Description

Le syndrome du choc toxique est provoqué par les toxines libérées par certaines souches de bactéries courantes. Il survient le plus souvent chez des adultes en santé, mais toute personne peut en être atteinte. La blessure qui permet la pénétration des bactéries est souvent mineure ou indécelable. Au cours des dernières années, le syndrome du choc toxique a été relié à l'utilisation de tampons hygiéniques. Le syndrome du choc toxique se développe rapidement et peut être fatal. Pourtant, ce trouble est relativement rare.

Causes

Des toxines libérées par certaines souches précises de familles de bactéries extrêmement communes (Staphylococcus, Streptococcus et Clostridium) causent le syndrome du choc toxique. Ces bactéries sont présentes partout, notamment sur nos membranes muqueuses, comme la gorge, la bouche, le nez et le vagin. La majorité des souches sont sans danger, mais certaines bactéries libèrent une toxine (poison) dans le sang.

La septicémie est une réponse généralisée de l'organisme aux bactéries et à d'autres substances. Le choc septique est une forme grave de septicémie caractérisée par un état de choc (une pression artérielle si basse que la vie en est menacée). Le syndrome du choc toxique est une forme particulière de choc septique provoqué par les toxines des bactéries Staphylocoque et Streptocoque.

L'utilisation de tampons, en particulier de type « super absorbant », peut également causer le syndrome du choc toxique. Le choc toxique a retenu l'attention du public en 1980, lorsque plus de 700 femmes ont été infectées un peu partout en Amérique du Nord. Il s'est avéré que la majorité de ces femmes avaient récemment commencé à utiliser un nouveau type de tampon super absorbant. On ne sait pas très bien quelle est la caractéristique de ces tampons qui provoque une augmentation du risque du syndrome du choc toxique, mais il semble qu'il y ait un rapport avec un « assèchement » du vagin. Les femmes qui gardent un diaphragme plus de 24 heures présentent également un risque accru de syndrome du choc toxique.

De nombreux cas de syndrome du choc toxique ne sont cependant pas reliés à l'utilisation de tampons, mais peuvent survenir après une intervention chirurgicale, une blessure accidentelle ou un accouchement. Les cas provoqués par les streptocoques apparaissent généralement après une intervention chirurgicale, mais il arrive que le syndrome du choc toxique soit le résultat d'une infection de la peau. Les cas causés par les bactéries de la famille des Clostridium se produisent plus fréquemment après l'accouchement et les avortements médicaux, les bactéries du genre Staphylococcus sont habituellement responsables dans les cas associés à l'utilisation de tampons hygiéniques.

Symptômes et Complications

Les symptômes du syndrome du choc toxique apparaissent soudainement. Parmi ceux-ci, on retrouve :

  • de la confusion;
  • une fatigue ou faiblesse extrême;
  • une fièvre élevée de 39 °C à 40,5 °C (102 °F à 105 °F);
  • des maux de tête;
  • une rougeur de l'œil;
  • une diarrhée aiguë;
  • des maux de gorge;
  • des vomissements;
  • une éruption cutanée étendue qui s'accompagne de rougeurs.

Dans les cas graves, les symptômes deviennent rapidement plus prononcés au cours des 24 à 48 premières heures. D'énormes quantités de liquides et de minéraux essentiels pénètrent dans les tissus, ce qui entraîne leur perte pour les organes vitaux. L'irrigation sanguine diminue et la pression artérielle s'abaisse, ce qui peut provoquer une perte de conscience et peut-être un coma. Des problèmes respiratoires peuvent se produire et il se peut que le sang et les organes ne reçoivent pas suffisamment d'oxygène. Après 1 à 2 semaines, la peau commence à se détacher, plus particulièrement sur la paume des mains et la plante des pieds. De plus, le sang peut ne pas coaguler de façon adéquate, ce qui augmente le risque d'hémorragie.

Plusieurs organes sont gravement menacés par le poison bactérien. Les muscles, les reins, le foie, le cœur et les poumons peuvent être endommagés par l'infection, mais ils peuvent se rétablir avec un traitement.

Les spécialistes estiment qu'un grand nombre de cas légers du syndrome du choc toxique reliés à l'utilisation de tampons ne sont pas signalés ou sont confondus avec d'autres pathologies comme la grippe et la gastro-entérite, car ils n'évoluent pas suffisamment pour présenter les symptômes graves énoncés ci-dessus.

Diagnostic

Votre médecin vous posera des questions sur vos symptômes et il vous fera subir un examen physique. Il demandera également des analyses sanguines et il se peut qu'il envoie un échantillon de sang ou de tissu pour rechercher des micro-organismes. D'autres tests comme un électrocardiogramme, des radiographies, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) pourront également être effectués.

Traitement et Prévention

Les personnes qui souffrent d'un syndrome du choc toxique ont besoin de soins intensifs immédiats. Les tampons et les diaphragmes doivent être retirés du vagin. Le traitement consiste avant tout à remplacer les liquides perdus, par voie orale ou intraveineuse, à l'aide d'un mélange spécial de liquides et d'électrolytes essentiels pour le corps (par ex. le sodium, le potassium). Certaines personnes peuvent avoir besoin d'un appareil appelé ventilateur pour assister leur respiration. Il est possible qu'on doive administrer des médicaments pour élever la pression artérielle.

Les plaies et toutes les sources d'infections sont rincées à l'eau. Les plaies infectées sont nettoyées; il se peut qu'on enlève certains tissus infectés au besoin.

Des antibiotiques sont également administrés par voie intraveineuse (dans une veine), en particulier pour réduire le risque de récidive de l'infection. Des anticorps humains (immunoglobulines) peuvent également aider dans les cas extrêmes.

Heureusement, le syndrome du choc toxique est aujourd'hui plus rare qu'au cours des années 1980 grâce au retrait du marché de modèles de tampons les plus dangereux. Les mesures suivantes permettent également aux femmes de réduire les risques d'apparition du syndrome du choc toxique :

  • lors des hémorragies abondantes, utiliser en alternance des tampons et des serviettes sanitaires;
  • changer de tampons toutes les 4 à 6 heures;
  • maintenir une bonne hygiène générale, plus particulièrement dans la région vaginale;
  • retirer le dernier tampon dès la fin des hémorragies menstruelles;
  • porter une serviette sanitaire externe la nuit;
  • utiliser le tampon le moins absorbant possible.