Description

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) n'est pas une affection dans le sens habituel du terme; il s'agit plutôt d'un ensemble de symptômes susceptibles d'influer sur la santé reproductive et cardiaque d'une femme, et avoir des effets considérables sur son état de santé général et son mode de vie. Il touche environ 5 % à 10 % des femmes d'âge fécond. On connaît mal ses facteurs de risque, mais il est certain que l'hérédité joue un rôle.

Causes

On ne connaît pas les causes du SOPK. Les chercheurs pensent qu'une résistance à l'insuline ainsi qu'un déséquilibre entre les hormones males (par ex. la testostérone) et les hormones femelles (par ex. les œstrogènes et les progestatives qui sont importantes pour le cycle menstruel) contribuent au développement de cette affection.

Symptômes et Complications

La gamme de symptômes est vaste et vous pouvez avoir un SOPK sans souffrir de tous les symptômes. Parmi les symptômes les plus courants, on retrouve :

  • l'acné;
  • une difficulté à concevoir (l'infécondité);
  • des menstruations irrégulières;
  • l'obésité;
  • une coloration anormale de la peau;
  • une perte des cheveux ou une pilosité excessive (l'hirsutisme).

Une pilosité excessive ainsi que des règles irrégulières sont les symptômes les plus fréquemment associés au SOPK. Des femmes peuvent observer une diminution du volume de leurs règles (une oligoménorrhée) ou une absence totale de règles pendant 6 mois ou plus (une aménorrhée).

Beaucoup de femmes ignorent qu'elles sont atteintes du SOPK jusqu'à ce qu'elles essaient d'être mères. L'infécondité est un problème pour environ 75 % des femmes atteintes du SOPK. Quand ces femmes deviennent enceintes, elles courent un risque plus grand de complications et de fausse couche. Environ la moitié des femmes atteintes d'un SOPK souffrent d'acanthosis nigricans (une coloration gris-brun de la peau), ce qui signifie que le corps produit trop d'insuline.

Jusqu'à 50 % des femmes souffrant du SOPK sont obèses, et pour un bon nombre d'entre elles la surcharge pondérale se situe autour de l'abdomen. Une obésité centrale augmente le risque d'un grand nombre d'affections, notamment :

  • des problèmes de cholestérol;
  • une maladie cardiaque;
  • une pression artérielle élevée;
  • un diabète;

Les femmes atteintes du SOPK courent un plus grand risque de contracter ces affections, quel que soit leur poids corporel.

L'acné constitue un autre symptôme dont souffrent certaines femmes atteintes d'un SOPK. On estime que 85 % des femmes âgées de plus de 20 ans qui ont de l'acné sont probablement atteintes du SOPK. Elles peuvent également perdre leurs cheveux.

Le cancer de l'endomètre peut constituer l'une des complications du SOPK. Des règles irrégulières pendant une période prolongée peuvent mener à un épaississement de la muqueuse de l'utérus et au développement de cellules cancéreuses. L'évolution de ce phénomène peut prendre des années. Les femmes dont les règles sont irrégulières ou absentes doivent consulter leur médecin.

Diagnostic

Votre médecin posera le diagnostic de SOPK après avoir écarté la possibilité que ces signes et ces symptômes proviennent d'autres affections entraînant des signes et des symptômes similaires.

Pour écarter la possibilité d'autres affections, votre médecin effectuera un examen physique et demandera peut-être une série d'épreuves de laboratoire visant :

  • le taux de testostérone;
  • le taux de déhydroépiandrostérone (DHEA-S), hormone stéroïde sécrétée par les glandes surrénales;
  • le taux des hormones féminines (hormone folliculo-stimulante [FSH] et prolactine);
  • le taux de sucre dans le sang (la glycémie);
  • le taux de cholestérol;
  • la fonction thyroïdienne.

Votre médecin pourrait également demander un examen complémentaire comme une échographie pelvienne qui lui permettrait d'observer vos ovaires et de confirmer le diagnostic de SOPK.

Si vous souffrez du SOPK, l'échographie pourrait mettre en évidence la présence de 8 à 10 kystes sur chaque ovaire, chacun d'une taille inférieure à 10 mm. On dit souvent que les kystes ressemblent à un rang de perles. Il est intéressant de remarquer que ces lésions ne sont en fait pas des kystes, mais des restes de follicules ovariens qui n'ont pas réussi à produire ou à libérer un ovule (un œuf). Cependant, le fait d'avoir un ou deux kystes ne signifie pas obligatoirement que vous souffrez du SOPK, car les échographies révèlent la présence de kystes ovariens chez environ 20 % des femmes.

Traitement et Prévention

Étant donné que l'on ignore l'origine du SOPK, il n'existe pas de traitement curatif. Les traitements sont axés sur la gestion des symptômes gênants ou de ceux qui augmentent le risque d'autres maladies.

Une alimentation saine et la pratique d'exercices physiques réguliers constituent des facteurs importants de la prise en charge du SOPK quel que soit le poids des femmes touchées. On recommande aux femmes obèses de maigrir, car une perte de poids, sans guérir le SOPK, entraînera une atténuation des symptômes.

Les médicaments utilisés pour prendre en charge un SOPK affectent souvent la façon dont le corps utilise l'insuline, ou rétablissent l'équilibre entre les hormones mâles et femelles dans le corps.

On utilise des contraceptifs oraux pour traiter plusieurs des symptômes associés à un SOPK des femmes qui ne désirent pas concevoir au moment du traitement. Ces contraceptifs régulent les règles et peuvent réduire l'acné. Pour les femmes qui ne désirent pas concevoir au moment du traitement, d'autres options affectant les taux d'hormones incluent l'utilisation de progestatifs et d'anti-androgènes (par ex. la spironolactone*).

Les médicaments qui améliorent la capacité du corps à utiliser l'insuline aident à réguler le taux de sucre dans le sang. La metformine en est un exemple; elle est souvent utilisée par de nombreuses femmes atteintes du SOPK qui ne sont pas fécondes. Ce médicament peut également aider à réduire le poids, la pilosité excessive et l'acné. Si la metformine est inefficace pour le traitement de l'infertilité, il est possible de recommander d'autres options comme certains médicaments contre l'infertilité (par ex. clomiphène). La rosiglitazone ou la pioglitazone constituent deux exemples d'autres médicaments affectant le taux d'insuline que l'on peut utiliser pour les femmes atteintes du SOPK.

On peut gérer la perte des cheveux grâce à des médicaments comme le minoxidil et la spironolactone. Un rasage, une dépilation à la cire ou l'utilisation d'autres méthodes de dépilation peuvent s'avérer nécessaires pour éliminer une pilosité corporelle excessive. On peut également prendre en charge l'acné grâce à des médicaments en vente libre ou sur ordonnance, à prendre par voie orale ou à appliquer directement sur la peau.

Des médicaments sur ordonnance à appliquer directement sur la peau peuvent atténuer l'acanthosis nigricans. Parmi ceux-ci, on retrouve l'urée à 15 %, l'acide alpha hydroxylé, et l'acide salicylique. Sinon, ce symptôme peut également s'atténuer avec la metformine.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Syndrome-des-ovaires-polykystiques