Description

La plupart des virus, bactéries, parasites et champignons qui envahissent le corps humain peuvent également attaquer la surface ou l'intérieur de l'œil. Les infections oculaires peuvent être classées de deux manières.

D'abord, les médecins parlent généralement de la partie de l'œil qui est infectée ou enflammée. La conjonctivite, par exemple, est une inflammation de la conjonctive, membrane qui recouvre l'intérieur des paupières et le coin interne de la surface de l'œil. Les paupières (blépharite), la cornée (kératite), le liquide oculaire (vitrite), la rétine et les vaisseaux sanguins qui l'alimentent (choriorétinite) et le nerf optique (neurorétinite) sont d'autres sites inflammatoires possibles. Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres : l'œil est un organe complexe.

Ensuite, les infections oculaires sont également classées en fonction de leur étiologie. Le syndrome oculaire histoplasmique (SOH), par exemple, est causé par un champignon (cette affection prend également le nom de choriorétinite). Il s'attaque généralement à l'irrigation sanguine de la rétine, au niveau de la face arrière interne de l'œil.

La conjonctivite, causée par un adénovirus (type de virus du rhume banal), est l'infection oculaire la plus répandue. Ce type de conjonctivite infectieuse est parfois appelé « conjonctivite à bacille de Weeks » et est très fréquent chez les enfants. La conjonctivite virale est contagieuse, car le virus peut être transmis de l'œil aux mains qui touchent ensuite les poignées de portes et d'autres surfaces utilisées par les autres personnes.

Il existe d'autres causes de la conjonctivite infectieuse telles que les bactéries comme les staphylocoques dorés. Les infections bactériennes sont plus fréquentes chez les enfants et ont tendance à provoquer des cas de conjonctivite à bacille de Weeks persistante.

Causes

La conjonctivite infectieuse est la cause de conjonctivite à bacille de Weeks la plus courante dans le monde. Les causes de la conjonctivite infectieuse sont nombreuses. On les classe généralement selon trois types : virales, bactériennes et fongiques.

Quelques-unes des causes les plus fréquentes d'infection oculaire grave sont les suivantes :

Le syndrome oculaire histoplasmique (SOH) : l'histoplasmose est une infection fongique des poumons, provoquée par l'inhalation de spores. Cette affection est très répandue dans les vallées de fleuves dans le monde entier. En Amérique du Nord, l'histoplasmose est beaucoup plus présente aux États-Unis qu'au Canada. Les cas sont particulièrement concentrés dans la région connue sous le nom de « the Bible Belt » (région des « puritains ») - surnommée « histo belt » (région des « histos ») par les ophtalmologues. Plus de 90 % des adultes du sud-est des États-Unis ont déjà été atteints d'histoplasmose, les symptômes étant généralement inexistants. Chez un petit nombre de personnes atteintes, le champignon migre vers la rétine quelques années ou décennies plus tard. Une fois installé, il endommage la rétine, tout particulièrement la macule (centre vital où les cellules visuelles sont les plus concentrées). Les symptômes et la dégradation rétinienne qui s'ensuivent sont très similaires à ceux de la dégénérescence maculaire. Il peut conduire à la destruction de la partie centrale du champ visuel. Les personnes d'origine africaine sont immunisées pour la plupart. Bien qu'une très faible minorité seulement de personnes atteintes d'histoplasmose voie leur état évoluer vers le SOH, le champignon est si répandu que le SOH est une cause infectieuse importante à l'origine des cas de cécité reconnue chez les Américains de 20 à 40 ans.

La chlamydia et la gonorrhée : bien qu'elles ne causent habituellement pas de lésions importantes à l'œil chez les adultes, ces infections transmissibles sexuellement (ITS) extrêmement répandues peuvent provoquer une conjonctivite. L'infection atteint les yeux soit directement par les sécrétions génitales telles que le sperme, soit quand les personnes se frottent les yeux après avoir touché des parties génitales infectées. Les bébés nés de mères dont les parties génitales sont infectées sont exposés à un risque élevé d'infection oculaire. Neisseria gonorrheae est l'une des rares bactéries capables de pénétrer les couches protectrices de l'œil et de causer une infection oculaire interne.

L'herpès : ce virus très prévalent peut être contracté sous la forme d'une maladie cutanée (boutons de fièvre) ou d'une infection transmissible sexuellement (ITS). Le virus de l'herpès peut infecter les yeux de la même façon que la chlamydia ou la gonorrhée. Tout comme ces deux maladies, l'herpès peut causer une ulcération et un œdème cornéens. L'herpès chronique, affection rare, peut provoquer une rétinite nécrosante aiguë (RNA), tout particulièrement chez les hommes. Celle-ci se traduit par une destruction importante du tissu rétinien et une dégradation visuelle très importante. Environ 15 % des personnes atteintes d'herpès oculaire chronique souffrent d'une perte partielle de la vue.

Le zona (herpès zoster, herpesvirus varicellae) : le zona est une réactivation du virus à l'origine de la varicelle. L'ulcère, connu sous le nom de zona, est infectieux et peut transmettre la varicelle aux autres. Il peut également se traduire par une infection oculaire si vous vous touchez les yeux après avoir touché un ulcère. Alors que l'herpès est la principale cause de rétinite nécrosante aiguë chez les jeunes, l'herpesvirus varicellae est la plus fréquente chez les personnes âgées de plus de 50 ans, car le zona est très répandu dans cette tranche d'âge.

La kératite bactérienne : il s'agit d'une infection de la cornée par des bactéries communes de la peau et de l'intérieur de la bouche et du nez. Ces bactéries ne peuvent généralement pas pénétrer la couche externe de l'œil et ne provoquent qu'une conjonctivite. Cependant, un traumatisme oculaire, un manque d'oxygène généré par les lentilles de contact, ou un système immunitaire déficient peuvent faciliter l'entrée de ces bactéries dans la cornée, couche transparente à la surface de l'œil. Dans des circonstances similaires, les champignons peuvent provoquer une kératite fongique.

Parmi les infections à l'origine des conjonctivites ou des kératites (inflammations de la cornée), on retrouve :

  • les ITS (syphilis, gonorrhée, chlamydia, herpès, hépatite B);
  • la tuberculose;
  • la lèpre;
  • la maladie de Lyme;
  • l'acanthamoeba(un parasite commun);
  • les morpions (ces petits animaux peuvent vivre et se nourrir dans vos cils; ils sont invisibles à l'œil nu);
  • le virus d'Epstein-Barr ou la mononucléose infectieuse;
  • les oreillons, la rougeole, la grippe, le zona;
  • l'onchocercose (cécité des rivières);
  • la sarcoïdose (maladie infectieuse probable, mais non démontrée);
  • la mycose (nom générique des infections fongiques) - Candida, le champignon responsable du muguet, est l'un des plus de 60 types de champignons susceptibles de générer une infection oculaire.

Parmi les infections susceptibles de détériorer la rétine et l'œil interne, on retrouve :

  • la syphilis;
  • la tuberculose;
  • la toxoplasmose;
  • la sarcoïdose;
  • l'herpès;
  • l'herpesvirus varicellae (le zona et la varicelle);
  • la gonorrhée;
  • l'histoplasmose;
  • le cytomégalovirus (qui n'affecte pas les personnes en bonne santé, mais constitue la principale cause de cécité chez les personnes atteintes du sida).

Symptômes et Complications

Les causes étant si nombreuses, les symptômes de l'infection oculaire peuvent évidemment considérablement varier. Généralement, les symptômes dépendent plutôt du siège que de l'étiologie de l'infection.

Parmi les symptômes communs de la conjonctivite, on retrouve :

  • de la rougeur et des démangeaisons;
  • un écoulement;
    • en cas de conjonctivite virale : l'écoulement est surtout aqueux ou muqueux;
    • en cas conjonctivite bactérienne : l'écoulement est épais, blanc, jaune ou vert;
  • la sensation que l'œil contient du sable;
  • la formation de croûtes sur la paupière.

Les symptômes communs de kératite et d'autres infections de la partie avant de l'œil sont les suivants :

  • des douleurs, des démangeaisons ou la sensation de corps étranger dans l'œil;
  • une photosensibilité (aversion pour la lumière vive);
  • une rougeur ou de petites lignes rouges dans le blanc de l'œil;
  • un écoulement de pus jaune, qui peut être croûteux au réveil (signe possible d'infection bactérienne);
  • des larmoiements;
  • une enflure des paupières;
  • un clignement involontaire constant (blépharospasme).

Malheureusement, les maladies qui dégradent la rétine, le nerf optique ou les vaisseaux sanguins qui les irriguent ne génèrent aucune douleur. Le premier symptôme est la détérioration visuelle, qu'on peut généralement arrêter, mais qui n'est pas réversible. C'est pourquoi il est vital de procéder à un examen ophtalmologique régulier. Les corps flottants, minuscules fragments présents dans le liquide oculaire, constituent l'un des symptômes possibles d'une détérioration oculaire interne. Vous percevez de minuscules bulles ou des taches foncées tombant doucement à travers votre champ visuel. Tout le monde a quelques corps flottants. Vous ne devez vous inquiéter que si ceux-ci augmentent de façon soudaine.

Presque toutes les infections oculaires accompagnent une maladie située dans une autre région du corps, même s'il ne s'agit que d'un rhume. Quelques-unes de ces maladies, mais pas toutes, présentent des symptômes évidents. Surveillez les douleurs oculaires ou les symptômes visuels si vous avez l'une des maladies répertoriées dans la section des « Causes ».

La détérioration de la rétine et la formation de taches et d'ulcères sur la cornée figurent parmi les complications graves de l'infection oculaire. Quelques infections, comme la syphilis, peuvent également générer des glaucomes. En outre, les problèmes oculaires constituent souvent le seul symptôme visible d'infections plus étendues. Souvent, la chlamydia, par exemple, ne génère pas de symptômes génitaux, mais peut conduire à la stérilité et à des lésions cardiaques en cas d'absence de traitement.

Diagnostic

Les ophtalmologues et les optométristes sont formés pour identifier les différentes infections oculaires en fonction de l'aspect de la surface de l'œil et de la rétine, de l'évolution de la maladie (si un ou deux yeux sont infectés) et de vos antécédents médicaux. Il existe une large gamme d'appareils optiques pour examiner la cornée et la rétine.

En présence de pus ou d'écoulement oculaire, il est possible de procéder à une culture afin d'identifier l'organisme. Des analyses sur certaines maladies communes telles que la chlamydia, la gonorrhée et l'herpès pourront également être effectuées.

Consultez un médecin ou un professionnel de la vue dans les cas suivants :

  • une douleur oculaire, des troubles de la vue, un rougissement important de l'œil ou un écoulement continu de l'œil;
  • des troubles oculaires récurrents;
  • des troubles oculaires combinés à une affection chronique telle que le diabète;
  • des changements du diamètre de la pupille;
  • une blessure récente à un œil.

Consultez également un médecin ou un professionnel de la vue si :

  • vous avez traité vous-même les symptômes pendant 48 heures et n'avez remarqué aucune amélioration;
  • l'affection s'aggrave avec le traitement;
  • l'affection dure depuis plus de 48 heures sans traitement.

Traitement et Prévention

Habituellement, la conjonctivite virale s'améliore spontanément en quelques jours sans traitement.

Des antibiotiques à large spectre sont efficaces dans la plupart des cas de kératite ou de conjonctivite bactérienne, alors que les antibiotiques particuliers sont plutôt utilisés pour traiter la gonorrhée et la chlamydia. Il existe un traitement contre toutes ces maladies.

La plupart des infections parasitaires et fongiques se traitent également avec différents médicaments. L'histoplasma est l'exception. Ce champignon ne peut être décelé dans la rétine, même si l'on sait qu'il est présent. Le seul traitement actuel est la cautérisation au laser de la région affectée, qui ralentit considérablement la destruction de la macule (le centre de la rétine). Cette opération doit souvent être répétée plusieurs fois. Bien que de nouvelles techniques chirurgicales soient à l'étude, il n'existe encore aucun moyen de réparer les dégâts déjà occasionnés.

L'herpès ne peut être éliminé de l'organisme, mais les rechutes oculaires peuvent être maîtrisées au moyen de traitements antiviraux. Il peut s'agir d'un problème récurrent.

Les maladies graves, telles que la tuberculose, la syphilis et la toxoplasmose, doivent être traitées de façon systémique (dans l'organisme dans son ensemble) avant que les problèmes oculaires ne disparaissent.

Il n'y a pas grand-chose à faire pour éviter une maladie comme l'histoplasmose, à moins d'éviter les régions endémiques (où le champignon est prévalent, comme les vallées de fleuves). Vous pouvez remarquer toutefois que de nombreuses infections oculaires sont des complications d'infections transmissibles sexuellement ou d'autres maladies génitales : syphilis, chlamydia, gonorrhée, morpions, herpès, muguet et hépatite B.

Il est extrêmement important de se laver les mains pour prévenir la propagation des micro-organismes qui causent l'infection. On doit toujours éviter de partager les oreillers, les taies d'oreiller, les débarbouillettes et le maquillage pour empêcher les infections de se propager.

Vous pouvez réduire le risque d'infection oculaire en ayant des pratiques sexuelles protégées. Cela signifie utiliser des condoms et, idéalement de limiter le nombre de ses partenaires sexuels. Il est également important d'aller régulièrement chez le gynécologue pour un dépistage des ITS, car ces infections peuvent passer inaperçues avant que les lésions soient présentes et parce que vous pouvez infecter d'autres personnes. Si vous êtes atteint de l'une de ces maladies, lavez-vous régulièrement les mains et évitez de vous toucher les yeux.

C'est également vrai pour les boutons de fièvre, le zona, la varicelle, la rougeole, les oreillons, la grippe et le rhume. Toutes ces maladies génèrent des boutons, des éruptions cutanées ou du mucus susceptibles de transporter des micro-organismes. Lavez-vous fréquemment les mains et ne vous touchez pas les yeux. Surveillez vos enfants et ne les laissez pas s'essuyer le nez avec un mouvement vers le haut du visage.

Si un membre de votre famille ou vous-même souffrez d'infection oculaire, il est recommandé d'utiliser du linge de maison différent (propre à chacun), ainsi qu'une débarbouillette et une serviette propres à chaque fois que vous vous lavez. Les produits cosmétiques peuvent être à l'origine d'une infection récurrente : évitez-les donc si possible en cas de problèmes oculaires. Assurez-vous de bien nettoyer la région de l'œil, en particulier avant toute application de médicament et en cas d'écoulement de l'œil.

Si vous portez des lentilles de contact, respectez les précautions d'emploi et jetez-les conformément aux instructions du fabricant.

Faites attention aux branches et aux brindilles quand vous vous promenez dans les bois. Se faire égratigner l'œil par une matière organique est une autre façon d'attraper une infection oculaire fongique.

Évitez les bains de soleil prolongés, car ils sont susceptibles de fragiliser la couche protectrice de l'œil.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Infections-oculaires