l'anémie falciforme ont une meilleure chance de survivre et d'avoir des enfants. Il en va de même pour la thalassémie, maladie héréditaire qui touche les personnes d'origine méditerranéenne, asiatique ou afro-américaine. (Consultez l'article sur l'anémie pour plus de renseignements.)





Symptômes et Complications

Les symptômes apparaissent généralement 12 à 14 jours après l'infection. Les personnes atteintes de paludisme présentent les symptômes ci-après :

  • une douleur abdominale;
  • des frissons et des sueurs;
  • une diarrhée, des nausées et des vomissements (qu'occasionnellement);
  • des maux de tête;
  • des poussées de forte fièvre;
  • une pression artérielle basse causant des étourdissements lors du passage à la position couchée ou assise à la position debout (une hypotension orthostatique);
  • un vague endolorissement musculaire;
  • un appétit médiocre.

Les personnes infectées par Plasmodium falciparum sont susceptibles de présenter les symptômes ci-après :

  • une anémie causée par la destruction des globules rouges infectés;
  • une extrême fatigue, du délire, une perte de connaissance, des convulsions et un coma;
  • une insuffisance rénale;
  • un œdème pulmonaire (une accumulation de liquide dans les poumons pouvant entraîner de graves problèmes respiratoires).

Plasmodium vivax et Plasmodium ovale peuvent demeurer inactifs dans le foie pendant 1 an avant de provoquer des symptômes. Les parasites peuvent ensuite rester à l'état latent dans le foie et provoquer des récidives ultérieures. Plasmodium vivax est le type le plus répandu en Amérique du Nord.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf