Description

Environ 1 à 3 % de la population canadienne souffre de la maladie de peau chronique appelée psoriasis. Cette affection est plus courante chez les personnes de race blanche que chez celles de de descendance africaine. Parmi les Canadiens atteints de psoriasis, 10 % à 30 % présenteront aussi de l’inflammation, de la douleur ou une incapacité au niveau des articulations. Lorsque les deux problèmes sont présents, il s’agit du rhumatisme psoriasique, une maladie articulaire associée au psoriasis.

Le rhumatisme psoriasique apparaît surtout chez les personnes de 20 à 50 ans, bien qu’il puisse survenir à tout âge. Il semble toucher les hommes et les femmes dans des proportions égales. La plupart des personnes souffrant de rhumatisme psoriasique développeront des problèmes articulaires quelques mois ou quelques années après l'apparition des premiers symptômes cutanés. Mais chez 15 % d'entre eux, c'est le rhumatisme qui apparaît en premier. Plus de 80 % des personnes qui souffrent de psoriasis remarquent des changements au niveau de leurs ongles (des doigts comme des orteils).

Le rhumatisme psoriasique fait partie des formes d'arthrite appelées spondylopathies, catégorie qui comprend la spondylarthrite ankylosante et la spondylite réactive. Ces affections ont tendance à se manifester de manière asymétrique (les deux côtés du corps ne sont pas touchés de façon égale). Les spondylopathies entraînent aussi des modifications caractéristiques de la colonne vertébrale.

Causes

Le psoriasis et le rhumatisme psoriasique sont des maladies inflammatoires de type séronégatif. Cela signifie que certains auto-anticorps sanguins (type d'anticorps produit par le système immunitaire, qui se retourne contre les cellules et les tissus de la personne) observés dans d'autres maladies auto-immunes sont habituellement absents. Néanmoins, le psoriasis appartient à la même classe de maladies de base que l'arthrite rhumatoïde, qui est habituellement une maladie séropositive.

Les chercheurs ne comprennent pas vraiment la cause du rhumatisme psoriasique, mais il s'agirait d'une maladie auto-immune. Ces maladies font en sorte que l'organisme attaque ses propres constituants au moyen d'une réaction immunitaire. Selon la plupart des spécialistes, ce mécanisme serait déclenché par une infection ou un changement dans l'environnement. Toutefois, on ne connaît ni les infections susceptibles de déclencher cette réaction immunitaire ni pourquoi et comment elle se produit.

La génétique et les antécédents familiaux de psoriasis et de rhumatisme psoriasique jouent un rôle dans le développement de la maladie. On constate, par exemple, que 40 % des personnes atteintes de psoriasis ont un parent de premier degré aux prises avec la même maladie. Malgré l'importance de la génétique, le rhumatisme psoriasique se manifeste parfois chez des enfants dont la famille ne présente aucun cas de cette maladie. Jusqu'à 30 % des personnes atteintes de psoriasis développeront aussi le rhumatisme psoriasique.

Symptômes et Complications

Les symptômes du rhumatisme psoriasique touchent la peau et les articulations.

Les symptômes cutanés comprennent :

  • la formation d'écailles argentées sur le cuir chevelu, les coudes, les genoux ou le bas du dos, accompagnée de démangeaisons ou d'une sensation de brûlure;
  • le décollement des ongles de doigts ou d'orteils ou l'apparition d'une série de pointillés (l'apparence des ongles peut faire penser à une infection fongique courante).

Pour en savoir plus sur les symptômes cutanés, consulter notre article sur le psoriasis.

Les symptômes articulaires comprennent entre autres des douleurs, de l'enflure, des rougeurs et la rigidité des articulations. L'inflammation peut se produire dans presque n'importe quelle articulation, mais les plus susceptibles d'être atteintes sont celles des doigts et des orteils, qui peuvent enfler au point de ressembler à des saucisses. La maladie touche rarement les articulations plus grosses, et la douleur peut s'étendre aux zones où les tendons et les ligaments s'attachent à l'os, par exemple au niveau du coude ou à l'arrière du talon; il s'agit alors d'enthésite.

Les atteintes articulaires observées dans le rhumatisme psoriasique comprennent :

  • une atteinte asymétrique, avec peu d'articulations touchées;
  • une atteinte symétrique, comme dans l'arthrite rhumatoïde;
  • une atteinte des articulations distales seulement (articulations des doigts et des orteils près de la base des ongles), manifestation très caractéristique du rhumatisme psoriasique et peu fréquente dans les autres affections;
  • une enthésite (inflammation des tendons et des ligaments qui s'attachent aux os), manifestation fréquente du rhumatisme psoriasique qui peut être très invalidante; les cas graves peuvent entraîner une dactylite;
  • une dactylite (le doigt ou l'orteil gonfle comme une saucisse à cause de l'enflure d'un tendon ou d'une articulation), manifestation très caractéristique des spondylopathies, plus fréquente dans le psoriasis;
  • une atteinte prédominante du dos et de l'articulation sacro-iliaque;
  • une atteinte articulaire très rare qui déforme l'articulation.

L'inflammation la plus courante est celle de type asymétrique. On utilise ce terme pour distinguer le rhumatisme psoriasique de la polyarthrite rhumatoïde, dans laquelle l'inflammation d'une articulation d'un côté du corps se manifeste souvent aussi de l'autre côté. Pour sa part, l'arthrite asymétrique atteint les articulations de façon apparemment aléatoire. Par exemple, une personne peut ressentir des douleurs à l'épaule gauche et au genou droit, alors que chez une autre, ce sera l'épaule et le genou gauches qui seront atteints; il n'y pas de schéma préétabli.

Le rhumatisme psoriasique ne cause habituellement aucune douleur au dos. Toutefois, lorsque cela se produit, les douleurs ont tendance à s'accentuer la nuit et le matin et à s'atténuer au cours de la journée, lorsque la personne est active.

Dans le rhumatisme psoriasique très sévère, la forme de l'articulation et de l'os et du tissu avoisinants peut être grandement modifiée. Lorsque ce rhumatisme cause une déformation des articulations, on l'appelle arthrite mutilante. La polyarthrite rhumatoïde est plus susceptible de provoquer un tel degré de déformation.

Le rhumatisme psoriasique a tendance à alterner entre des périodes d'aggravation et de rémission. En règle générale, les rémissions (périodes sans symptômes) sont plus complètes que dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde; les symptômes peuvent disparaître complètement pendant ces périodes. Chez certaines personnes, les douleurs aux articulations ont tendance à s'intensifier et à diminuer selon le degré d'inflammation; chez d'autres, la douleur et l'inflammation semblent survenir de manière entièrement indépendante.

Diagnostic

Le médecin peut poser le diagnostic de rhumatisme psoriasique et écarter les autres diagnostics possibles en se fondant sur vos antécédents médicaux, votre examen physique, des radiographies et l'évolution de vos symptômes. Souvent, les symptômes cutanés du psoriasis (présents ou passés) sont des indicateurs évidents. Des marques sur les ongles des doigts sont un signe que la douleur articulaire est probablement provoquée par le rhumatisme psoriasique, et non par d'autres formes d'arthrite.

La première étape dans le diagnostic consiste à radiographier les articulations afin de voir les changements qui se produisent. Ensuite, le médecin peut demander des analyses sanguines et d'autres évaluations pour rechercher les autres causes possibles. Les tests pratiqués sur le liquide dans les articulations permettent aussi d'exclure la goutte, qui peut présenter des symptômes très proches de ceux du rhumatisme psoriasique. Ce processus d'élimination est nécessaire, parce qu'il n'existe aucun test pour confirmer le diagnostic du psoriasis ou du rhumatisme psoriasique. C'est pourquoi le diagnostic de rhumatisme psoriasique est souvent fondé sur les antécédents de la personne et la présence simultanée de symptômes cutanés et articulaires typiques.

Les analyses sanguines ne sont pas utiles pour le diagnostic, mais dans 40 % des cas, la vitesse de sédimentation des érythrocytes (une mesure de l'inflammation) augmente et peut servir à déterminer la progression de la maladie.

Traitement et Prévention

À l'heure actuelle, le rhumatisme psoriasique est incurable. Toutefois, des traitements peuvent soulager la douleur et l'inflammation et réduire les symptômes cutanés. Les médicaments utilisés pour le traitement de l'inflammation des articulations dans les cas de rhumatisme psoriasique sont semblables à ceux que l'on emploie pour traiter la polyarthrite rhumatoïde.

On commence la plupart des traitements en administrant un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) tel que l'ibuprofène* ou le naproxène. On associe parfois ces médicaments à un autre afin de protéger les parois de l'estomac contre l'AINS. Pour un grand nombre de personnes, l'utilisation de ces médicaments suffit à atténuer la douleur et l'inflammation, mais elle ne protège pas les articulations de la détérioration que peut causer le rhumatisme psoriasique. Ils peuvent parfois provoquer une poussée des symptômes cutanés.

Il est important de recourir à une crème de corticostéroïde, à la photothérapie et à d'autres traitements locaux visant les lésions cutanées. 

La prise de médicaments peut être nécessaire pour soulager les symptômes et tenter de ralentir ou de stopper les dommages articulaires. Tous les médicaments s'accompagnent de risques particuliers et d'effets secondaires. Vous devriez discuter avec votre médecin des avantages et des risques de chaque médicament. Les rhumatologues sont des médecins spécialisés dans le diagnostic et le traitement de l'arthrite et d'autres affections touchant les os, les muscles et les articulations. Étant experts, ce sont eux qui connaissent le mieux les médicaments utilisés dans le traitement du rhumatisme psoriasique.

Dans de nombreux cas, le médecin peut prescrire des médicaments appelés agents antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM). Ces médicaments agissent sur le système immunitaire et peuvent aider à ralentir la détérioration des articulations. Le méthotrexate est le médicament le plus couramment prescrit.

Certaines personnes utilisent un médicament du groupe des médicaments biologiques ou modificateurs de la réponse biologique comme l'adalimumab, l'étanercept, le golimumab et l'infliximab. Ces médicaments aident à soulager les symptômes du rhumatisme psoriasique, à améliorer la fonction physique et ils peuvent aider à ralentir la progression des lésions articulaires. Les agents biologiques sont associés à des risques significatifs d'effets secondaires très graves.

On peut aussi soulager l'inflammation au moyen de corticostéroïdes sous forme de comprimés (par ex. la prednisone), ou d'injection (par la triamcinolone). Les injections sont effectuées directement dans les articulations touchées et peuvent soulager les symptômes les plus graves de l'arthrite et de la tendinite. Cependant, la prise prolongée de corticostéroïdes oraux comporte des risques et s’accompagne d’effets secondaires graves, d’où la nécessité d’examiner soigneusement le pour et le contre du traitement avant de commencer et d’assurer un suivi régulier par la suite.

On peut se servir de différents types d'attelles pour alléger le poids supporté par les articulations atteintes et préserver leur alignement. De nombreuses personnes les trouvent extrêmement utiles. Dans les cas de blessures irréparables aux articulations, celles-ci peuvent être remplacées, au moyen d'une chirurgie, par des articulations artificielles, lesquelles sont de plus en plus perfectionnées.

Les exercices de renforcement sont habituellement bénéfiques, car ils soulagent la douleur et accroissent l'amplitude des mouvements. Toutefois, il est conseillé de demander l'avis du médecin avant d'entreprendre un programme d'exercices. De plus, les personnes atteintes doivent protéger leurs articulations. On peut diminuer l'effet des activités quotidiennes sur les articulations et le corps en général grâce à des étirements, des exercices et divers instruments conçus pour alléger la tâche.

Pour traiter la peau, certaines personnes peuvent essayer une technique connue sous le nom de PUVA thérapie, qui consiste à utiliser un rayonnement UV (de type A) après l'administration d'un médicament qui augmente la sensibilité de la peau à la lumière. L'application de médicaments topiques (comme des crèmes, des onguents et des gels) directement sur la peau peut aider à atténuer les symptômes.

Pour en savoir plus sur le traitement de la maladie cutanée, consultez notre article sur le psoriasis.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.