Description

L'obésité est une cause majeure de maladies et de morts évitables en Amérique du Nord. Au cours des dernières années, le nombre de personnes qui présentent une surcharge pondérale dans les pays industrialisés a augmenté considérablement – à tel point que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé l'obésité une épidémie. Aux États-Unis, 69 % de la population adulte fait de l’embonpoint ou est obèse. Au Canada, selon les données provenant de la population elle-même, 40 % des hommes et 27 % des femmes font de l’embonpoint, et 20 % des hommes et 17 % des femmes sont obèses.

Les personnes qui sont obèses courent un bien plus grand risque que les personnes qui ont un poids santé de contracter des troubles médicaux comme une pression artérielle élevée, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, du diabète, une affection de la vésicule biliaire, et divers cancers.

Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Renseignez-vous davantage sur la vraie nature de l'hyperphagie boulimique.

Causes

L'obésité se manifeste lorsque vous dépensez moins de calories que vous n'en consommez. Par le passé, un grand nombre de personnes pensaient que l'obésité était tout simplement due à un manque de volonté et de maîtrise de soi qui engendraient une alimentation excessive et une activité physique insuffisante. Bien que ces agissements constituent des facteurs contributifs importants, les médecins admettent que l'obésité est un problème médical complexe qui relève de facteurs génétiques, environnementaux, comportementaux et sociaux. Tous ces facteurs jouent un rôle déterminant qui influe sur le poids d'une personne.

Des travaux de recherche récents montrent que parfois certains facteurs génétiques peuvent provoquer des changements de l'appétit et du métabolisme des graisses qui mènent à l'obésité. Le risque d'obésité est élevé pour une personne génétiquement prédisposée à prendre du poids (par ex. en raison d'un métabolisme plus lent) et menant un mode de vie sédentaire et malsain.

Bien que la prédisposition génétique d'une personne puisse contribuer à l'obésité, elle n'en est pas la cause primordiale. Divers facteurs environnementaux et comportementaux exercent une plus grande influence; une consommation de calories excédentaires provenant d'aliments à forte teneur lipidique et peu ou pas d'activité physique quotidienne mèneront éventuellement à un gain de poids. Divers facteurs psychologiques peuvent également favoriser l'obésité. Un sentiment de dévalorisation, de culpabilité, un stress émotionnel, ou un traumatisme, peuvent déclencher un mécanisme de défense comme la suralimentation.

Certains troubles de santé – comme la frénésie alimentaire, la maladie de Cushing et le syndrome des ovaires polykystiques – peuvent également mener à un gain de poids et à l'obésité. La frénésie alimentaire est un trouble de l'alimentation où la personne a des épisodes de consommation excessive de nourriture à répétition. Durant ces épisodes, elle mange rapidement une grande quantité de nourriture et a l'impression de ne pas pouvoir maîtriser cette consommation excessive.
Binge Eating Fact Vs Myth
Outils santé

Lisez l'histoire de Tiffany : les impacts émotionnels, physiques et sociaux.

Symptômes et Complications

Parmi les risques pour la santé que l'on associe à l'obésité, on retrouve :

  • les troubles de la respiration (par ex. les apnées du sommeil, une maladie pulmonaire obstructive chronique);
  • certains types de cancers (par ex. le cancer de la prostate et de l'intestin pour les hommes, le cancer du sein et de l'utérus pour les femmes);
  • une affection des artères coronaires (du cœur);
  • la dépression;
  • le diabète;
  • une affection de la vésicule biliaire ou du foie;
  • le reflux gastro-œsophagien (RGO);
  • une élévation de la pression artérielle;
  • un taux de cholestérol élevé;
  • une affection articulaire (par ex. l'arthrose);
  • l'accident vasculaire cérébral.

Les personnes qui sont obèses peuvent présenter les symptômes des troubles médicaux précités. Parmi les plus fréquents on retrouve une pression artérielle élevée, un taux de cholestérol élevé, des problèmes respiratoires et des douleurs articulaires (dans les genoux ou le bas du dos). Plus une personne est obèse, plus elle risque d'avoir des problèmes médicaux liés à l'obésité.

Outre les complications médicales, l'obésité est aussi liée à des problèmes psychosociaux comme une faible estime de soi, la discrimination, les difficultés à trouver un emploi et une qualité de vie amoindrie.

Diagnostic

Le diagnostic de l'obésité repose habituellement sur un examen physique et les antécédents de la personne (ses habitudes alimentaires et la pratique régulière d'exercices).

Une mesure appelée indice de masse corporelle (IMC) ne prend pas directement les dimensions de la masse grasse, mais constitue un outil utile pour l'évaluation des risques pour la santé d'une surcharge pondérale ou de l'obésité. Un indice de masse corporelle entre 18,5 et 24,9 est considéré comme se situant dans l'intervalle favorable à la santé. On calcule l'IMC en se servant du kilogramme (kg) et du mètre (m) comme unités de mesure au lieu de la livre (lb), du pied et du pouce. Notez bien que 1 lb équivaut à 0,45 kg et 1 pouce à 0,0254 m.

Voici comment calculer l'IMC :

IMC = poids corporel (kg) ÷ taille² (m)

Exemple : si vous pesez 150 lb (68 kg) et mesurez 5 pi 8 po (1,73 m), divisez 68 par (1,73 × 1,73), soit 2,99. Vous obtenez 22,74, une valeur qui se situe au beau milieu de l'intervalle santé.

Santé Canada a établi une classification de l'IMC qui tient compte du risque associé à l'évolution de problèmes de santé :

Valeur de l'IMC Classification* Risque pour la santé
Moins de 18,5 Poids insuffisant Accru
18,5 à 24,9 Poids normal Moindre
25,0 à 29,9 Surcharge pondérale Accru
30,0 à 34,9 Obèse de classe I Élevé
35,0 à 39,9 Obèse de classe II Très élevé
40 ou davantage Obèse de classe III Extrêmement élevé

*La classification ci-dessus ne s'applique pas aux personnes de moins de 18 ans, ni aux femmes enceintes ou qui allaitent. L'intervalle « normal » de l'IMC des personnes âgées de 6 ans et plus, est plus élevé, la valeur minima peut se situer légèrement au-dessus de 18,5 et la valeur maxima s'étendre jusqu'à l'intervalle « surcharge pondérale ».

Les médecins peuvent également utiliser d'autres mesures, comme celle du tour de taille, pour évaluer les risques pour la santé associés à un excès de graisse abdominale. Lorsque l'IMC et le tour de taille pointent à un risque élevé de problèmes de santé, des examens complémentaires pourraient avoir lieu.

Les lignes directrices canadiennes pour la classification du poids chez les adultes sont accessibles par Internet.

Traitement et Prévention

Les changements apportés à votre mode de vie

La prise en charge et le traitement de l'obésité visent à diminuer les risques pour la santé et à améliorer la qualité de vie. Un programme de gestion du poids approprié combine habituellement l'activité physique à un régime alimentaire santé et à une modification des habitudes quotidiennes. D'autres programmes peuvent aussi comporter des consultations psychologiques et, dans certains cas, un traitement médicamenteux. Réussir à perdre du poids et à ne pas le reprendre est un objectif ambitieux qui exige des modifications du mode de vie et du comportement.

Ce qui compte, c'est d'avoir un régime alimentaire sain et équilibré. Les régimes à la mode et les diètes draconiennes sont rarement couronnés de succès et peuvent s'avérer dangereux. L'alimentation doit procurer au corps une quantité minimale d'énergie pour qu'il fonctionne normalement. Aucun régime alimentaire comportant moins de 1000 ou 1200 calories ne devrait être suivi sans surveillance médicale. Les « diètes draconiennes » ne sont jamais une bonne solution à long terme parce que le poids perdu revient habituellement lorsqu'elles ne sont plus suivies. Les cliniques et les plans commerciaux d'amaigrissement sont prospères parce qu'un grand nombre de clients reviennent.

Pour réussir à perdre du poids et à maintenir un poids santé, il faut modifier pour toujours ses habitudes alimentaires et de sédentarité et apprendre à reconnaître les états émotionnels qui influent sur la conduite alimentaire et déclenchent une suralimentation. Il faut aussi établir des objectifs spécifiques et réalistes, et les atteindre. Les personnes qui sont médicalement obèses devraient consulter un médecin ou un diététiste en vue d'élaborer un programme de perte de poids sans danger et personnalisé. Une thérapie ou une modification du comportement peut s'avérer utile. La consultation d'un thérapeute ou d'un conseiller pourrait vous aider à comprendre les raisons émotionnelles et psychologiques de votre suralimentation et apprendre plusieurs façons de prendre en charge vos déclencheurs.

Une activité physique régulière est un élément important de votre programme de gestion du poids. Non seulement l'exercice contribue à la gestion du poids, mais il améliore aussi l'état de santé général et peut diminuer le risque d'affections comme certaines formes de cancer, une maladie cardiaque et l'ostéoporose. La pratique régulière d'une activité physique ne signifie pas que vous devriez adhérer au club de gymnastique le plus proche. Vous pourriez avoir recours à des stratégies toutes simples comme monter les escaliers au lieu de prendre l'ascenseur, aller au travail à pied ou à bicyclette et laisser la voiture au garage (si possible), ou faire une petite promenade avec des collègues le midi. Ce qui compte, c'est d'ajouter des exercices à votre programme quotidien, et de cibler un niveau d'activité plus intense. Choisissez des activités et des exercices que vous trouvez agréables.

Intervention médicale

Les médicaments peuvent faire partie des éléments d'un programme de gestion du poids. Les médicaments ne sont pas des « remèdes miracles » qui entraînent une perte de poids permanente. Ils s'emploient généralement en association avec un régime alimentaire et un programme d'exercice appropriés. Ils sont réservés aux personnes déclarées obèses (c.-à-d. celles ayant un IMC supérieur à 30) ou aux personnes ayant un IMC de 27 et présentant des facteurs de risque supplémentaires de maladie cardiaque comme un taux de cholestérol élevé ou du diabète.

Quelques médicaments ont été approuvés exclusivement pour un emploi de courte durée. Orlistat* est un exemple de médicament employé pour une perte de poids au Canada, il agit en prévenant l'absorption des graisses par l'intestin. Discutez avec votre médecin pour savoir si ce médicament serait un bon choix pour vous.

La chirurgie n'est une option que lorsque d'autres façons de prendre en charge le surpoids n'ont pas été couronnées de succès. Il existe de nombreuses formes de chirurgie de l'obésité, mais souvent l'intervention chirurgicale réduit la dimension de l'estomac afin que seule une petite quantité d'aliments puisse être mangée sans déclencher de gêne. Parmi les options chirurgicales utilisées pour soigner l'obésité, on retrouve :

  • la chirurgie gastrique,
  • le pontage gastrique,
  • l'anneau modulable par laparoscopie,
  • la dérivation gastrique Roux-en-Y,
  • l'agrafage des parois de l'estomac,

Lorsque vous passez en revue les traitements convenant à la gestion d'un surpoids, il importe de tenir compte des risques et des bienfaits de chacun d'eux. Votre médecin et d'autres professionnels de la santé sont en mesure de vous fournir les renseignements dont vous aurez besoin pour faire un choix éclairé.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.