Description

Le sang transporte l'oxygène et les nutriments jusqu'aux tissus et organes, et évacue les déchets. Le sang est constitué de plusieurs éléments importants, y compris les globules rouges, les globules blancs, les plaquettes et le plasma. Les globules rouges transportent et distribuent l'oxygène partout dans l'organisme. Les globules blancs font partie du système immunitaire et aident à combattre les infections. Les plaquettes aident le sang à former les caillots qui arrêtent un saignement.

Les cellules sanguines sont en suspension dans un liquide aqueux jaunâtre appelé plasma qui contient aussi les protéines en partie responsables de la coagulation sanguine, de même que les globulines qui aident à combattre les infections et les maladies.

L'organisme contient environ 4 à 5 litres de sang. La perte d'une quantité importante de sang peut mener rapidement à de graves complications et même à la mort. On traite habituellement les pertes de sang importantes avec des transfusions ou des solutions de rechange aux transfusions comme des médicaments.

Causes

Il y a plusieurs causes possibles de pertes de sang. Les accidents, les interventions chirurgicales, les accouchements, les ulcères d'estomac et la rupture d'un vaisseau sanguin peuvent provoquer une perte de sang soudaine. En outre, les maladies telles que le cancer et la leucémie font chuter sous la normale le nombre de cellules sanguines. Certains troubles comme des saignements menstruels abondants entraînent une perte de sang graduelle à long terme.

Si tous les types de pertes de sang peuvent causer des complications, c'est la perte de sang importante et rapide se produisant à l'occasion d'une intervention chirurgicale ou d'un traumatisme qui est la plus susceptible d'entraîner de graves complications ou la mort. La quantité de sang perdu qui peut mener à des complications varie selon les personnes. Divers facteurs peuvent entrer en jeu, tels la masse corporelle et la présence de certains troubles de la santé (par ex. une anémie).

Durant une chirurgie, les risques que la perte de sang soit assez importante pour entraîner une transfusion dépendent d'un certain nombre de facteurs, y compris le sexe (les femmes présentent généralement un risque plus élevé en raison de leur volume sanguin moins important), l'état de santé (des troubles comme l'hémophilie augmentent le risque de saignement) et la prise d'herbes médicinales ou de médicaments (des anticoagulants tels la warfarine* peuvent augmenter le risque de saignement).

Symptômes et Complications

Les effets d'une perte de sang dépendent de l'état de santé général d'une personne, de la quantité de sang perdu et de la rapidité à laquelle le sang s'est écoulé. Le saignement peut être interne ou externe. Dans le cas d'un saignement externe, le sang s'échappe du corps par une rupture de l'épiderme (par suite d'une blessure, d'un traumatisme ou d'une intervention chirurgicale), ou par un orifice naturel comme la bouche, l'anus ou le vagin. Dans le cas d'une hémorragie interne, la perte de sang se produit à partir des vaisseaux sanguins, mais demeure à l'intérieur de l'organisme, ce qui entraîne souvent de l'enflure et de la douleur. Un saignement tant externe qu'interne peut entraîner de graves complications. Un saignement interne peut être plus difficile à reconnaître et à diagnostiquer, du fait que le saignement n'est pas apparent.

Plus la perte de sang est importante et rapide, plus les symptômes et les complications sont graves.

Les symptômes de pertes de sang comportent :

  • une contusion (une contusion se forme lorsqu'il y a du sang sous la peau);
  • une douleur abdominale ou une enflure (un symptôme de saignement interne);
  • un écoulement de sang par la bouche;
  • un écoulement de sang provenant du vagin (inopinément ou en plus grande quantité que la normale);
  • un écoulement de sang provenant d'une rupture de l'épiderme;
  • un étourdissement, de la faiblesse ou de la confusion mentale;
  • de la pâleur;
  • une peau froide et moite;
  • un pouls rapide et faible;
  • la présence de sang dans les selles (les selles peuvent être noires et goudronneuses ou rouges);
  • la présence de sang dans l'urine (l'urine peut être rose, rouge ou brune);
  • une respiration difficile;
  • un saignement au cours d'une intervention chirurgicale;
  • le vomissement de sang ou d'une matière qui ressemble à du marc de café.

Les complications résultant d'une perte de sang sont liées au rôle que joue le sang dans l'organisme (voir ci-dessus). Si la perte de sang est trop importante, il s'ensuit un état connu sous le nom de choc hypovolémique. Le choc hypovolémique est une urgence médicale au cours de laquelle une importante perte de sang et de fluide empêche le cœur de pomper suffisamment de sang dans le corps. Par conséquent, les tissus n'obtiennent pas suffisamment d'oxygène, cette insuffisance entraîne un dommage aux tissus ou aux organes qui peut avoir des conséquences mortelles si des soins ne sont pas prodigués. Les complications peuvent se révéler plus graves pour les personnes qui prennent des anticoagulants ou qui souffrent de troubles de saignements.

Diagnostic

Les médecins diagnostiquent la perte de sang en se fondant sur les signes et les symptômes, les antécédents médicaux et les épreuves de laboratoire. Dans le cas d'un traumatisme ou d'une intervention chirurgicale, la présence et la cause de la perte de sang sont évidentes. Sinon, le médecin peut aussi rechercher la présence d'autres troubles comme un ulcère d'estomac hémorragique. Il pourrait aussi demander si des médicaments ou des herbes médicinales ont été employés récemment, car leur prise aurait pu contribuer au saignement. Selon la cause soupçonnée du saignement, des analyses de sang pourraient s'avérer nécessaires.

Traitement et Prévention

Le traitement de la perte de sang est axé sur 2 aspects : arrêter le saignement et traiter ses effets. Les techniques utilisées pour arrêter le saignement dépendent de sa cause et de son emplacement. Dans le cas d'un saignement externe résultant de coupures ou de déchirures, il sera peut-être indiqué d'exercer une pression directe sur la blessure, d'y appliquer un bandage ou d'effectuer une suture de la plaie. Dans le cas d'un saignement interne, une intervention chirurgicale peut s'avérer nécessaire.

Le traitement des effets de la perte de sang dépend de la quantité de sang perdu, de la rapidité à laquelle le sang s'est écoulé, de l'état de santé de la personne, des médicaments employés et de ses convictions religieuses. Dans le cas de légères pertes de sang, un traitement constitué de liquides et de médicaments est souvent suffisant. Dans le cas de pertes de sang plus importantes, une transfusion sanguine ou une solution de rechange à une transfusion est souvent nécessaire. Certains groupes, dont les Témoins de Jéhovah, refusent les transfusions en raison de leurs convictions religieuses.

Avant la transfusion, le receveur (la personne qui reçoit la transfusion) subit une analyse de sang. Le sang et les dérivés sanguins d'un donneur compatible (assorti selon le type sanguin et d'autres facteurs) sont administrés par injection intraveineuse. Les transfusions sanguines nécessitent généralement le don de composants sanguins (tels les globules rouges ou les plaquettes sanguines) dont la personne manque.

Comme tout acte médical, une transfusion sanguine comporte des risques comme :

  • des réactions à la transfusion - si le sang du donneur ne correspond pas au type sanguin du receveur, ou si le sang est transfusé par erreur à une autre personne que celle à qui il était destiné, les conséquences peuvent être graves et se manifester notamment par une hémolyse (la destruction des globules rouges), des dommages rénaux et même la mort. Le risque d'une transfusion avec incompatibilité du groupe sanguin est d'environ 1 sur 40 000;
  • une maladie infectieuse - bien que l'approvisionnement en sang fasse l'objet d'un dépistage systématique, une transfusion sanguine présente néanmoins un faible risque d'infection virale (y compris par le VIH, l'hépatite et le virus du Nil occidental), bactérienne ou parasitaire. Le risque de contracter une infection par le VIH dans le cadre d'une transfusion de sang est moins de 1 sur 4 000 000. Le risque de contracter l'hépatite C est moins de 1 sur 2 800 000;
  • des réactions allergiques - les réactions allergiques au sang transfusé peuvent être légères et facilement traitées, ou graves et conduire éventuellement à la mort. Le risque d'une réaction allergique grave est environ 1 sur 40 000.

Quand une personne reçoit des soins de santé, on doit l'informer du traitement et obtenir son consentement avant de le lui administrer. Comme tous les traitements médicaux s'accompagnent d'un certain degré de risques, les patients doivent prendre leur décision après avoir pesé les risques et les bienfaits des options thérapeutiques. Ce processus est appelé consentement éclairé ou choix éclairé. Toute personne habilitée à prendre une décision (une personne qui possède la capacité mentale de prendre ses propres décisions, y compris la compréhension des conséquences de sa décision si elle n'accepte pas le traitement suggéré) peut refuser un traitement recommandé par un médecin, y compris une transfusion sanguine.

Au cours de la dernière décennie, les pénuries de sang et la sensibilisation croissante aux risques que posent les transfusions sanguines ont donné lieu à beaucoup de recherches portant sur les solutions de rechange aux transfusions sanguines. Aujourd'hui, il existe un certain nombre de solutions de remplacement aux transfusions sanguines. Elles peuvent être réduites au strict minimum ou carrément évitées en combinant de façon appropriée des médicaments, des instruments médicaux et des techniques chirurgicales. De nombreux hôpitaux partout dans le monde ont mis sur pied des programmes de conservation du sang et de techniques d'intervention non hémorragique.

Les médicaments peuvent être utilisés pour pousser l'organisme à produire plus de cellules sanguines. On emploie l'érythropoïétine pour augmenter la production de globules rouges. Le G-CSF (un facteur de stimulation des colonies de granulocytes) et le GM-CSF (un facteur de stimulation des colonies de granulocytes et de macrophages qui active la production de globules blancs) permettent d'augmenter le nombre de globules blancs. D'autres médicaments peuvent réduire les saignements durant et après la chirurgie ou quand des pertes soudaines de sang se produisent. Des liquides spéciaux, tels le pentastarch, des solutions salines ou le soluté lactate de Ringer peuvent être administrés pour remplacer temporairement le volume sanguin perdu.

Des appareils de récupération du sang épanché (un système d'autotransfusion per-opératoire) peuvent aider à réduire la perte de sang durant une intervention chirurgicale en recueillant le sang perdu pendant une opération, en le filtrant et en le ré-injectant à la personne traitée. Des scalpels spécialisés peuvent inciser le tissu et arrêter du même coup le saignement (au moyen de la chaleur, du courant électrique ou d'une vibration ultrasonique).

Les techniques chirurgicales et la planification pré-opératoire peuvent aussi réduire la perte de sang. Des interventions chirurgicales lourdes comportant de larges incisions peuvent être subdivisées en plusieurs de moindre importance, et de nouvelles techniques telles que la laparoscopie réduisent le besoin d'effectuer de larges incisions. Dans le cas de la planification pré-opératoire, le patient interrompt ou réduit la prise de médicaments qui augmentent le risque de saignement avant la chirurgie, et il prend d'autres médicaments pour augmenter la réserve de cellules sanguines de l'organisme. Certaines personnes choisissent de donner leur propre sang et le font entreposer jusqu'à l'opération. Dans d'autres cas, on choisit un moyen comme la technique anesthésique d'hypotension contrôlée pour diminuer le saignement causé par une intervention chirurgicale.

Toutes ces solutions de rechange aux transfusions ne seront pas disponibles ni appropriées pour tout le monde. À l'instar des transfusions, les solutions de rechange comportent aussi des risques. Les risques et les bienfaits d'un choix de traitement varient d'une personne à l'autre. Avant de choisir un traitement, il importe que vous et votre médecin passiez judicieusement en revue toutes les possibilités.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.