Description

Nombreux sont ceux qui ont eu une gastro-entérite durant leurs vacances sous les tropiques. Ces personnes ont peut-être eu la dysenterie, une infection intestinale douloureuse généralement provoquée par une bactérie ou un parasite. La dysenterie se caractérise par une diarrhée accompagnée de sang, de pus et du mucus et elle est habituellement accompagnée de douleur.

On distingue deux types principaux de dysenterie. Le premier, la dysenterie amibienne, ou amibiase intestinale est causé par un parasite unicellulaire microscopique qui vit dans le gros intestin. Le second type, la dysenterie bacillaire, est causé par une bactérie envahissante. Les deux types de dysenterie se manifestent surtout dans les pays chauds. Les conditions hygiéniques et sanitaires inadéquates accroissent le risque de dysenterie, car elles permettent la propagation du parasite ou des bactéries responsables par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments contaminés par des matières fécales humaines.

Causes

La dysenterie peut avoir de nombreuses causes. Les infections bactériennes constituent de loin la cause la plus fréquente de dysenterie. Ces bactéries incluent les genres Shigella, Campylobacter, E. coli et Salmonella. La fréquence de chacun de ces pathogènes varie considérablement dans diverses régions du globe. Ainsi, le genre Shigella, responsable de la shigellose, est plus répandu en Amérique du Sud tandis que Campylobacter est la bactérie prédominante en Asie du Sud-Est. La dysenterie est rarement causée par des irritants chimiques ou par des vers intestinaux.

L'amibiase intestinale est causée par un parasite de type protozoaire appelé Entamoeba histolytica. L'amibe peut séjourner longtemps dans le gros intestin (côlon). Dans la grande majorité des cas, l'amibiase ne provoque aucun symptôme; seulement 10 % des personnes infectées en deviennent malades. L'amibe est peu courante, sauf dans les régions tropicales où sa prévalence est très élevée. L'infection est généralement acquise après l'ingestion de matières fécales contenant des parasites excrétés par une autre personne. Le risque d'être contaminé par le parasite en consommant de l'eau et des aliments est élevé lorsque l'eau à usage domestique n'est pas séparée des eaux usées. Les parasites peuvent également entrer par la bouche si la personne se lave les mains avec de l'eau contaminée. En outre, les aliments peuvent être contaminés si la personne a négligé de se laver les mains avant de manipuler la nourriture. Enfin, les fruits et les légumes peuvent être contaminés s'ils sont lavés avec de l'eau polluée ou s'ils ont été cultivés dans un sol fertilisé au moyen d'excréments humains.

Les bactéries Shigella et Campylobacter, qui provoquent la dysenterie bacillaire, se retrouvent partout au monde. Elles pénètrent la muqueuse intestinale, provoquant de l'enflure, des ulcères et une diarrhée grave contenant du sang et du pus. Ces infections se propagent toutes deux par l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par des matières fécales. Les personnes qui habitent ou voyagent dans des régions où la pauvreté et la surpopulation nuisent aux conditions hygiéniques et sanitaires risquent d'être exposées à des bactéries envahissantes. La probabilité de shigellose, de campylobactériose ou de salmonellose est plus élevée chez les jeunes enfants (de 1 à 4 ans) qui vivent en état de pauvreté.

Les rapports sexuels avec contact anal peuvent propager la dysenterie amibienne et bacillaire. Cela est particulièrement vrai si les rapports comprennent un contact direct entre l'anus et la bouche, ou un contact entre la bouche et un objet (par ex. un doigt) qui a touché l'anus d'une personne infectée ou qui y a été introduit.

Symptômes et Complications

Le symptôme principal de la dysenterie est une diarrhée fréquente presque liquide et teintée de sang, de mucus ou de pus. Les autres symptômes incluent :

  • l'apparition soudaine d'une forte fièvre et de frissons;
  • une douleur abdominale;
  • des crampes et un ballonnement dans l'abdomen;
  • de la flatulence (des gaz);
  • un besoin impérieux d'évacuer les selles;
  • une sensation d'évacuation intestinale incomplète;
  • une perte d'appétit;
  • une perte de poids;
  • des maux de tête;
  • de la fatigue;
  • des vomissements;
  • de la déshydratation.

D'autres symptômes peuvent être intermittents et peuvent inclure : une fièvre récidivante peu importante, des crampes abdominales, une intensification des gaz intestinaux et une diarrhée moins importante accompagnée de selles plus fermes. Il peut aussi y avoir une faiblesse ou une anémie, ou encore une perte de poids sur une période prolongée (émaciation). Les cas relativement peu intenses de dysenterie bactérienne peuvent durer de 4 à 8 jours tandis que les cas importants peuvent durer de 3 à 6 semaines. L'amibiase dure habituellement 2 semaines.

Les symptômes de la dysenterie bacillaire commencent de 2 à 10 jours après l'infection. Chez les enfants, la maladie commence par de la fièvre, des nausées, des vomissements, des crampes abdominales et de la diarrhée. Les épisodes de diarrhée peuvent se produire toutes les heures, et les selles de l'enfant peuvent contenir du sang, du mucus et du pus. Les vomissements peuvent mener à une déshydratation rapide et grave qui, en l'absence de traitement, peut provoquer un état de choc, voire la mort. La déshydratation se manifeste par une sécheresse extrême de la bouche, un renfoncement des yeux et une mauvaise turgescence de la peau. Les enfants et les bébés ont soif, et ils sont agités, irritables et peut-être léthargiques. En outre, les enfants peuvent avoir les yeux enfoncés et être incapables de produire des larmes ou de l'urine, ou l'urine peut être très foncée et concentrée.

Les complications de la dysenterie bacillaire comprennent le délire, les convulsions et le coma. Une infection d'une telle gravité peut être fatale en 24 heures. Néanmoins, dans la majorité des cas, l'infection se résout spontanément et disparaît sans traitement.

Les personnes atteintes de dysenterie amibienne peuvent avoir d'autres problèmes liés à l'amibiase. La complication la plus courante se produit lorsque les parasites atteignent le foie et y forment un abcès amibien. La personne présente une forte fièvre, une perte de poids et une douleur à l'épaule droite ou dans la partie supérieure de l'abdomen. Si l'infection intestinale est particulièrement virulente, les ulcères dans les intestins peuvent mener à une perforation intestinale et à la mort. Dans de rares cas, les parasites peuvent se répandre par la circulation sanguine et provoquer une infection des poumons, du cerveau ou d'autres organes.

Diagnostic

Si le médecin soupçonne une dysenterie, une analyse des selles sera généralement exigée. Dans le cas d'une infection bactérienne telle que la shigellose, la coproculture (culture des micro-organismes présents dans les selles) permet d'établir le diagnostic. Malheureusement, cette méthode ne peut être employée dans la majorité des pays en voie de développement; le diagnostic est donc établi en fonction des symptômes cliniques. L'amibiase peut souvent être diagnostiquée par l'identification du parasite au microscope. Une analyse sanguine visant à mesurer les anticorps aide à confirmer le diagnostic de dysenterie amibienne ou d'abcès hépatique.

Il est très important de comprendre que l'amibe E. histolytica a une vraie « sœur jumelle » appelée Entamoeba dispar, une amibe inoffensive qui a une apparence identique sous le microscope. Cependant, E. dispar ne provoque jamais de symptômes et ne nécessite aucun traitement. Dans les pays en voie de développement, on ne fait habituellement pas de distinction entre ces deux bactéries; par conséquent, les personnes dont les selles contiennent une amibe reçoivent un traitement, même s'il n'a pas été établi avec certitude que l'infection est responsable des symptômes. Dans 90 % des cas où les selles contiennent une amibe, il s'agit de l'amibe non envahissante et inoffensive E. dispar.

Traitement et Prévention

Le traitement courant de la dysenterie causée par l'amibiase consiste à administrer des antiparasitaires, tels le métronidazole* et l'iodoquinol. Les antibiotiques tels que la ciprofloxacine, l'ofloxacine, la lévofloxacine ou l'azithromycine sont employés pour éradiquer les organismes responsables de la dysenterie bacillaire. Les personnes chez qui la diarrhée persiste devraient consulter un médecin. Tous les voyageurs devraient avoir avec eux un antibiotique, par exemple de la ciprofloxacine, pour un traitement de un à trois jours, en cas de diarrhée modérée ou grave d'apparition soudaine. Le sous-salicylate de bismuth (Pepto-Bismol®) pourrait aussi être efficace pour certains voyageurs. De plus, ils devraient prendre le médicament antidiarrhéique lopéramide afin de ralentir la fonction intestinale et de prévenir la déshydratation. Consultez votre médecin pour connaître les précautions à prendre pour les enfants de moins de 2 ans.

Il est très important de remplacer le liquide perdu à cause de la diarrhée. Dans les cas bénins, des boissons gazeuses, du jus et de l'eau embouteillée suffisent. La diarrhée plus importante devrait être traitée à l'aide de solutions contenant des électrolytes, tels le potassium et le sel, et du sucre. Pour la diarrhée grave, des solutions commerciales de réhydratation orale sont généralement utilisées. Ces solutions sont offertes en sachets pour en faciliter le transport. La personne doit essayer de boire assez de liquides pour produire une urine incolore ou d'un jaune clair toutes les 3 à 4 heures. Pour la durée de l'épisode de dysenterie, il est préférable de s'en tenir à un régime sans irritants gastriques (manger des bananes, du riz, des biscuits soda) et d'éviter les produits laitiers.

Il est possible de prévenir la dysenterie, jusqu'à un certain point, en ayant une hygiène personnelle stricte.

Les personnes qui voyagent ou qui vivent dans des régions où le taux de dysenterie est élevé devraient suivre les conseils suivants :

  • Toujours mettre un condom pour toute activité sexuelle comprenant un contact anal, et bien se laver avant et après les rapports sexuels.
  • Ne manger aucun aliment cuit dans des conditions non hygiéniques. Ne rien acheter à manger chez les marchands ambulants.
  • Manger seulement des aliments cuits à haute température. Ne pas manger d'aliments cuits ayant refroidi par la suite.
  • Ne pas manger de légumes crus et éviter les fruits sans pelure. Éplucher soi-même les fruits.
  • Boire uniquement de l'eau bouillie ou embouteillée commercialement. Utiliser uniquement de la glace faite à partir d'eau purifiée.
  • Utiliser seulement de l'eau embouteillée ou bouillie pour laver et cuire les aliments, se laver les mains et se brosser les dents.
  • Envisager d'apporter un désinfectant pour les mains à base d'alcool.

*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Dysenterie