Description

Le vitiligo est une affection de la peau consistant en une perte de pigmentation (dépigmentation), ce qui donne une couleur blanche à la peau. Des plaques blanches de forme irrégulière peuvent apparaître n'importe où sur le corps. En raison de la différence de couleur entre la peau touchée et la peau non touchée, ce trouble est plus visible dans le cas des personnes à peau foncée. Le vitiligo touche entre 1 % et 2 % de la population, et n'importe qui peut en être atteint.

Cette affection peut également atteindre les muqueuses et la rétine. Les poils qui poussent dans les régions touchées par le vitiligo peuvent également devenir blancs.

Causes

Les mélanocytes, des cellules présentes dans la peau, produisent le pigment qui donne sa couleur à la peau. Ce pigment provenant des mélanocytes, qui s'appelle la mélanine, est responsable de la pigmentation de la peau, des cheveux et des yeux. La destruction des mélanocytes empêche la production de la mélanine, et les cellules de la peau semblent blanches; on parle alors de vitiligo.

La raison de la perte de pigmentation dans diverses parties du corps demeure mal connue. Cependant, la probabilité d'atteinte est plus élevée chez les personnes qui ont des antécédents familiaux de vitiligo. En outre, le vitiligo est associé aux maladies suivantes :

  • l'anémie pernicieuse;
  • l'hyperthyroïdie;
  • la maladie d'Addison.

Symptômes et Complications

Le vitiligo se manifeste par l'apparition de plaques blanches de forme irrégulière sur le corps ou par divers degrés de dépigmentation. La perte de pigment est généralement constatée d'abord dans les régions suivantes :

  • le visage;
  • les lèvres;
  • les mains;
  • les bras;
  • les pieds.

Les autres endroits où des plaques blanches causées par le vitiligo peuvent se manifester incluent :

  • les aisselles;
  • les yeux;
  • les parties génitales;
  • l'aine;
  • le nombril;
  • les narines.

En plus de donner sa couleur à la peau, la mélanine protège aussi la peau contre les effets du soleil. Une absence de pigmentation dans la peau augmente donc le risque de sensibilité au soleil dans les zones touchées. Le vitiligo accroît les risques de coup de soleil et de cancer de la peau.

Le vitiligo n'est pas une maladie contagieuse.

Diagnostic

Le médecin procède à un examen physique pour établir la présence du vitiligo. Il peut également questionner la personne au sujet de sa santé générale et de ses antécédents familiaux de vitiligo (pour vérifier s'il y a un facteur héréditaire). D'autres facteurs peuvent mener à l'apparition du vitiligo; les plus courants incluent une éruption cutanée, un coup de soleil ou une blessure (par ex. une égratignure ou une plaie) dans la région où le vitiligo se manifeste en premier.

Afin d'avoir une meilleure idée des régions touchées, le médecin éclaire la peau au moyen d'une lampe de Wood employée dans une pièce sombre. La lumière ultraviolette émise par la lampe de Wood permet de voir la peau de différentes couleurs, selon l'atteinte sous-jacente. En présence d'un vitiligo, il n'y a pas de couleur, et la peau semble très blanche, sans pigmentation. La lampe de Wood permet au médecin de visualiser les zones atteintes de vitiligo qui peuvent sembler normales sous une lumière ordinaire.

Dans le but de vérifier si la personne présente une maladie associée au vitiligo, le médecin peut demander un prélèvement de sang pour mesurer :

  • le nombre de globules sanguins (relié à l'anémie pernicieuse);
  • le taux d'hormone TSH (relié à l'hyperthyroïdie);
  • le titre des anticorps antinucléaires (AAN) pour savoir si la personne a une maladie auto-immune (relié à la maladie d'Addison ou à d'autres affections auto-immunes).

Le médecin peut également demander une biopsie des régions touchées pour regarder les cellules sous un microscope. Dans certains cas, un examen des yeux peut s'avérer nécessaire.

Traitement et Prévention

Il existe divers types de traitement pour corriger les effets du vitiligo. Les personnes à la peau claire peuvent être obligées d'éviter l'exposition au soleil afin de ne pas bronzer. De cette manière, la peau normalement pigmentée ne bronze pas, et les régions atteintes sont moins évidentes.

Il existe deux types de crèmes contenant des composés qui aident à repigmenter la peau. Les crèmes contenant des corticostéroïdes peuvent contribuer à rétablir la pigmentation des petites taches blanches du vitiligo. Elles peuvent toutefois endommager la peau et doivent être prescrites avec circonspection. D'autres crèmes contenant des composés immunomodulateurs aident à repigmenter les taches blanches.

Pour les personnes chez qui le contraste entre les zones atteintes et normales est plus marqué, les traitements suivants peuvent être employés :

  • le maquillage;
  • la dépigmentation;
  • la repigmentation;
  • les greffes de peau.

Le maquillage à l'épreuve de l'eau existe en plusieurs couleurs différentes et peut s'apparier à plusieurs teints différents. L'emploi de maquillage est un moyen efficace de recouvrir les plaques blanches, en plus d'être sans danger pour tous, y compris les enfants.

Les teintures peuvent être employées pour colorer la peau d'une couleur qui ressemble davantage à celle des régions non touchées. Certains produits autobronzants contiennent du dihydroxyacétone (DHA), qui donne à la peau une teinte bronzée sans que les mélanocytes se trouvant dans la peau produisent de mélanine. Le bronzage disparaît au bout d'un certain temps et le traitement doit être répété. Par ailleurs, le tatouage de micropigments est utile pour les petites taches blanches causées par le vitiligo; cette méthode ajoute de la couleur à la tache blanche.

Dans le cas des greffes, le médecin prélève de la peau sur une autre partie du corps et la transplante aux régions touchées par le vitiligo. Cependant, la pigmentation n'est pas toujours rétablie dans la zone concernée.

Le traitement par le psoralène, appelé aussi photochimiothérapie avec psoralène (ou méthode PUVA), fait appel à l'association du médicament psoralène et de l'exposition à des rayons ultraviolets A. Pour ce traitement, la personne prend du psoralène - que ce soit par voie orale ou par l'application d'une crème contenant du psoralène - avant d'exposer sa peau à la lumière ultraviolette. Le psoralène rend la peau plus sensible aux rayons ultraviolets; ce traitement accroît la possibilité de rétablir la pigmentation dans la région touchée. Ce type de traitement est associé à de nombreux risques en raison des effets dommageables des rayons UVA. Ces effets secondaires incluent, entre autres :

  • un risque accru de cancer de la peau;
  • un coup de soleil;
  • une démangeaison;
  • une hyperpigmentation(des taches foncées sur la peau).

La prise de psoralène par la voie orale peut causer des effets secondaires additionnels, soit :

  • des nausées;
  • des lésions oculaires à cause de la sensibilité à la lumière;
  • une croissance anormale de poils.

Ce traitement doit être administré sous l'étroite surveillance d'un dermatologue et est déconseillé chez les enfants.

La photothérapie par rayonnement UVB à spectre étroit emploie un rayonnement ultraviolet B pour stimuler la repigmentation des régions cutanées touchées. En outre, un laser à excimère peut être employé pour traiter le vitiligo dans des zones restreintes.

La dépigmentation chimique ou au laser est un traitement qui permet d'enlever la pigmentation de la peau non touchée par le vitiligo pour la rendre plus semblable à celle des zones touchées. Cette méthode est employée dans les cas de vitiligo répandu. La personne applique une crème à base de monobenzone pour enlever la pigmentation. Ce processus est long et peut parfois prendre plus d'un an. La perte de la pigmentation est permanente.

La repigmentation, un traitement visant à rétablir la pigmentation dans les zones touchées, offre une autre option thérapeutique aux personnes atteintes de vitiligo. Les moyens existants incluent :

  • les teintures;
  • les crèmes autobronzantes;
  • le tatouage de micropigments;
  • les crèmes contenant des corticostéroïdes;
  • les crèmes contenant des immunomodulateurs;
  • les greffes;
  • la photothérapie (la photochimiothérapie au psoralène et la photothérapie par rayonnement ultraviolet B à spectre étroit).

Le vitiligo ne se guérit pas. En outre, il n'existe aucune méthode pour prévenir le vitiligo, bien que l'emploi d'un écran solaire contenant un facteur de protection solaire d'au moins 15 (FPS 15) constitue toujours une saine décision.

Le soutien émotionnel constitue un autre aspect important du traitement du vitiligo. En effet, les changements cutanés provoqués par le vitiligo peuvent avoir des répercussions émotionnelles et sociales. Le fait de se joindre à un groupe de soutien ou de consulter un conseiller peut aider la personne à s'adapter aux conséquences du vitiligo.