Description

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du système lymphatique qui a habituellement son origine dans les lymphocytes (les globules blancs) d'un ou de plusieurs ganglions lymphatiques. Les globules blancs font partie du système lymphatique qui aide à combattre les maladies et les infections. Il existe plusieurs types de lymphomes non hodgkiniens, qui sont déterminés en fonction de l'apparence des cellules cancéreuses au microscope.

On observe des cas de lymphome non hodgkinien dans tous les groupes d'âge, mais la fréquence augmente avec l'âge, en particulier après 60 ans. Le lymphome non Hodgkinien représente approximativement 4 % des nouveaux cas de cancer chaque année; la probabilité d'en être atteint au cours de la vie est de 1 sur 43 chez les hommes canadiens et de 1 sur 50 chez les femmes canadiennes.

Causes

La cause exacte du lymphome non hodgkinien n'est pas connue, mais les médecins croient qu'un virus ou l'activation de gènes anormaux pourrait être à l'origine de certains cas de cette affection. Les facteurs de risque ci-après seraient responsables de certains cas :

  • l'âge (60 ans ou plus);
  • des affections auto-immunes (par ex. l'arthrite rhumatoïde);
  • une exposition à des pesticides, des solvants chimiques et à des colorants;
  • une exposition à certaines infections virales comme celles causées par le virus d'Epstein-Barr;
  • les états d'immunodéficience comme le sida, l'immunodéficience congénitale ou l'immunosuppression par des médicaments;
  • l'exposition préalable à de la chimiothérapie ou de la radiothérapie.

Il est possible de développer un lymphome non hodgkinien, même en l'absence de ces facteurs de risque.

Symptômes et Complications

Le gonflement des ganglions dans le cou, les aisselles ou les aines représente le premier symptôme du lymphome non hodgkinien. Parmi d'autres symptômes possibles, mentionnons une fièvre inexpliquée, des sueurs nocturnes, une perte de poids et des douleurs dans l'estomac et les intestins. À mesure que la maladie progresse, toutes les personnes atteintes développent une anémie à cause de la perte de globules rouges, d'où les symptômes de fatigue et de faiblesse.

La nature des symptômes éprouvés dépend de la localisation du lymphome. Un lymphome dans le thorax peut donner lieu à une tuméfaction du visage, des difficultés respiratoires ou à une accumulation de liquide dans les poumons (épanchement pleural). Si le lymphome siège dans l'abdomen ou dans l'intestin grêle, il peut entraîner une perte d'appétit, de la diarrhée, de la constipation, une perte de poids ou des douleurs et une sensation de ballonnement. Un lymphome situé dans les aines peut occasionner un œdème des jambes. Au niveau de la peau, les lymphomes peuvent causer un épaississement, une coloration plus foncée et des démangeaisons dans certaines régions.

Diagnostic

Votre médecin vous posera des questions sur vos symptômes et il vous fera subir un examen physique. S'il soupçonne un lymphome non hodgkinien, il effectuera d'autres tests pour confirmer le diagnostic.

Des analyses sanguines permettront de vérifier s'il y a des anomalies des cellules sanguines et de la fonction des organes (par ex. le foie, les reins). Les radiographies, les échographies, les tomodensitométries ou les tomographies par émission de positrons analyseront les ganglions lymphatiques que votre médecin ne peut examiner parce qu'ils sont situés profondément à l'intérieur de votre corps.

Une biopsie de ganglion lymphatique (l'exérèse d'un petit échantillon de glande lymphatique pour un examen microscopique) confirmera le diagnostic. Il se peut qu'un médecin prenne une biopsie de moelle osseuse pour déterminer si le cancer s'y est propagé. Ce test nécessite l'insertion d'une aiguille dans le bas du dos pour retirer du tissu qui s'y trouve et l'examen au microscope de ce tissu pour établir si des cellules cancéreuses sont présentes.

Grâce à l'information obtenue par ces tests, on donnera un stade et un grade au lymphome non hodgkinien. En utilisant ces caractéristiques, votre médecin et vous-même pourrez décider du meilleur traitement pour vous.

Voici les stades cliniques utilisés dans l'évaluation du lymphome non hodgkinien :

  • stade 1 : le cancer est présent dans un seul groupe ganglionnaire;
  • stade 2 : le cancer est présent dans plus d'un groupe ganglionnaire, ces groupes sont situés du même côté du diaphragme (muscle mince situé sous les poumons qui favorise la respiration et qui sépare le thorax de l'abdomen);
  • stade 3 : le cancer est présent dans des groupes ganglionnaires des deux côtés du diaphragme;
  • stade 4 : le cancer a atteint un ou plusieurs organes (par ex. le foie, les poumons, le cerveau, la moelle osseuse);
  • récurrent : terme utilisé pour le cancer qui est réapparu après un traitement.

Les deux grades de lymphome non hodgkinien sont les lymphomes indolents et les lymphomes agressifs. Les lymphomes indolents croissent plus lentement et provoquent moins de symptômes que les lymphomes agressifs.

Traitement et Prévention

Le traitement dépend du grade et du stade du cancer. Si vous êtes atteint d'un lymphome non hodgkinien indolent, il se peut que votre médecin vous offre l'option d'observer attentivement la maladie sans la traiter. Pendant ce temps, votre médecin vous suivra de près et ne commencera le traitement que lorsque votre état commencera à s'aggraver.

Les traitements habituellement utilisés contre le lymphome non hodgkinien sont :

  • la biothérapie (méthode qui aide le système immunitaire du patient à tuer les cellules cancéreuses);
  • la chimiothérapie (utilisation de médicaments pour tuer les cellules cancéreuses);
  • la radiothérapie (utilisation de fortes doses de rayons X pour tuer les cellules cancéreuses);
  • la transplantation de cellules souches (les cellules sanguines saines peuvent être remplacées plus rapidement).

Le traitement peut faire appel à une seule méthode ou à une combinaison de méthodes. Le traitement dépend en fait du type de lymphome, du stade du cancer et d'autres facteurs. Comme plusieurs des traitements contre le lymphome non hodgkinien peuvent nuire à la fertilité, il se peut que votre médecin discute de certaines options comme l'entreposage du sperme ou le prélèvement d'ovules pour des grossesses à venir.

Il existe deux types de globules blancs dans le corps : les lymphocytes T et les lymphocytes B. Les personnes atteintes d'un lymphome des lymphocytes B guérissent plus facilement que celles qui sont atteintes d'un lymphome des lymphocytes T.

Aux premiers stades de la maladie, on utilise la radiothérapie pour détruire la tumeur cancéreuse. La radiothérapie aide généralement à prolonger la vie du patient bien qu'elle ne parvienne pas toujours à le guérir.

Pour traiter le lymphome non hodgkinien plus avancé ou agressif, on fait habituellement appel à la chimiothérapie, c'est-à-dire l'administration de médicaments anticancéreux. Ces médicaments peuvent être administrés séparément ou en combinaison avec d'autres. Si le traitement est amorcé assez tôt dans le processus du cancer, la radiothérapie associée à la chimiothérapie peut guérir plus de la moitié des cas de lymphomes. Si le cancer ne répond pas au traitement ou s'il réapparaît, la chimiothérapie peut être intensifiée ou recommencée.

La combinaison de la chimiothérapie et de la radiothérapie peut être efficace pour traiter les lymphomes volumineux ou maîtriser la douleur ou l'hémorragie causée par les tumeurs.

Dans certains cas, les médecins peuvent effectuer une transplantation de moelle osseuse ou de cellules souches après avoir administré de très fortes doses de chimiothérapie. La chimiothérapie détruit les globules blancs cancéreux tout comme les plaquettes, les globules blancs, les globules rouges normaux et sains. Au cours de cette intervention, un médecin retire la moelle osseuse d'un donneur compatible et la greffe au receveur après que de fortes doses de chimiothérapie aient été données. Occasionnellement, le remplacement de moelle osseuse provient du patient lui-même (plutôt que d'un donneur) si la moelle osseuse avait été conservée plus tôt au cours du traitement.