Description

Le syndrome de mort subite du nourrisson, ou SMSN, est le décès soudain et inattendu d'un bébé apparemment en bonne santé, habituellement âgé de moins d'un an. Pour être considérée comme due au SMSN, la mort doit être inexpliquée, même après une investigation complète. Le SMSN survient habituellement lorsque le bébé est endormi sans aucun signe extérieur de détresse ou d'étranglement – en fait, le nourrisson cesse tout simplement de respirer.

Ces décès se produisent généralement chez des nourrissons âgés de moins de 6 mois et, la plupart du temps, des nourrissons de moins de 4 mois. Le syndrome est plus courant chez les bébés de sexe masculin que chez ceux de sexe féminin.

Causes

Certains des décès attribués à l'origine au SMSN s'avèrent en fait la conséquence d'autres maladies comme la méningite, l'encéphalite ou des affections congénitales ou métaboliques passées inaperçues.

Bien que la véritable cause du SMSN reste inexpliquée, la recherche continue. On ignore encore s'il sera possible d'identifier une cause unique à ce syndrome. On a trouvé des indices divers et des causes possibles de déclenchement dont :

La façon de dormir : certains cas de SMSN pourraient être causés par la position du bébé, couché sur le côté ou sur le ventre, la tête vers le bas. La Société canadienne de pédiatrie, Souffle de bébé (anciennement Fondation canadienne pour l’étude de la mortalité infantile) et Santé Canada recommandent tous que les enfants normaux en santé soient placés sur leur dos pour dormir. Les parents devraient placer leur bébé sur le ventre plusieurs fois par jour pendant les heures d’éveil et le garder à l’œil durant ces périodes. La position sur le ventre peut aider à prévenir la « tête aplatie » et contrebalancer les effets – sur le développement musculaire – de la position de sommeil sur le dos.

Un contrôle de la température insuffisant : certains nourrissons peuvent mal contrôler leur température. Il y a quelque temps, la majorité des cas de SMSN se produisaient en hiver, peut être du fait que les bébés étaient emmaillotés de façon excessive et couraient le risque de subir une augmentation de leur température. Nous avons maintenant des données qui montrent qu'il n'y a pas de différence saisonnière dans le nombre de cas de décès dus à ce syndrome. Toutefois, le chauffage exagéré est toujours considéré un facteur de risque.

Des anomalies du système nerveux central : bien que les bébés morts du SMSN aient pu avoir l'air en parfaite santé, ils avaient peut-être une anomalie du système nerveux central (cerveau, nerfs ou moelle épinière) non identifiée. Par exemple, certains enfants peuvent avoir des parties de leur système nerveux central qui ne sont pas assez développées.

Un contrôle de la respiration défectueux : les bébés affectés peuvent présenter des défauts touchant le contrôle de la respiration ou la capacité respiratoire. Les recherches ont montré que certains bébés peuvent souffrir d'anomalies respiratoires marginales susceptibles de résulter du retard de développement des parties du système nerveux contrôlant la respiration.

Une exposition à la fumée du tabac : l'exposition à la fumée est un facteur de risque pour les bébés à naître et les nourrissons. L'exposition à la fumée a été identifiée comme l'un des risques les plus importants pour le SMSN.

Les facteurs de risque
Les facteurs de risque possibles du SMSN incluent :

  • une position de sommeil sur le ventre ou sur le côté;
  • une naissance prématurée ou un faible poids à la naissance;
  • un taux de croissance inférieur à la normale;
  • le fait de dormir sur une surface moelleuse;
  • le fait de dormir dans un endroit trop chaud;
  • le fait que la mère ait consommé de la drogue ou fumé pendant la grossesse;
  • le fait de dormir dans un siège d’automobile ou dans un autre dispositif (balançoire, poussette, etc.);
  • l’appartenance à une famille défavorisée sur le plan économique;
  • une ascendance autochtone (Premières Nations ou africaine);
  • la surabondance d'objets dans le lit;
  • le fait de partager le lit avec un autre enfant ou avec un adulte;
  • des parents fumeurs;
  • un frère ou une sœur mort du SMSN;
  • le jeune âge de la mère;
  • l'absence de soins prénatals ou des soins prénatals tardifs;
  • l'appartenance au sexe masculin;
  • laisser le bébé dormir dans le lit des parents;
  • des antécédents d'arrêts respiratoires suivis de réanimation;
  • un indice d'Apgar bas (l'indice d'Apgar mesure l'état général de l'enfant et est mesuré peu après la naissance. Il est basé sur la coloration de la peau du bébé, sa respiration, sa fréquence cardiaque, sa réceptivité et son tonus musculaire).

Le profil des mères de bébés morts du SMSN montre que des problèmes durant la grossesse peuvent prédisposer leur bébé au syndrome. Par exemple, les mères qui fument ou qui souffrent d'anémie ou de sous-nutrition semblent avoir des bébés présentant un risque plus élevé de SMSN.

Symptômes et Complications

On ne connaît aucun symptôme spécifique du SMSN. Si la respiration s'arrête pendant plus de 20 secondes, on considère cela comme très dangereux. (Consulter ci-après les suggestions sur ce qu'il faut faire en cas d'arrêt de respiration de votre bébé.)

Diagnostic

Par définition, il n'est pas possible de poser un prédiagnostic du SMSN; on peut seulement déterminer qu'il s'agit du syndrome après que le bébé est mort. En règle générale, on diagnostique le SMSN uniquement dans les cas où des examens médicaux complets n'ont pas permis d'établir la cause exacte de la mort.

Traitement et Prévention

Les parents devraient tout d'abord prendre conscience qu'ils ne sont aucunement à blâmer lorsqu'un enfant meurt du SMSN.

Bien qu'il n'existe aucun moyen éprouvé de prévenir le SMSN à 100 %, voici quelques suggestions utiles :

  • en cas d'arrêt de la respiration ou si le teint du bébé vire au « bleu », consulter immédiatement un médecin;
     
  • en cas de défaillance respiratoire du bébé durant plus de 10 secondes, le réveiller avec une petite secousse ou un stimulus tel qu'une petite chiquenaude sur le pied. Si le bébé ne se remet pas à respirer, la prochaine étape consiste en une stimulation vigoureuse telle qu'un pincement. Si cela ne fonctionne pas, commencer à faire le bouche-à-bouche et demander à quelqu'un de composer le 911 pour obtenir des secours. Ne jamais secouer le bébé, même doucement, car cela pourrait le blesser et même provoquer de sérieuses lésions à la tête;
     
  • durant la grossesse, s'assurer que la mère reçoit des soins médicaux et une nutrition adéquats;
     
  • ne pas laisser le bébé dormir sur le ventre ou sur le côté. Coucher le bébé sur le dos. Certains bébés peuvent avoir besoin de dormir sur le ventre pour des raisons médicales. Si le médecin a conseillé de faire dormir le bébé sur le ventre (par ex. à cause de problèmes des voies respiratoires ou de respiration), il est préférable de suivre ses recommandations.
     
  • lui donner une suce, en commençant quand l'allaitement maternel est bien établi et jusqu'à l'âge de 1 an, mais pas au-delà (arrêter avant la possibilité de complications dentaires);
     
  • tenir le bébé à l'écart de la fumée de cigarette. Le tabagisme de la mère pendant la grossesse et la fumée secondaire sont liés au SMSN;
     
  • coucher le bébé sur un matelas ferme, sans couvertures épaisses, oreillers, ni lourds coussins antichocs dans le berceau. Éviter les matelas rembourrés tels que les peaux d'agneau ou les couvertures matelassées. Ne pas mettre le bébé sur un matelas d'eau ou un coussin pneumatique. Ne laissez pas le bébé dormir dans votre lit; l'enfant pourrait suffoquer accidentellement et il s'agit également d'un facteur de risque pour le SMSN;
     
  • le bébé devrait dormir dans un lit à barreaux, un berceau ou un moïse, dans la même chambre que ses parents ou la personne qui s'en occupe, jusqu'à l'âge de 6 mois au moins. Des études ont révélé que le risque de SMSN est moindre quand le bébé partage la chambre (mais pas le lit) d'une autre personne. Placez le lit de bébé à portée de bras de l'endroit où vous dormez;
     
  • ne permettez jamais que le visage de votre bébé soit couvert par un vêtement ou un morceau de literie. Évitez les couvertures et les douillettes. Habillez votre bébé d'un vêtement de nuit ajusté et d'une seule pièce, dans lequel il sera à l'aise à la température ambiante;
     
  • essayer de ne pas laisser le bébé avoir trop chaud (ne pas utiliser de couvertures). La température de la chambre doit être confortable pour un adulte. Les bébés n'ont pas besoin d'un environnement plus chaud que celui des adultes;
     
  • allaiter si possible;
     
  • quelques bébés à haut risque peuvent avoir besoin d'une surveillance électronique du rythme cardiaque et de la respiration. Il n'est pas encore prouvé que cette pratique protège les bébés et il importe de prendre conscience que la surveillance n'aide pas un bébé à respirer;
     
  • éviter les dispositifs commerciaux commercialisés pour réduire le risque de SMSN car leur utilité n'a pas été suffisamment étudiée. Les fabricants de ces dispositifs prétendent souvent qu'ils aident le bébé à maintenir sa position pendant le sommeil ou qu'ils protègent contre la respiration répétée de l'air qui a été expiré;
     
  • si votre bébé s’endort dans une balançoire ou une sauteuse pour bébés, allez l’installer dans son lit à barreaux, berceau ou moïse. Si votre bébé s’endort dans un siège d’auto ou une poussette, allez l’installer dans son lit à barreaux, berceau ou moïse (et placez-le sur le dos) une fois rendus à destination.

Les parents d'un enfant mort du SMSN sont souvent accablés de chagrin et de culpabilité, et se sentent responsables de la mort de leur enfant. Il est important de demander du soutien et du counseling pour faire face à cette période difficile. Les professionnels de la santé, les groupes de soutien (en personne ou en ligne), les organismes de soutien pour les personnes en deuil ou les parents dont un enfant est mort du SMSN, les amis et les membres de la famille peuvent constituer un bon réseau de soutien.