Description

Le prolapsus de la valvule mitrale (PVM) est un trouble fréquent qui touche l'une des valvules cardiaques. Il survient chez environ une personne sur cinquante, et il est deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Ce trouble peut rester non décelé pendant des années et il n'entraîne généralement pas de trouble cardiaque grave. La majorité des personnes qui ont un prolapsus mitral n'ont besoin d'aucun traitement.

Causes

La valvule mitrale est la valvule cardiaque qui se trouve entre la cavité supérieure et la cavité inférieure du côté gauche du cœur. La valvule mitrale, qui comprend deux valves (ou feuillets), contrôle le passage du sang entre la cavité supérieure du côté gauche du cœur (oreillette gauche) et la cavité inférieure du côté gauche du cœur (ventricule gauche).

Chez les personnes qui ont un prolapsus mitral, l'un des feuillets de la valvule mitrale ou même les deux sont trop volumineux. La valvule ne peut se refermer correctement et elle ballonne dans l'oreillette gauche; ce ballonnement est qualifié de prolapsus. À l'aide d'un stéthoscope, le médecin peut parfois entendre le léger « déclic » du prolapsus. Il arrive que le ballonnement de la valvule crée un léger espace entre les feuillets, permettant ainsi au sang de refluer du ventricule gauche vers l'oreillette gauche. Ce reflux du sang peut causer un bruit semblable à un murmure, bruit que le médecin peut également entendre à l'aide du stéthoscope.

Le prolapsus mitral est parfois héréditaire. Certaines personnes présentent également des malformations mineures de la poitrine, du dos et de la colonne vertébrale. Dans de rares cas, des troubles héréditaires, tel le syndrome de Marfan, ont été associés au prolapsus mitral.

Symptômes et Complications

Les symptômes du prolapsus mitral sont habituellement mineurs. Les personnes atteintes peuvent se sentir parfaitement bien et même ignorer leur état. En fait, la plupart des personnes atteintes ne présentent aucun symptôme. Certains symptômes sont souvent déroutants, étant donné qu'ils ne sont pas provoqués directement par un mauvais fonctionnement de la valvule mitrale.

Les symptômes du prolapsus mitral incluent :

  • une irrégularité des battements cardiaques ou des palpitations;
  • une tachycardie, c'est-à-dire une accélération des pulsations cardiaques et des pulsations ressenties dans la poitrine, souvent après un effort physique;
  • des douleurs à la poitrine pouvant durer quelques secondes ou plusieurs heures, souvent au repos;
  • des crises de panique et une sensation soudaine d'anxiété ou de mort imminente;
  • de la fatigue, des étourdissements et une faiblesse (ces symptômes sont parfois attribués à tort au syndrome de fatigue chronique);
  • une chute de la pression artérielle sous la normale au moment où la personne se lève, ce qui provoque des étourdissements.

Très peu de personnes atteintes d'un prolapsus mitral sont sujettes à des complications. Dans les rares cas où des complications surviennent, elles incluent :

  • des irrégularités du rythme cardiaque (arythmie) et une douleur à la poitrine (angine de poitrine); ces deux troubles peuvent être traités à l'aide de médicaments tels que les bêtabloquants;
  • la formation de caillots sanguins directement sur la valvule mitrale, ce qui mène à une augmentation du risque d'accident vasculaire cérébral;
  • une endocardite, le trouble le plus grave associé au prolapsus mitral.

L'endocardite est une infection bactérienne de la valvule mitrale qui peut être traitée par des antibiotiques. Les personnes qui ont un prolapsus mitral sont parfois atteintes d'une endocardite après certaines interventions dentaires ou chirurgicales qui augmentent le risque que des bactéries pénètrent dans la circulation sanguine.

Diagnostic

La majorité des personnes qui présentent un prolapsus mitral n'ont jamais aucun symptôme. Chez les personnes qui sont au courant de la situation, le diagnostic a probablement été établi dans le cadre d'un bilan de santé général. À l'aide d'un stéthoscope, le médecin peut déceler le déclic ou le souffle qui sont souvent associés au prolapsus mitral. Le diagnostic devrait être confirmé par une échographie du cœur, un examen appelé échocardiographie. Les résultats de l'échocardiographie indiquent au médecin l'importance du ballonnement de la valvule mitrale et de la quantité de sang qui reflue dans la cavité supérieure gauche du cœur.

Traitement et Prévention

La majorité des personnes qui ont un prolapsus mitral n'ont besoin d'aucun traitement, mais des examens de contrôle doivent être réalisés tous les 3 à 5 ans. Les personnes qui présentent un reflux sanguin important (appelé régurgitation mitrale) font généralement l'objet d'un suivi plus étroit. L'American Heart Association (AHA) a déjà recommandé que des antibiotiques soient administrés aux personnes ayant un prolapsus mitral avant une intervention dentaire ou chirurgicale, afin de prévenir une infection bactérienne, même lorsque le prolapsus mitral s'accompagne d'un reflux ou d'un épaississement valvulaires importants. Toutefois, cette recommandation n'est plus en vigueur.

Les complications associées au prolapsus mitral sont traitées en fonction de leur nature; par exemple, on donne des antibiotiques en cas d'endocardite et des bêtabloquants ou des antiarythmiques en cas d'arythmie cardiaque.

Parfois, les personnes qui ont un prolapsus mitral important doivent subir une chirurgie cardiaque en vue de réparer la valvule mitrale ou de la remplacer. Cette intervention est nécessaire seulement s'il y a un reflux sanguin important qui peut provoquer une hypertrophie progressive du cœur et entraîner une défaillance cardiaque ou une arythmie. Si tel est le cas, les chirurgiens cardiaques seront peut-être en mesure de réparer la valvule mitrale plutôt que de la remplacer par une valvule artificielle. Lorsque la réparation est réussie, le muscle cardiaque peut pomper plus fort qu'après l'implantation d'une valvule artificielle. En outre, la réparation valvulaire ne nécessite pas l'administration d'anticoagulants, ce qui peut être nécessaire avec certains types de valvules artificielles.

Lorsqu'un prolapsus mitral important est constaté, il est difficile d'établir le meilleur moment pour une réparation chirurgicale. Il s'agit d'une décision complexe et le médecin de famille ainsi que le cardiologue devraient continuer à surveiller la personne régulièrement.