Page d'accueil

Infection par le VPH

(Infection par le virus du papillome humain)

Description

Le virus du papillome humain (VPH) est un virus qui provoque des infections de la peau et des muqueuses (les parois des surfaces du corps qui sont en contact avec l'extérieur de l'organisme). Il est transmis d'une personne à l'autre par contact cutané, notamment par contact sexuel.

Il existe plus de 100 types de VPH et ils sont susceptibles d'avoir une action sur différentes parties du corps. Certains types de VPH peuvent causer l'apparition de verrues (comme les condylomes génitaux ou les verrues plantaires), et d'autres peuvent provoquer un cancer (comme le cancer du col utérin ou le cancer de l'anus).

L'infection par le VPH est l'une des infections transmises sexuellement (ITS) les plus communes au Canada et dans le monde entier. Au moins 70 % des hommes et des femmes qui ont des relations sexuelles seront atteints d'une infection à VPH au moins une fois dans leur vie et environ 3 à 9 millions de Canadiens sont infectés par le VPH.

Les différents types de VPH sont classés comme représentant un faible risque ou un risque élevé selon leur degré d'association avec le cancer. Les types représentant un « faible risque » provoquent rarement le cancer. Les types représentant un « risque élevé » sont associés à une plus grande probabilité de survenue de cancer, mais ils ne mènent pas nécessairement au cancer. Ces différents types de VPH peuvent provoquer diverses affections, notamment :

  • les verrues cutanées - on dénomme également ces infections verrues vulgaires, verrues plantaires ou verrues planes. Elles sont causées par des types de virus représentant un faible risque. Les verrues peuvent apparaître sur vos bras, votre visage, vos pieds, vos mains et vos jambes à tout âge, mais plus communément pendant l'enfance;
  • les condylomes génitaux - le VPH des types 6 et 11 cause la plupart des cas de condylomes génitaux; il s'agit de deux types de virus représentant un faible risque;
  • la dysplasie cervicale - le VPH peut causer des lésions sous forme de cellules anormales dans le col utérin - c'est ce qu'on appelle la dysplasie cervicale. On considère que ces lésions sont précancéreuses (il ne s'agit pas de cellules cancéreuses, mais il se peut qu'elles se transforment éventuellement en cellules cancéreuses). L'infection par le VPH disparaît fréquemment par elle-même, mais la dysplasie cervicale doit être traitée, car elle peut mener au cancer du col utérin;
  • le cancer du col utérin - les types 16 et 18 de VPH sont des virus représentant un risque élevé et ils causent environ 70 % de tous les cancers du col utérin. On a également associé les types 16 et 18 au cancer du pénis et au cancer de l'anus.

Le VPH peut causer des infections et des lésions ailleurs dans le corps, comme dans les voies respiratoires supérieures.

La majorité des infections causées par le VPH sont habituellement sans conséquence pour la santé, bien qu'elles puissent s'avérer gênantes. Mais étant donné que les infections par le VPH peuvent mener au cancer du col utérin, et à d'autres types de cancers, sont toutefois inquiétantes.

Apprêtez-vous à discuter avec votre médecin de votre tentative de grossesse.

Remplissez ce bref Guide de discussion avec le médecin pour pouvoir cerner la méthode qui vous conviendrait le mieux et planifier les étapes subséquentes.


Guide de discussion avec le médecin de fertilité

 1  2  3  4  5  6  7  8  9 



OUI      NON
PAS DU TOUT PAS DU TOUT

MODÉRÉMENT MODÉRÉMENT

BEAUCOUP BEAUCOUP

Vous êtes maintenant prête à vous entretenir avec votre médecin de votre tentative de grossesse. Il vous suffit d'imprimer ce feuillet et de l'apporter à votre prochain rendez-vous médical. Consignez également par écrit toutes les questions qui se rapportent spécifiquement à votre cas.

N'oubliez pas que pour obtenir une grossesse vous avez le choix entre plusieurs options, et que vous n'entreprenez pas votre parcours vers la fécondité en solitaire. Pour en savoir davantage sur la fécondité, consultez le canal Fertilité.


Causes

Le VPH pénètre dans le corps, habituellement par une lésion de la peau, puis il infecte les cellules qui forment les différentes couches de la peau. Le virus se réplique ou se multiplie alors dans le corps. Il peut s'écouler des semaines, des mois et même des années entre le moment de la contamination par le VPH et l'apparition de lésions. Il arrive même que de nombreuses personnes ignorent qu'elles sont infectées par le VPH.

Le VPH est transmis par contact cutané. Les infections par le VPH qui causent les verrues cutanées (par ex. les verrues plantaires ou les verrues vulgaires) peuvent s'acquérir par l'intermédiaire d'une coupure, mais le risque de transmission est faible. Le fait de marcher pieds nus dans des aires publiques comme un gymnase ou une piscine peut présenter un facteur de risque d'infection par les types de VPH à l'origine des verrues.

Les infections par les VPH qui causent les verrues génitales sont très contagieuses et sont habituellement contractées au cours d'une activité sexuelle avec une personne infectée. Il pourrait s'agir aussi bien d'un baiser ou d'un attouchement sur la peau d'une zone infectée (par ex. le scrotum, le vagin, la vulve, l'anus) que de rapports sexuels. Bien que la probabilité de transmettre le VPH soit plus grande lorsque les lésions ou les verrues sont visibles, la transmission est possible même en l'absence de verrues visibles.

Une mère atteinte d'une infection par le VPH peut également transmettre le virus à son bébé au cours de l'accouchement.

Parmi les facteurs de risque d'une infection par le VPH, on retrouve :

  • l'âge - les enfants et les jeunes adultes risquent davantage d'être atteints de verrues vulgaires et de verrues planes. Les condylomes génitaux se produisent habituellement chez les adolescents et les jeunes adultes;
  • le nombre de partenaires sexuels - plus une personne a de partenaires sexuels, plus son risque d'être atteinte d'une infection génitale par le VPH est élevé;
  • le système immunitaire - les personnes immunodéprimées (par ex. celles qui sont atteintes du VIH - SIDA, les receveurs de greffes d'organes ou les personnes qui prennent des médicaments immunosuppresseurs) possèdent des facteurs de risque qui les prédisposent davantage à une infection génitale par le VPH.




Symptômes et Complications

La plupart des infections par le VPH passent inaperçues, car elles ne provoquent aucun symptôme. Une personne peut contracter le virus à un moment donné, et ce germe peut rester présent dans le corps pendant des semaines, des années et même pendant tout le reste de sa vie sans se manifester par des symptômes d'infection.

Les symptômes qui se manifesteront varieront selon le type d'infection déclenchée par le VPH :

  • les verrues vulgaires sont des excroissances indolores et fermes dont la surface est rugueuse. Elles apparaissent sur les genoux, le visage, les doigts et autour des ongles;
  • les verrues planes sont de petites verrues lisses qui apparaissent en groupes sur le dos de la main, le visage ou les jambes;
  • les verrues plantaires sont celles qui apparaissent sur la plante du pied. Elles peuvent s'avérer douloureuses, car elles sont situées sur une partie du pied qui porte le poids du corps;
  • les verrues filiformes font saillie autour des yeux, du visage et du cou;
  • les condylomes génitaux sont de petites lésions plates ou en forme de chou-fleur. On les retrouve sur les régions génitales, notamment le vagin, le col utérin, la vulve, le pénis, le scrotum et l'anus. Ils sont habituellement indolores, mais ils sont susceptibles de saigner ou de provoquer des démangeaisons ou un écoulement;
  • les lésions précancéreuses ou la dysplasie cervicale sont des cellules anormales dans le col utérin. Elles sont indolores et on ne peut les détecter qu'au moyen d'un frottis vaginal (le test de Papanicolaou).



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2016 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens