Description

Le syndrome d'alcoolisme fœtal (SAF) et les effets de l'alcool sur le fœtus (EAF) sont des affections associées avec la consommation alcoolique durant la grossesse. Le SAF provoque une variété de déficiences pour le bébé tant sur le plan mental et physique que celui du développement. Les effets de l'alcool sur le fœtus (EAF) constituent une forme moins grave du SAF.

Si une femme enceinte boit de l'alcool à n'importe quel moment durant sa grossesse, l'alcool traverse le placenta vers le fœtus. L'alcool porte atteinte aux cellules en développement du fœtus. Le cerveau et le système nerveux central sont particulièrement sensibles à l'alcool et sont susceptibles de subir des dommages permanents.

Durant la grossesse, il n'y a pas de quantité minimale d'alcool qui soit sans danger, car n'importe quelle quantité peut avoir un certain effet. Le fœtus en développement ne peut métaboliser l'alcool aussi rapidement que l'adulte, donc il est exposé durant plus longtemps que sa mère aux effets de l'alcool.

Causes

Le SAF et les EAF sont provoqués par l'ingestion d'alcool par la mère durant la grossesse. L'alcool porte atteinte au cerveau et au système nerveux du bébé en développement, ce qui engendre des problèmes mentaux, physiques et de développement.

Les facteurs ci-après ont une influence sur l'apparition et la gravité du SAF ou des EAF :

  • la phase de la grossesse durant laquelle la mère a bu de l'alcool ;
  • la quantité et la fréquence de la consommation d'alcool ;
  • l'état de santé général de la mère ;
  • les ressources auxquelles la mère avait accès.

La consommation d'alcool sous quelque forme que ce soit est dangereuse pour le fœtus. L'alcool est officiellement classé comme tératogène connu, ce qui signifie qu'il peut causer des malformations congénitales chez le fœtus. Plus une femme enceinte boit d'alcool, plus son fœtus risque d'être touché par le SAF ou les EAF. La consommation alcoolique au début de la grossesse est susceptible de provoquer certains changements dans les caractéristiques faciales du bébé, la formation du cœur et d'autres organes ainsi que celle des os et du système nerveux central. Au Canada, environ 15 % des femmes reconnaîent avoir bu de l'alcool durant la grossesse.

Chaque année, l'incidence du SAF se présente dans environ 1 à 3 cas pour chaque 1 000 naissances vivantes. On estime aussi qu'environ 1 000 bébés sont atteints d'effets de l'alcool sur le fœtus (EAF) chaque année. Le manque de sensibilisation aux effets tératogènes de l'alcool sur un fœtus en développement est l'une des raisons du taux élevé du SAF et des EAF.

Symptômes et Complications

Un enfant atteint du syndrome d'alcoolisme fœtal présente des anomalies à la naissance ou au cours de son développement. Les effets physiques les plus communs du SAF sont :

  • des anomalies du système nerveux central (problèmes du développement du cerveau et du comportement) ;
  • une morphologie particulière de certaines caractéristiques faciales (voir ci-après) ;
  • un retard de croissance.

Les enfants qui ne présentent que 2 des 3 caractéristiques énumérées sont réputés atteints des EAF.

Parmi les signes des anomalies du système nerveux central, on retrouve : un retard du développement, des problèmes comportementaux, des difficultés d'apprentissage et un déficit intellectuel. Par exemple, les enfants atteints du SAF peuvent acquérir la capacité de parler ou de marcher plus tard qu'à la normale. Il se peut que parmi les problèmes du comportement on retrouve de l'hyperactivité, de la nervosité, de l'anxiété et une diminution de la durée d'attention.

Les malformations faciales se caractérisent par un rétrécissement de la fente des paupières ou l'affaissement des paupières, la minceur de la lèvre supérieure, l'aplatissement du visage et l'absence d'un sillon distinct entre la lèvre supérieure et le nez.

Il se peut qu'un enfant atteint du SAF ou des EAF soit petit pour son âge. À la naissance, le bébé peut être d'une taille inférieure à la moyenne ou avoir une petite tête. Parmi les autres anomalies, on retrouve des malformations des organes internes comme le cœur, le foie et les reins. Une déficience visuelle et auditive peuvent également exister.

Les enfants atteints du SAF sont souvent naïfs. Comme ils possèdent de mauvaises habiletés de jugement et de prise de décision, ils se laissent parfois aller à une consommation abusive d'alcools ou d'autres drogues et ils ont des difficultés avec la justice lorsqu'ils sont plus âgés.

Diagnostic

Le diagnostic du SAF de l'enfant repose sur les antécédents d'ingestion d'alcool de la mère, l'examen physique de l'enfant et la mise en observation de celui-ci. Il se peut également que le médecin fasse une évaluation du quotient intellectuel de l'enfant et qu'il examine celui-ci pour constater s'il possède des difficultés d'apprentissage. Les résultats permettront d'orienter l'enfant vers les programmes et les services scolaires qui l'aideront à apprendre. Il se peut qu'un médecin demande un test génétique pour exclure la possibilité d'une affection génétique.

Traitement et Prévention

Heureusement, le SAF et les EAF sont des affections que l'on peut entièrement prévenir. Une femme enceinte peut prévenir le SAF et les EAF chez son bébé en ne buvant pas d'alcool du tout durant toute la durée de sa grossesse.

Si une femme découvre qu'elle est enceinte et qu'elle a déjà bu de l'alcool durant sa grossesse, la meilleure solution est de s'abstenir d'en boire davantage. Ainsi, elle évitera la possibilité de soumettre son bébé à des dommages plus importants.

Ce dont une femme doit principalement se rappeler pour prévenir le SAF et les EAF, c'est de :

  • ne pas boire d'alcool du tout durant sa  grossesse ;
  • ne pas boire d'alcool si elle a l'intention de concevoir ;
  • demander de l'aide médicale ou professionnelle si elle boit régulièrement et qu'elle ne peut s'en empêcher durant sa grossesse.

Il n'existe pas de moyen d'inverser les dommages causés par l'exposition prénatale à l'alcool. Les déficiences mentales et physiques associées au SAF et aux EAF durent toute la vie. Il existe toutefois des moyens d'aider les personnes atteintes du SAF ou d'affections du même genre.

Les enfants atteints du SAF et des EAF ont besoin d'une bonne nutrition pour les aider à grandir et à se développer. Durant la croissance de l'enfant, les parents peuvent prendre en charge les problèmes comportementaux associés au SAF ou aux EAF, car ils peuvent :

  • s'informer le plus possible sur l'affection ;
  • obtenir de l'aide auprès de professionnels qualifiés ;
  • éduquer les enseignants et les membres de la famille ;
  • trouver des groupes de soutien dans la communauté ;
  • établir des règles que l'enfant devra respecter ;
  • récompensant les comportements acceptables de l'enfant ;
  • donner à l'enfant une série de tâches quotidiennes.

Des médicaments sont disponibles pour traiter certains problèmes de comportement comme l'hyperactivité et les troubles déficitaires de l'attention (TDA) des enfants atteints du SAF. Des médicaments comme le sulfate de dextroamphétamine et le méthylphénidate traitent les troubles déficitaires de l'attention et les troubles déficitaires de l'attention avec hyperactivité (TDAH).


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.