Description

La dysménorrhée signifie littéralement « menstruations difficiles ». Même s'il est normal pour la majorité des femmes de souffrir de crampes abdominales légères pendant un ou deux jours, au début de leurs menstruations, environ 10 % des femmes ressentent des douleurs graves.

Il y a deux types de dysménorrhée :

  • Dysménorrhée primaire : ce trouble entraîne des douleurs menstruelles qui ne constituent pas l'un des symptômes d'un trouble gynécologique sous-jacent, mais représentent le processus normal des menstruations. C'est le type de dysménorrhée le plus fréquent. Elle touche plus de 50 % des femmes et est assez grave dans environ 15 % des cas. La dysménorrhée primaire est plus susceptible d'apparaître au cours de l'adolescence. Heureusement, pour un grand nombre de femmes, ce trouble s'amenuise avec l'âge, plus particulièrement après une grossesse. La dysménorrhée primaire est douloureuse et peut parfois entraîner une invalidité pendant de courtes périodes de temps, mais elle n'est pas dangereuse.
  • Dysménorrhée secondaire : les douleurs menstruelles sont reliées à un trouble gynécologique. La plupart de ces désordres peuvent facilement être traités avec des médicaments ou par certaines interventions chirurgicales. La dysménorrhée secondaire est plus susceptible de toucher les femmes pendant l'âge adulte.

Causes

Il semble que la dysménorrhée soit provoquée par des concentrations excessives de prostaglandines, hormones qui provoquent les contractions de l'utérus pendant les menstruations et l'accouchement. Les douleurs s'expliquent probablement par les contractions de l'utérus qui surviennent lorsque l'irrigation sanguine de la membrane qui tapisse l'utérus (endomètre) est réduite.

D'autres facteurs peuvent aggraver encore plus la douleur associée à la dysménorrhée primaire, entre autres le basculement de l'utérus vers l'arrière (rétroversion de l'utérus) plutôt que vers l'avant, le manque d'exercice, le stress psychologique ou social, le tabagisme, la consommation d'alcool, l'embonpoint et le début des menstruations avant l'âge de 11 ans.

La dysménorrhée secondaire peut découler d'un certain nombre de troubles, notamment les suivants :

  • adénomyose - les tissus qui tapissent l'utérus (appelés endomètre) commencent à se développer à l'intérieur de ses parois musculaires;
  • endométriose - des fragments de la paroi de l'endomètre s'échappent de l'utérus et s'implantent sur d'autres organes du bassin;
  • fibromes - tumeurs bénignes qui apparaissent dans la paroi utérine ou sont fixées sur cette paroi;
  • infection transmissible sexuellement (ITS);
  • l'utilisation d'un dispositif intra-utérin (méthode de contraception);
  • salpingite - infection qui touche principalement les trompes de Fallope mais peut également s'attaquer aux ovaires, à l'utérus et au col de l'utérus;
  • tumeur ou kyste ovarien.

Symptômes et Complications

Le principal symptôme de la dysménorrhée est la présence de douleurs, qui apparaissent dans la partie inférieure de l'abdomen au cours des menstruations et peuvent également être ressenties dans les hanches, la partie inférieure du dos ou les cuisses. D'autres symptômes peuvent apparaître, notamment des nausées, des vomissements, des diarrhées, des vertiges ou un malaise général.

Pour la majorité des femmes, la douleur commence généralement peu de temps avant ou pendant les menstruations, augmente après 24 heures et commence à disparaître après deux jours. Des caillots ou des morceaux de tissu sanglants provenant de la paroi de l'utérus peuvent être expulsés de l'utérus, ce qui provoque des douleurs.

Les douleurs de la dysménorrhée peuvent être spasmodiques (crampes pelviennes prononcées qui surviennent au début des menstruations) ou congestives (douleur sourde et persistante). Les symptômes de la dysménorrhée secondaire apparaissent souvent avant ceux de la dysménorrhée primaire dans le cycle menstruel et ils persistent généralement pendant plus longtemps.

Diagnostic

Les femmes qui éprouvent des douleurs menstruelles devraient en parler à leur médecin afin d'établir s'il y a une cause sous-jacente qui peut provoquer une dysménorrhée secondaire. Le médecin procédera à un examen gynécologique et pourra demander des analyses de sang et d'urine.

Il pourra également recommander une ultrasonographie afin de disposer d'une image des organes internes ou procéder à une laparoscopie afin d'observer directement l'utérus.

Traitement et Prévention

Votre médecin pourra prescrire des médicaments ou d'autres remèdes selon la cause de la dysménorrhée.

La dysménorrhée primaire est généralement traitée à l'aide de médicaments analgésiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l'ibuprofène*, le naproxène et l'AAS procurent un soulagement chez de nombreuses femmes.

Certains médecins pourraient prescrire des suppléments hormonaux. Les contraceptifs oraux peuvent également aider à réduire la gravité des symptômes. Les nausées et les vomissements peuvent être traités à l'aide de médicaments antinauséeux (antiémétiques), mais ces symptômes régressent généralement sans traitement lorsque les crampes ont disparu. Les contraceptifs implantables et le dispositif intra-utérin Mirena, qui libèrent une faible quantité de l'hormone progestérone, se sont également montrés très utiles pour atténuer la douleur.

Les femmes qui ne répondent pas à un anti-inflammatoire non stéroïdien ou à un contraceptif oral au bout de trois mois pourraient souffrir de dysménorrhée secondaire. Le traitement de la dysménorrhée secondaire varie en fonction de la cause sous-jacente. La laparoscopie diagnostique, les autres traitements hormonaux ou l'essai de la neurostimulation électrique transcutanée (« TENS ») pourraient être les étapes suivantes. Une chirurgie peut être pratiquée pour retirer des fibromes ou élargir le canal cervical si ce dernier est trop étroit.

En plus des traitements indiqués ci-dessus, d'autres mesures non médicales peuvent contribuer à soulager les douleurs provoquées par la dysménorrhée :

  • avoir un orgasme;
  • faire des exercices légers, par exemple des étirements, de la marche ou de la bicyclette (l'exercice peut améliorer l'irrigation sanguine et réduire les douleurs pelviennes);
  • le yoga;
  • masser délicatement l'abdomen;
  • placer un coussin chauffant ou une bouillotte sur l'abdomen ou la partie inférieure du dos;
  • prendre beaucoup de repos et éviter les situations stressantes lorsque les menstruations sont proches;
  • prendre un bain chaud;
  • se coucher sur le dos en plaçant un oreiller sous les genoux.

Certains traitements alternatifs, par exemple l'hypnose, les herbes médicinales ou l'acupuncture, peuvent également être utiles. Les herbes médicinales doivent être utilisées avec prudence. Bien qu'elles soient « naturelles », elles ne sont pas nécessairement sans danger et peuvent parfois entraîner des effets secondaires. Elles peuvent également interagir avec d'autres médicaments. Il importe de consulter votre médecin ou pharmacien avant de prendre des herbes médicinales.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.