Description

Les phobies sont des peurs déclenchées par certaines situations pouvant nuire à la capacité d'adaptation d'une personne ou l'amener à complètement éviter la situation. Bien que, normalement, ces situations ne soient pas dangereuses ni terrifiantes, elles peuvent susciter une anxiété intense chez les personnes atteintes de phobies. On estime que 1 personne sur 10 aura des phobies au cours de sa vie. Des personnes habituellement calmes et raisonnables peuvent devenir paralysées par la peur lorsqu'elles font face à des situations bien précises.

Les phobies peuvent se classer dans de nombreuses catégories, à savoir :

  • la phobie sociale est une tendance à éviter des situations sociales, à cause d'une timidité extrême ou de la crainte de ressentir de la gêne en public. La phobie sociale touche autant les hommes que les femmes. Elle apparaît souvent dans l'enfance ou à l'adolescence, et s'accompagne parfois d'autres troubles anxieux ou d'une dépression;
  • l'agoraphobie est la peur d'aller dans des lieux publics, y compris la peur des espaces ouverts et de la foule. L'agoraphobie frappe surtout les femmes, fréquemment au début de leur vie adulte;
  • les phobies spécifiques (ou isolées) regroupent de nombreux types de réactions de peur intense, notamment :
    • la peur des animaux, par ex. des araignées (l'arachnophobie) ou des serpents (l'ophidiophobie);
    • la peur de certains éléments de l'environnement naturel, par ex. de l'eau (l'hydrophobie), des lieux élevés (l'acrophobie);
    • la peur engendrée par certaines situations, par ex. la peur des lieux clos ou des ascenseurs (la claustrophobie);
    • la peur de blessures (la traumatophobie) inspirée par des situations potentiellement dangereuses - réelles ou imaginaires, comme la peur de voler (l'aviophobie);
    • d'autres phobies, par ex. la peur des bruits (la sonophobie et la phonophobie).

Ces peurs touchent deux fois plus de femmes que d'hommes, ont tendance à se développer dans l'enfance ou au début de l'adolescence et à persister dans l'âge adulte.

Causes

Les phobies sociales et les phobies spécifiques se retrouvent parfois parmi les membres d'une même famille, ce qui indique la présence d'un facteur génétique. Certaines personnes naissent avec une prédisposition à l'anxiété, ce qui leur donne une tendance particulière aux phobies.

Les phobies peuvent se développer en réponse à une pression ou à la suite d'un événement traumatisant. Dans d'autres cas cependant, des peurs irrationnelles peuvent se développer sans aucun événement déclenchant. Les adultes reconnaissent généralement que leurs peurs sont irrationnelles ou excessives, et cela peut constituer un facteur d'isolement. La personne concernée ne parle probablement pas ni à ses amis ni aux membres de sa famille d'une peur qu'elle juge ridicule.

Les phobies font aussi naturellement partie du processus de développement. La plupart des enfants passent par des périodes où ils ont peur de l'obscurité, des monstres ou des inconnus. Beaucoup d'adolescents ressentent aussi de l'anxiété au sujet de l'image qu'ils projettent et de la façon dont ils sont perçus par autrui. Tandis que ces peurs sont normales et disparaissent avec le temps, elles peuvent quelquefois persister ou devenir incapacitantes.

Symptômes et Complications

L'anxiété que ressent une personne atteinte de phobie peut se manifester par des symptômes physiques aussi bien que mentaux.

Sur le plan mental, l'anticipation d'une situation particulière, ou le désir d'éviter cette situation, peut inquiéter une personne au point de perturber son sommeil, de la fatiguer et de la rendre irritable, ou même de lui créer de la difficulté lorsqu'elle devrait concentrer son attention sur autre chose.

Sur le plan physique, l'anxiété liée à la peur peut provoquer une transpiration abondante, une respiration laborieuse, une accélération du rythme cardiaque (des palpitations), des étourdissements ou même un évanouissement. L'anxiété peut aussi causer une tension ou douleur musculaire, nuire à la digestion et entraîner une diarrhée, par exemple.

On peut identifier des phobies particulières lorsque la peur suscitée par certaines situations - ou leur simple évocation - est assez forte pour que les gens perdent leur capacité d'y faire face. Les efforts déployés par ces personnes pour éviter les situations redoutées peuvent devenir débilitants et perturber gravement leur vie.

Les attaques de panique peuvent dégénérer en phobies. Le trouble panique est caractérisé par des sentiments récurrents d'extrême terreur et panique combinés à une inquiétude constante au sujet de la possibilité d'avoir une autre attaque, ou par des changements de comportements causés par les attaques. Une attaque de panique peut provoquer une accélération du rythme cardiaque, des étourdissements, une perte de connaissance, de la faiblesse ou des sueurs. Ces crises de panique peuvent se produire à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit et s'accompagnent souvent de nausées, de douleurs thoraciques, d'une perte de toute notion de réalité et de contrôle. Le trouble panique n'est pas une phobie, mais un trouble anxieux. Cependant, une attaque de panique dans un ascenseur peut entraîner la peur des ascenseurs ou des lieux clos; la peur d'une attaque de panique dans des lieux publics peut mener une personne à éviter ces endroits, d'où la survenue d'une agoraphobie. De même, les attaques de panique peuvent devenir des symptômes de phobies, et l'exposition aux choses ou aux situations redoutées est susceptible de les déclencher.

Il existe 2 types de phobies sociales. En général, la phobie inclut toutes les situations sociales en dehors du cercle familial, et peut être associée à une faible estime de soi et à la peur des critiques. Le fait d'éviter des situations sociales mène souvent à l'isolement. Par ailleurs, on observe un autre type de phobie sociale parmi les personnes qui sont normalement à l'aise dans des situations sociales informelles, mais qui deviennent excessivement nerveuses, anxieuses et agitées lorsqu'elles sont le centre de l'attention. Ce genre de phobie touche les personnes qui doivent agir ou parler en public, même lorsqu'elles ont déjà l'habitude d'être sous le feu des projecteurs. Sir Laurence Olivier a commencé à avoir le « trac » alors que sa carrière de comédien était déjà bien établie.

L'agoraphobie survient, dans la plupart des cas, lorsqu'une personne croit qu'elle n'a aucune issue ou aucune possibilité de s'échapper vers un lieu sûr (habituellement sa maison). Les personnes atteintes sont effrayées à l'idée de se retrouver dans des lieux publics, des magasins, dans une foule, ou encore de voyager seules; elles sont sujettes à des attaques de panique lorsqu'elles doivent sortir seules. La phobie peut regrouper différentes peurs qui se chevauchent, et il en résulte une peur excessive de quitter la sécurité du domicile. Pour cette raison, l'agoraphobie est considérée comme le plus incapacitant des troubles anxieux.

Les phobies spécifiques atteignent généralement les jeunes adultes, et si elles ne sont pas traitées, elles persistent pendant de nombreuses années. Lorsque les personnes atteintes parviennent à éviter facilement les situations phobiques, les répercussions de la phobie sur leur vie ne sont plus aussi considérables. Cependant, lorsqu'elles doivent prendre des mesures excessives pour éviter certaines situations, la phobie devient un obstacle à leur fonctionnement normal. Il faut absolument que ces personnes recherchent de l'aide. Des médicaments ou différentes formes de thérapies permettront à ces personnes de travailler et de mener une vie sociale normale.

Diagnostic

Si l'anxiété ou les sentiments de détresse causés par les phobies deviennent inquiétants ou interfèrent avec les activités quotidiennes ou les relations d'une personne, un médecin ou un thérapeute peut l'aider à cerner le problème. Un professionnel de la santé commencera par poser différentes questions pour déterminer si les symptômes et le comportement concordent avec ceux d'une phobie. Voici ce qu'il cherchera à savoir :

  • Quelles sont les réactions du patient dans certaines situations?
  • Depuis quand ce problème existe-t-il?
  • À quelle fréquence les symptômes de phobie se manifestent-ils?
  • Combien de temps est consacré à l'anticipation de situations phobiques?

Selon les réponses obtenues, le type et la cause de la phobie peuvent être déterminés.

En général, le meilleur indice d'une phobie est la façon dont une personne évite souvent ou constamment toute situation qui en déclencherait les symptômes. Les symptômes doivent être présents depuis au moins 6 mois pour que le diagnostic de phobie spécifique soit posé.

Traitement et Prévention

Le traitement pourra être soit médicamenteux, soit psychologique.

Les traitements médicamenteux font appel aux antidépresseurs qui s'avèrent efficaces dans le traitement des divers symptômes associés aux phobies sociales, aux attaques de panique, et à une dépression concomitante. Les agents antidépresseurs (les benzodiazépines*) et les bêtabloquants peuvent aussi jouer un rôle dans le traitement. Les médicaments disponibles sont :

  • les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (les ISRS), qui modifient le taux de sérotonine dans le cerveau, et produisent un plus petit nombre d'effets secondaires que les autres antidépresseurs;
  • les antidépresseurs tricycliques utilisés à faible dose dont l'usage s'est répandu dans le traitement des troubles anxieux; cependant, ces médicaments produisent des effets secondaires comme des étourdissements, de la somnolence, une sécheresse de la bouche et un gain de poids;
  • les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) donnent de bons résultats dans le traitement des troubles de panique et des phobies sociales. Ces médicaments exigent du patient qu'il se soumette à un régime alimentaire restrictif parfois difficile à suivre. Mais l'inobservation de ce régime pourrait entraîner de très graves réactions;
  • les bêtabloquants - normalement utilisés dans le traitement des maladies cardiaques - sont efficaces dans le traitement de la phobie sociale. Ils sont spécifiquement prescrits aux personnes qui doivent agir ou parler en public et qui ont besoin d'une aide de courte durée pour empêcher que les symptômes physiques de la phobie ne se manifestent;
  • les benzodiazépines sont des anxiolytiques efficaces qui peuvent être utiles dans le traitement à court terme de l'anxiété, ou pour intervenir rapidement lors d'une attaque de panique aiguë, ou durant un traitement comportemental, alors qu'une personne tente de confronter ses phobies spécifiques ou des situations redoutées. On ne les utilise habituellement pas pour un traitement à long terme.

La psychothérapie est une intervention non médicamenteuse efficace dans le traitement des phobies sociales, des troubles de panique et des phobies spécifiques. La thérapie cognitive est une intervention psychologique spécifique, efficace dans le traitement des phobies sociales et des troubles paniques, qui vise à modifier la façon de penser d'une personne tout en l'aidant à mieux comprendre les croyances de base qui sous-tendent ses peurs. La thérapie comportementale, et surtout le traitement par la désensibilisation, est efficace contre certaines phobies spécifiques. Les personnes qui en sont atteintes sont exposées graduellement à la situation qu'elles craignent pendant qu'on leur enseigne des façons de leur faire face et de gérer l'anxiété qu'elles génèrent. La mise en présence de l'objet de la peur dans la sécurité d'un milieu thérapeutique émousse les émotions qu'il suscite et permet à la personne concernée de mettre ses peurs et ses réactions en perspective.

Parler d'une peur spécifique peut contribuer à calmer l'anxiété intense qu'elle fait naître. Les membres de la famille et les amis fiables peuvent offrir un soutien utile, notamment lorsque l'anxiété est consécutive à un événement traumatisant. Les groupes d'entraide peuvent aussi s'avérer très thérapeutiques en permettant aux participants de verbaliser leur propre histoire et d'élargir leurs horizons en écoutant celles des autres, et de voir comment ils s'y prennent pour vivre avec leurs peurs. De plus, les techniques de relaxation et de gestion du stress - apprises par l'intermédiaire de professionnels, de groupes, de livres, de vidéos ou de ressources en ligne - peuvent se révéler d'une utilité considérable dans la maîtrise de l'anxiété.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Phobies