Description

La maladie des artères coronaires, également appelée maladie cardiaque, fait référence au rétrécissement des artères du cœur provoqué par l'athérosclérose (voir ci-dessous). En raison du rétrécissement, le muscle cardiaque ne reçoit pas suffisamment d'oxygène. Si le cœur manque d'oxygène, une douleur thoracique (une angine de poitrine ou angor) se déclenche. Si une artère est complètement obstruée, une crise cardiaque survient, ce qui dans le domaine médical est connu sous le nom d'infarctus du myocarde (IM). La maladie coronarienne est la forme la plus courante des maladies cardiaques et les crises cardiaques représentent l'une des principales causes de décès tant pour les hommes que pour les femmes.

Un grand nombre de ces décès pourraient être prévenus, étant donné que l'on peut agir sur certains des facteurs de risque de cette maladie. Parmi ces facteurs de risque que l'on peut contrôler, on retrouve la pression artérielle élevée, un taux de cholestérol élevé, et le diabète. Il existe d'autres facteurs, associés au mode de vie comme le tabagisme, l'obésité, la consommation excessive d'alcool et l'inactivité physique.

Même si les traitements médicaux des maladies cardiaques ont fait beaucoup de progrès, la réduction des facteurs de risque reste la principale façon de prévenir la maladie et les décès associés à la maladie coronarienne.

Causes

Le faible approvisionnement en oxygène du cœur s'explique dans la majorité des cas par l'athérosclérose, également appelée « durcissement des artères ». Ainsi, dans ce trouble, des dépôts graisseux appelés plaques se forment sur les parois des vaisseaux sanguins. Les plaques réduisent le diamètre des artères en s'accumulant, et le sang atteint plus difficilement le cœur. Celui-ci manque donc d'oxygène.

L'athérosclérose est souvent provoquée par une quantité excessive de « mauvais » cholestérol (lipides de basse densité ou LDL) et de triglycérides qui circulent dans le sang.

Les facteurs ci-après prédisposeront certaines personnes à l'athérosclérose et à la maladie coronarienne :

  • un taux élevé de « mauvais » cholestérol (LDL);
  • un faible taux de « bon » cholestérol (HDL) ou lipoprotéines de forte densité;
  • une pression artérielle élevée;
  • le tabagisme;
  • le diabète;
  • un mode de vie sédentaire;
  • l'obésité (plus particulièrement en cas d'embonpoint dans la région du tronc ou de la taille);
  • des antécédents familiaux de maladie cardiaque;
  • une consommation excessive d'alcool.

Dans certains cas, un problème génétique peut entraîner une athérosclérose susceptible de provoquer une maladie cardiaque.

Les hommes courent un plus grand risque que les femmes préménopausées. Après la ménopause, l'incidence de la maladie coronarienne s'accroît chez les femmes et peut être égale à celle rencontrée chez les hommes.

Symptômes et Complications

Certaines personnes qui souffrent de maladie coronarienne peuvent ne présenter aucun symptôme jusqu'à ce que la maladie soit suffisamment grave pour entraîner des douleurs à la poitrine, c'est-à-dire une crise d'angine de poitrine (angine signifie « étrangler » en grec).

L'angine stable est souvent le premier signe de maladie coronarienne. Des douleurs ou un inconfort dans la poitrine surviennent lors des activités et sont soulagés par le repos. Dans le cas de l'angine instable, les symptômes sont moins prévisibles et peuvent se manifester même au repos. Ceci indique la progression rapide du trouble et un risque accru de crise cardiaque. Il importe alors de consulter sans délai le médecin.

Voici quelques-uns des symptômes de l'angine :

  • une sensation d'oppression dans la poitrine;
  • une sensation de brûlure ou de pression sous le sternum;
  • une douleur qui irradie dans l'épaule, la mâchoire, les bras, la gorge, le cou ou la partie supérieure de l'abdomen;
  • de la fatigue;
  • des nausées ou des vomissements;
  • de la sudation;
  • de la faiblesse;
  • un essoufflement;
  • une sensation de tête légère.

Si une plaque de la paroi d'un vaisseau sanguin se rompt, elle peut obstruer complètement une région du cœur et ainsi, l'empêcher de recevoir le sang riche en oxygène dont il a besoin pour fonctionner. Les cellules qui manquent d'oxygène dans cette région meurent, ce qui entraîne un infarctus du myocarde (IM).

Les symptômes d'une crise cardiaque sont semblables à ceux de l'angine, mais ils sont beaucoup plus prononcés.

Les hommes éprouvent souvent les symptômes suivants :

  • une douleur constante au milieu de la poitrine, qui peut irradier dans le cou, la mâchoire, l'épaule ou le bras gauche;
  • une sensation d'oppression dans la poitrine;
  • une sensation de lourdeur ou d'indigestion grave;
  • de la sudation, des nausées et des vomissements;
  • de l'essoufflement;
  • de l'anxiété, de la peur ou un refus de se rendre à l'évidence.

Pour les femmes, les principaux symptômes peuvent être semblables à ceux ressentis par les hommes, mais peuvent également comprendre :

  • des douleurs dans l'épaule, le cou ou le dos;
  • une sensation de douleur vive en respirant de l'air froid;
  • de la fatigue ou une faiblesse inhabituelle.

Il est très important de recevoir des soins médicaux au plus tôt si vous vous ressentez des symptômes de crise cardiaque.

Diagnostic

Un électrocardiogramme (ECG) peut permettre de déceler les anomalies des charges électriques du cœur. Chez une personne dont le cœur a été endommagé, les signaux électriques qui provoquent les contractions cardiaques sont modifiés lorsqu'ils traversent le tissu détruit. Ces variations peuvent être décelées et mesurées sur un ECG.

Les épreuves de tolérance à l'effort indiquent si le cœur subit des changements au cours des périodes d'activité et peuvent également permettre d'établir si les artères coronaires sont trop étroites. Une épreuve de tolérance à l'effort est réalisée sur un tapis roulant ou une bicyclette stationnaire pendant que la personne est reliée à un électrocardiographe. Une scintigraphie au thallium permet d'observer l'irrigation sanguine du cœur pendant l'exercice. Il faut alors injecter de très petites quantités d'une substance radioactive dans le sang et suivre son trajet dans l'organisme à l'aide d'une caméra spéciale.

Dans les cas d'angine, les anomalies décelées par l'électrocardiogramme peuvent ne survenir que si la personne subit une crise. Lorsque la personne souffre « d'angine silencieuse », elle ne présente aucun symptôme, même au cours d'une attaque. Afin de diagnostiquer cette maladie, le médecin peut demander au patient de porter un électrocardiographe pendant 24 heures. Le tracé de l'électrocardiogramme est analysé en vue de déceler les irrégularités, puis comparé avec le journal détaillé dans lequel la personne indique ses activités et tout symptôme inhabituel.

Une angiographie coronarienne (ou artériographie) est un test réalisé en vue d'explorer les artères coronaires. Un mince tube (cathéter) est inséré dans l'artère d'un bras ou d'une jambe jusqu'aux artères du cœur. On injecte un agent de contraste dans les vaisseaux sanguins et le cœur et on le filme ensuite à l'aide d'un appareil à rayons X pendant le pompage du sang. Les images obtenues, appelées angiogrammes ou artériogrammes, permettent d'observer les anomalies comme les obstructions provoquées par l'athérosclérose.

Traitement et Prévention

Le médecin peut prescrire l'un ou l'autre des traitements médicamenteux suivants :

  • des médicaments qui abaissent le taux de cholestérol, qui peuvent réduire le taux de « mauvais » cholestérol (LDL) dans le sang tout en augmentant la concentration du « bon » cholestérol (lipides de haute densité). Le médicament est choisi en fonction du rapport entre les divers types de cholestérol présents dans le sang.
  • des agents qui réduisent la pression artérielle, qui peuvent réduire de beaucoup les risques de crise cardiaque lorsque la pression artérielle est élevée. Il existe plusieurs types de médicaments de cet ordre, et le médecin peut déterminer quel est le meilleur médicament pour vous.
  • les médicaments antiplaquettaires empêchent la formation de caillots. L'AAS (acide acétylsalicylique) * réduit les risques de crise cardiaque. Une faible dose (l'AAS pour « bébé ») suffit pour prévenir une crise cardiaque. Pour les personnes qui ne peuvent prendre de l'AAS, le médecin peut recommander d'autres médicaments antiplaquettaires.
  • Les bêtabloquants, les bloqueurs des canaux calciques, la nitroglycérine et autres dérivés nitrés sont les 3 principales classes de médicaments utilisées dans le traitement à long terme de l'angor stable. Des médicaments qui traitent l'angine stable avec le temps réduisent le travail que le cœur doit réaliser.

Lorsqu'un traitement agressif est nécessaire, il se peut que votre médecin recommande une intervention pour aider à améliorer la circulation sanguine. Parmi les options possibles, on trouve :

  • l'intervention coronarienne percutanée (angioplastie avec endoprothèse). Il s'agit d'une intervention non chirurgicale par laquelle le médecin utilise un tube mince (cathéter) pour placer un tube en treillis, ou endoprothèse, dans l'artère qui est rétrécie. L'endoprothèse aide à garder le vaisseau ouvert pour permettre la circulation sanguine. Certaines endoprothèses libèrent également un médicament qui empêche le vaisseau de se rétrécir.
  • le pontage coronarien. Cette intervention chirurgicale nécessite l'utilisation d'un vaisseau sanguin d'une autre partie du corps pour créer un « pont » ou une dérivation autour de l'artère coronaire bouchée ou rétrécie. Comme cette intervention nécessite une opération à cœur ouvert, elle est habituellement effectuée chez les personnes dont plusieurs artères sont bloquées ou dont le blocage est situé à un endroit où il est difficile de poser une endoprothèse.

Un traitement médicamenteux n'est pas la seule façon de combattre une maladie des artères coronaires. Voici quelques petits conseils bons pour la santé du cœur qui vous aideront à prévenir une insuffisance coronarienne :

  • cessez de fumer. L'arrêt du tabagisme est la mesure la plus importante qu'une personne qui fume puisse prendre pour réduire rapidement et de façon considérable le risque de maladie coronarienne;
  • adoptez un régime alimentaire sain. Il devrait être pauvre en sel et en gras (moins de 30 % de l'apport quotidien en calories) et comporter beaucoup de fibres, de fruits frais, de légumineuses (par ex. des haricots), de noix et de céréales. Évitez les gras saturés, les huiles végétales partiellement hydrogénées (les gras trans), les aliments frits et les sucres raffinés. Le fait de perdre du poids peut également réduire les risques associés à la maladie coronarienne;
  • buvez de l'alcool avec modération. Et pas plus que :
    • 2 boissons par jour (ou pas plus de 3 boissons dans les grandes occasions) jusqu'à un maximum de 10 boissons par semaine pour les femmes;
    • 3 boissons par jour (ou pas plus de 4 boissons dans les grandes occasions) jusqu'à un maximum de 15 boissons par semaine pour les hommes.
  • maîtrisez votre taux de sucre sanguin. Le diabète augmente le risque de maladie coronarienne, en particulier si la glycémie n'est pas bien contrôlée. Assurez-vous de mesurer vos taux de sucre sanguin chaque jour et de suivre votre plan de traitement pour le diabète;
  • faites vérifier périodiquement vos taux de cholestérol. Les personnes qui souffrent de diabète doivent le faire chaque année ou au moins tous les 3 ans. En l'absence de maladie des artères coronariennes ou d'antécédents d'excès de cholestérol, les hommes de 40 ans et plus et les femmes qui ont atteint 50 ans ou qui sont  ménopausées doivent faire suivre leurs taux de cholestérol régulièrement. Les adultes de tout âge doivent faire vérifier leurs taux de cholestérol s'ils possèdent certains facteurs de risque de maladies cardiaques (par ex. une pression artérielle élevée, du diabète, des antécédents familiaux de maladie des artères coronariennes ou s'ils sont atteints de certaines affections qui augmentent leur risque comme l'arthrite). Selon vos facteurs de risque de maladie cardiaque, vos taux cibles de cholestérol seront différents;
  • faites régulièrement de l'exercice. En plus de réduire les risques de crise cardiaque, une activité physique régulière ralentit la fréquence cardiaque, améliore les taux de cholestérol et aide à maîtriser la pression artérielle. L'exercice physique peut également vous aider à perdre du poids. Avant d'entreprendre un programme d'exercices, il est essentiel de consulter un médecin, surtout pour les personnes qui souffrent d'autres problèmes médicaux;
  • apprenez à gérer votre niveau de stress. En plus de réduire les taux de certaines hormones qui peuvent accroître le risque de crise cardiaque, cette mesure est également bénéfique pour les personnes ayant une pression artérielle élevée.

*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.