Description

Le glaucome est un trouble progressif de l'œil dans lequel les cellules du nerf optique sont endommagées par une pression excessive du liquide contenu dans le globe oculaire. Il s'agit de la deuxième cause de cécité en Amérique du Nord, après le diabète.

Le glaucome présente souvent une composante familiale. Il y a plusieurs types de glaucome, qui dépendent chacun de processus pathologiques différents et qui tendent à apparaître dans différents groupes raciaux. Dans l'ensemble, les personnes d'origine africaine sont plus sujettes au glaucome que les personnes de race blanche.

Parmi les autres facteurs de risque pour le glaucome, on retrouve l'avancement en âge (plus de 40 ans), l'élévation de la pression intraoculaire (PIO : pression à l'intérieur de l'œil), la myopie, le diabète, une pression artérielle élevée et des antécédents de blessure à l'œil.

Causes

La partie antérieure de l'œil est une cavité en forme de D dans laquelle le cristallin et l'iris (partie colorée de l'œil) forment la paroi rectiligne, alors que la cornée (surface de l'œil) forme la paroi incurvée. Une glande située derrière la paupière supérieure remplit cette cavité d'un liquide clair (humeur aqueuse), qui approvisionne la partie avant de l'œil en oxygène et en nutriments et la maintient gonflée. Un approvisionnement constant de liquide est produit; celui-ci s'écoule à travers de petites ouvertures situées derrière la paupière inférieure, appelées réseau trabéculaire.

Dans les cas du glaucome, le liquide est produit normalement, mais le réseau trabéculaire ne peut l'éliminer, à cause d'une obstruction ou pour autre raison. La pression du liquide s'accroît dans l'œil, ce qui comprime le nerf optique (le nerf qui relie l'œil au cerveau). L'approvisionnement en sang des cellules nerveuses est alors progressivement réduit, et les cellules finissent par mourir. Les nerfs externes sont atteints en premier et la vision est généralement perdue en commençant par les extrémités, pour ne laisser qu'une « vision en tunnel » et entraîner progressivement la cécité. Souvent, les personnes ne remarquent pas ce phénomène, qui ne s'accompagne généralement pas de douleur, et le glaucome peut donc être assez avancé lorsqu'il est décelé. Selon la Glaucoma Foundation des États-Unis, seulement une personne sur deux qui souffre de cette maladie en est consciente.

Les types de glaucomes sont classés selon l'obstruction qui empêche le drainage du liquide :

Le glaucome primaire à angle ouvert est la forme la plus courante de glaucome en Amérique du Nord et touche environ 1 personne sur 100. Les personnes d'origine africaine y sont plus particulièrement sensibles. La maladie apparaît généralement chez les personnes de plus de 50 ans. Le réseau trabéculaire apparaît normal à l'examen, mais effectue mal le drainage. Certains chercheurs pensent que l'efficacité des cellules est réduite en raison du vieillissement; d'autres croient que le défaut vient d'un trouble situé sous l'œil ou s'explique par une autre cause. De toute façon, la pression s'accumule et le nerf optique commence à présenter une défaillance. Des taches aveugles apparaissent dans la vision périphérique, puis dans la région centrale de la vue. Ces dommages ne peuvent être réparés. Le glaucome primaire à angle ouvert s'aggrave progressivement s'il n'est pas traité.

Le glaucome à angle fermé est plus courant chez les personnes d'origine asiatique ou inuite, chez les femmes et chez les personnes hypermétropes. L'affection peut être chronique ou intermittente. Comme le réseau trabéculaire est situé dans un angle par rapport au D, entre l'iris et la cornée, tout ce qui fait gonfler l'iris ou le repousse vers l'avant peut refermer cet angle, ce qui bloque le réseau. Certaines maladies, comme le diabète ou l'uvéite (une affection inflammatoire de l'œil), peuvent repousser l'iris vers l'avant. Le vieillissement tend également à épaissir le cristallin et l'iris, obstruant l'écoulement du liquide entre la cavité antérieure et la cavité postérieure de l'œil. La pression s'accumule dans la cavité postérieure (partie principale du globe oculaire), ce qui repousse l'iris vers l'avant et referme le réseau trabéculaire.

Dans les cas de glaucome à pression normale, la pression de l'œil est comprise dans les limites normales, mais le nerf optique subit quand même des dommages. Il semble qu'une mauvaise perfusion sanguine du nerf optique le rende plus vulnérable. Une pression légèrement supérieure à la moyenne peut alors l'endommager.

Le glaucome pigmentaire touche principalement les jeunes personnes myopes. L'iris, qui est concave en cas de myopie, frotte contre la couche pigmentaire qui donne à l'œil sa couleur. Des fragments de pigment se détachent et obstruent le réseau trabéculaire, augmentant ainsi la pression. Le syndrome d'exfoliation, qui est plus courant chez les personnes de race blanche après l'âge de 50 ans, est un trouble analogue. Des fragments de matière blanche apparaissent sur le cristallin avant de tomber et obstruer le réseau. Le syndrome d'exfoliation n'entraîne pas nécessairement un glaucome, mais augmente de six fois le risque de développer la maladie.

Le glaucome traumatique est le résultat d'une blessure à l'œil qui apparaît souvent bien des années après l'événement.

Symptômes et Complications

La plus grande difficulté liée au glaucome provient de l'absence de symptômes, car on ne peut pas ressentir la pression de l'œil. Seules quelques personnes éprouvent des maux de tête ou constatent qu'elles ont les yeux rouges ou une vision embrouillée. Si des examens des yeux ne sont pas réalisés régulièrement, le premier symptôme qui peut apparaître est la présence de « trous » permanents dans le champ de vision. Le non-traitement du glaucome mène souvent à la cécité.

Les personnes qui présentent des douleurs oculaires graves, ont les yeux rouges et présentent des troubles de la vue peuvent souffrir d'une crise de glaucome à angle fermé. Il s'agit d'une complication grave au cours de laquelle l'iris se gonfle ou se déplace vers l'avant et obstrue totalement le réseau trabéculaire. Les personnes sujettes au glaucome à angle fermé sont plus susceptibles de subir une attaque aiguë lorsqu'elles sont dans l'obscurité, étant donné que la pupille s'ouvre lorsqu'il y a peu de lumière, ce qui réduit l'angle. Lors d'une attaque légère, des halos peuvent apparaître autour des objets et la vue peut se brouiller légèrement, sans cependant provoquer de douleurs. Des douleurs extrêmes et un gonflement accompagné du rougissement des yeux indiquent une urgence médicale. La cécité peut survenir rapidement si le trouble n'est pas traité.

Diagnostic

La première chose que doit vérifier le médecin est la pression interne de l'œil. Un tonomètre à air pulsé permet de la mesurer sans entrer en contact avec l'œil. Le médecin peut également examiner l'œil à travers la pupille transparente, à l'aide d'un ophtalmoscope. Cet examen est essentiel, étant donné que le glaucome à pression normale ne peut être diagnostiqué en fonction de la pression oculaire.

Les premiers dommages provoqués par le glaucome peuvent être décelés à l'aide d'une évaluation des champs visuels. La personne doit alors indiquer la présence de lumières clignotantes qui sont installées à l'extrémité du champ de vision. Cet examen est souvent réalisé à l'aide d'un ordinateur.

Traitement et Prévention

Divers médicaments permettent de soulager la pression oculaire et de prévenir les lésions. La plupart sont administrés sous forme de gouttes oculaires. Les bêtabloquants (par ex. le bétaxolol *, le lévobunolol, le timolol), les agonistes alpha-2 (par ex. la brimonidine) et les inhibiteurs de l'anhydrase carbonique (par ex. la dorzolamide, la brinzolamide) ralentissent la production du liquide de l'œil (humeur aqueuse) tandis que les analogues de la prostaglandine (par ex. le latanoprost, le travoprost, le bimatoprost) et les myotiques (médicaments qui font se contracter les pupilles) comme la pilocarpine améliorent le drainage. Ces médicaments doivent cependant être pris pendant le reste de la vie, et les patients atteints de glaucome préfèrent souvent une chirurgie ou un traitement au laser.

L'intervention la plus courante est une trabéculoplastie au laser. Cette opération est réalisée en 15 minutes en clinique externe et n'entraîne aucune douleur. La lumière du laser n'entraîne aucun dommage lorsqu'elle traverse la surface de l'œil, son énergie étant concentrée sur le réseau trabéculaire, dont elle réduit le volume et dégage les ouvertures. Après cette opération, le patient peut souvent abandonner sa médication contre le glaucome. Il y a également d'autres interventions chirurgicales possibles, si cette manœuvre échoue.

Si le glaucome est traité de façon précoce, il est possible de minimiser ou de prévenir la perte de la vue. Comme le glaucome est souvent asymptomatique, il importe de passer périodiquement un examen des yeux, plus particulièrement en présence des facteurs de risque suivants : 

  • des antécédents familiaux de glaucome;
  • une origine africaine;
  • une myopie;
  • une blessure antérieure à l'œil;
  • une pression artérielle élevée;
  • un diabète;
  • une exposition prolongée à la prednisone, la cortisone ou à d'autres stéroïdes.

Si vous avez entre 20 et 64 ans, un examen des yeux devrait être réalisé à tous les 1 à 2 ans. Après 65 ans, vos yeux devraient être examinés tous les ans. Cependant si vous présentez un des facteurs de risque vous devriez passer un examen aussi souvent que le recommande un professionnel de la vue.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.