Description

Le diabète est une affection caractérisée par une production d'insuline insuffisante pour répondre aux besoins de l'organisme ou par une réponse anormale des cellules aux effets de l'insuline, ou les deux. L'insuline est importante parce qu'elle déplace le glucose, un sucre simple du sang, vers l'intérieur des cellules de l'organisme. L'insuline exerce également un certain nombre d'autres effets sur le métabolisme.

Les aliments ingérés procurent à l'organisme le glucose que les cellules utilisent comme source d'énergie. Si l'insuline n'est pas disponible ou si elle n'agit pas normalement pour permettre au glucose se trouvant dans le sang de passer dans les cellules, le glucose reste dans le sang. Un taux élevé de glucose sanguin est toxique; de plus, les cellules qui n'obtiennent pas de glucose sont privées du carburant dont elles ont besoin.

On distingue 2 principaux types de diabète : le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Plus de 90 % des personnes atteintes de diabète souffrent du diabète de type 2. Un rapport publié en 2015 par l'Association canadienne du diabète a estimé qu'environ 3,4 millions de Canadiens étaient atteints du diabète. On estime que seulement les 2/3 des personnes atteintes de diabète de type 2 le savent et suivent un traitement, car beaucoup de personnes ne remarquent pas les symptômes précoces de ce trouble avant que des examens ne révèlent sa présence.

Le diabète de type 1 survient quand le pancréas ne peut pas fabriquer de l'insuline. Toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent recevoir des injections régulières d'insuline.

Le diabète de type 2 apparaît quand le pancréas ne sécrète pas suffisamment d'insuline, ou quand le corps n'utilise pas l'insuline convenablement. Il se révèle généralement à l'âge adulte bien qu'il puisse parfois toucher les enfants. Les personnes atteintes de diabète de type 2 ont habituellement des antécédents familiaux de ce trouble, et présentent très souvent une surcharge pondérale. Elles pourraient éventuellement avoir besoin d'injections d'insuline. Ce trouble touche plus fréquemment les descendants des Premières nations, les personnes dont les ancêtres sont d'origine hispanique, et les habitants de l'Amérique du Nord de descendance africaine.

Le diabète se manifeste aussi, mais moins fréquemment, sous la forme de diabète gestationnel qui ne dure que le temps d'une grossesse. D'après l'ACD, entre 3 et 20 % des femmes canadiennes auront un diabète de grossesse, selon les facteurs de risque auxquels elles sont exposées. Le problème disparaît habituellement après l'accouchement, mais les femmes qui ont fait un diabète gestationnel courent un plus grand risque de diabète de type 2 à long terme.

Causes

Le diabète de type 1 est une affection auto-immune. On pense que l'association d'une prédisposition génétique et d'autres facteurs (pas encore identifiés) incitent le système immunitaire à attaquer les cellules productrices d'insuline dans le pancréas et à les détruire.

Le diabète de type 2 est causé par la résistance à l'insuline et la production insuffisante de cette hormone. Comme l'organisme ne peut utiliser l'insuline aussi bien qu'il le devrait ou parce que le pancréas n'en produit pas suffisamment, le glucose ne peut être transporté à l'intérieur des cellules à partir du sang. Au fil du temps, l'excès de glucose dans le sang mène à une détérioration graduelle du pancréas dont la production d'insuline diminue et complique encore plus la prise en charge du taux de glucose sanguin.

L'obésité est l'une des principales causes de la résistance à l'insuline; en effet, 80 % des personnes atteintes du diabète de type 2 accusent un surpoids. Certains facteurs génétiques, tout comme des facteurs environnementaux sont probablement en cause dans l'incidence du diabète de type 2. On a constaté que des antécédents familiaux de diabète augmentent le risque de survenue de cette affection.

D'autres facteurs de risque contribuent à l'apparition du diabète de type 2, entre autres :

  • l'acanthosis nigricans (une affection caractérisée par l'apparition de plaques foncées sur la peau);
  • l'âge (dès 40 ans);
  • des antécédents de diabète gestationnel;
  • une apnée obstructive du sommeil;
  • la descendance de familles originaires des Premières nations ou d'origine hispanique, sud-asiatique, asiatique ou africaine;
  • des désordres mentaux (par ex. le trouble bipolaire, la dépression, la schizophrénie);
  • une élévation de la pression artérielle;
  • les femmes qui ont un bébé pesant plus de 4 kg à la naissance;
  • une infection par le VIH;
  • les maladies vasculaires (par ex. les lésions aux vaisseaux sanguins des yeux, des nerfs, des reins, du cœur, du cerveau ou des bras et des jambes);
  • un mode de vie sédentaire;
  • l'obésité (en particulier l'obésité centrale) et les régimes alimentaires de mauvaise qualité;
  • un prédiabète ou une anomalie de la glycémie à jeun;
  • le syndrome des ovaires polykystiques;
  • un taux de cholestérol élevé;
  • l'usage de certains médicaments (par ex. des corticostéroïdes, comme la prednisone, certains médicaments antipsychotiques, certains médicaments antiviraux pour le VIH).

Symptômes et Complications

Les personnes atteintes du diabète de type 1 qui ne reçoivent pas de traitement urinent fréquemment et ressent le besoin de boire constamment. Elles se sentent habituellement très fatiguées et perdent beaucoup de poids, malgré un apport alimentaire normal ou excessif.

Les symptômes du diabète de type 2 apparaissent habituellement de façon progressive. Les personnes atteintes d'un diabète de type 2 et dont la glycémie n'est pas maîtrisée ont souvent une soif légère, mais persistante. Elles urinent fréquemment, ressentent souvent une légère fatigue et se plaignent d'une vision trouble. Beaucoup de femmes atteintes de cette affection ont des infections à levures vaginales répétées. Certaines personnes peuvent ressentir des picotements des mains ou des pieds ou constater que leurs plaies et blessures guérissent lentement.

Le diabète joue un rôle d'une importance majeure dans la survenue d'une maladie cardiaque, la principale cause de décès au Canada. Il constitue aussi la cause la plus importante de cécité et de maladie rénale parmi les adultes. Les aînés atteints de diabète risquent 2 fois plus d'avoir une pression artérielle élevée que ceux qui ne font pas de diabète.

Les personnes atteintes de diabète sont également beaucoup plus susceptibles de subir des amputations du pied ou d'autres parties de la jambe à cause de problèmes circulatoires. Enfin, on estime que 30 % à 50 % des hommes atteints de diabète souffriront d'un dysfonctionnement érectile à un moment donné.

Diagnostic

Le diagnostic de diabète peut être posé à partir d'analyses de sang toutes simples. Le médecin pourrait poser un diagnostic de diabète si votre glycémie après 8 heures de jeûne est de 7,0 mmol/L (126 mg/dL) ou plus. Si votre taux de glucose sanguin à jeun se situe entre 6,1 mmol/L et 6,9 mmol/L, cela pourrait signaler la présence d'une affection appelée anomalie de la glycémie à jeun, ou prédiabète, qui pourrait se transformer en diabète un jour.

Votre médecin peut également diagnostiquer le diabète en utilisant une analyse sanguine appelée hémoglobine glyquée (fraction A1c) qui reflète vos taux moyens de glucose sanguin au cours des 2 ou 3 derniers mois. Votre médecin pourra diagnostiquer le diabète si votre taux d'hémoglobine glyquée est de 6,5 % ou plus. Si ce taux est compris entre 6,0 % et 6,4 %, vous êtes possiblement atteint de prédiabète. L'hémoglobine glyquée ne sert pas à diagnostiquer le diabète chez les enfants, les adolescents, les femmes enceintes ni chez les personnes pour qui on soupçonne un diabète de type 1.

Votre médecin peut également diagnostiquer le diabète au moyen d'une glycémie prélevée au hasard. Il s'agit d'une mesure du taux de glucose sanguin faite à n'importe quel moment de la journée, sans tenir compte des repas. Si ce taux est égal ou supérieur à 11,1 mmol/L, votre médecin peut diagnostiquer le diabète.

Les médecins peuvent aussi poser le diagnostic de diabète en se basant sur les résultats d'une méthode appelée épreuve d'hyperglycémie provoquée par voie orale (HPO). Cet examen consiste à ingérer 75 g de glucose à la suite d'une période de jeûne. Le sucre sanguin est mesuré durant le jeûne puis toutes les 2 heures après l'ingestion. Votre médecin peut diagnostiquer le diabète si votre taux de sucre sanguin est supérieur à 11,1 mmol/L après 2 heures. Si le taux de sucre sanguin se trouve entre 7,8 mmol/L et 11,0 mmol/L, vous pourriez avoir une intolérance au glucose ou un prédiabète.

Il est important de préciser qu'une seule mesure élevée du taux de sucre ne signifie pas qu'une personne fait du diabète. À moins que vous ne présentiez des symptômes du diabète, votre médecin a besoin d'au moins 2 mesures élevées de glucose sanguin ou d'hémoglobine glyquée pour établir un diagnostic.

Traitement et Prévention

À l'heure actuelle, il n'est pas possible de prévenir le diabète de type 1. Toutefois, des études ont montré qu'il est possible de prévenir le diabète de type 2 en apportant des modifications au mode de vie et d'y intégrer une alimentation saine et de l'exercice physique.

En outre, des études ont montré que certains médicaments antidiabétiques pris par la bouche pourraient jouer un rôle dans la prévention du diabète de type 2 parmi les personnes présentant un haut risque de cette affection. Les changements apportés au mode de vie et les médicaments peuvent prévenir approximativement 30 % à 60 % des cas de diabète de type 2.

Le diabète est une affection chronique qui peut durer toute la vie. L'objectif du traitement du diabète est de conserver les taux de glucose sanguins aussi près des valeurs normales que possible. Cela permet de prévenir les symptômes du diabète et les complications à long terme de cette affection. Si le diagnostic de diabète vous a été annoncé, votre médecin – de concert avec les autres professionnels de la santé de l'équipe de soins du diabète – vous aidera à trouver les valeurs cibles pour votre sucre sanguin.

Le traitement du diabète, plus que celui de la plupart des autres affections, demande des efforts considérables de la part de la personne qui doit le suivre. Faire face au diabète est un défi de toute une vie; donc, les personnes qui en sont atteintes ne devraient pas hésiter à en parler à leur médecin ni à leur pharmacien si elles se sentent dépassées par la situation.

Le plan de traitement consiste, en partie, à apprendre ce qu'est le diabète, comment le prendre en charge et comment en prévenir les complications. Votre médecin, votre éducateur spécialisé en diabète, ou un autre professionnel de la santé vous aideront à apprendre ce que vous devez savoir pour prendre en charge votre diabète aussi efficacement que possible. Notez bien qu'il vous faudra du temps pour acquérir des connaissances sur le diabète et son traitement. La participation des membres de votre famille ou d'autres personnes qui occupent une place importante dans votre vie peut aussi vous aider à prendre en charge votre diabète.

Bien que jusqu'à 30 % des personnes atteintes de diabète utilisent des produits à base d'herbes médicinales pour les aider à équilibrer leur taux de sucre sanguin, le nombre d'études fiables montrant que ces traitements sont sûrs et efficaces est insuffisant.

Les personnes atteintes du diabète de type 1 ont besoin d'insuline* tous les jours pour survivre.

Il existe 3 principales mesures à prendre pour traiter le diabète de type 2 :

  • des changements apportés au mode de vie qui visent le régime alimentaire et une activité physique accrue;
  • l'emploi de médicaments;
  • la surveillance du taux de glucose sanguin.

Comme pour de nombreuses affections, le traitement du diabète de type 2 commence par une modification du mode de vie, plus précisément à l'égard de l'alimentation et de l'activité physique. En cas de diabète de type 2, discutez avec votre médecin et votre éducateur spécialisé en diabète d'un régime alimentaire approprié. Ils pourraient même vous orienter vers une diététiste. De plus, avant d'entreprendre un programme d'exercices, il est important d'en parler avec votre médecin afin d'établir les types d'exercices et le niveau d'effort appropriés.

Si les changements apportés au mode de vie n'aident pas à abaisser le taux de sucre sanguin jusqu'aux valeurs souhaitées, l'amorce d'un traitement médicamenteux peut s'avérer nécessaire. Les médicaments employés contre le diabète de type 2 incluent : les comprimés hypoglycémiants, les injections d'insuline ou l'association des 2 méthodes de traitement.

Les médicaments sont très efficaces pour traiter le diabète et réduire ses symptômes et ses conséquences à long terme. Cependant, la prise de certains médicaments contre le diabète entraîne parfois une hypoglycémie (un taux de sucre sanguin trop bas).

Parmi les symptômes de l'hypoglycémie, on retrouve :

  • de l'anxiété;
  • de la confusion;
  • des problèmes de concentration;
  • des étourdissements;
  • de la somnolence;
  • de la fatigue;
  • des maux de tête;
  • le besoin de manger;
  • une irritabilité;
  • la pâleur de la peau;
  • de la sudation;
  • des tremblements ou des tremblements accusés;
  • des anomalies du champ visuel.

Un taux de sucre sanguin extrêmement bas peut provoquer des convulsions ou une perte de conscience. Un professionnel de la santé peut vous enseigner à reconnaître les signes d'alarme de l'hypoglycémie. Les personnes atteintes de diabète devraient toujours avoir sur elles des bonbons, du sucre ou des comprimés de glucose afin de traiter une hypoglycémie éventuelle.

L'hypoglycémie est un effet secondaire de nombreux médicaments contre le diabète des types 1 et 2, mais ce n'est jamais une raison d'éviter de suivre un traitement. La meilleure façon de prévenir l'hypoglycémie, c'est de surveiller votre taux de sucre sanguin.

Une mesure fréquente du taux de sucre sanguin constitue le meilleur moyen de savoir si ce taux se situe dans la plage des valeurs souhaitées. Ce contrôle est facilement réalisable à domicile au moyen d'un lecteur de glycémie (appelé aussi glucomètre).

Dans ses recommandations récentes, l'Association canadienne du diabète précise qu'il est essentiel pour toutes les personnes atteintes de diabète de mesurer elles-mêmes leur taux de sucre sanguin. Le nombre de vérifications du taux de sucre sanguin dépend de votre type de diabète et du traitement antidiabétique.

Il est important de tenir un registre des résultats obtenus à des heures différentes de la journée, tant à jeun que 2 heures après le repas. Cela permet au médecin d'avoir un aperçu de la fluctuation du taux de sucre sanguin au cours de la journée et de recommander un traitement en conséquence. La plupart des lecteurs de glycémie sont munis d'une « mémoire » qui enregistre les résultats de plusieurs lectures de la glycémie ainsi que l'heure et la date auxquelles elles ont été faites. Certains appareils permettent même de créer des graphiques et des tableaux des résultats obtenus lorsque l'appareil est branché à un ordinateur.

Votre médecin peut également suivre vos résultats d'hémoglobine glyquée pour déterminer la qualité de l'ensemble du contrôle de la glycémie. Cela lui permet de traiter votre diabète plus efficacement. On mesure habituellement l'hémoglobine glyquée tous les 3 à 6 mois.


*Tous les médicaments ont à la fois une dénomination commune (un nom générique) et un nom de marque ou marque. La marque est l'appellation qu'un fabricant choisit pour son produit (par ex. Tylenol®). Le nom générique est le nom du médicament en médecine (par ex. l'acétaminophène). Un médicament peut porter plusieurs noms de marque, mais il ne possède qu'un seul nom générique. Cet article répertorie les médicaments par leur nom générique. Pour obtenir des renseignements sur un médicament donné, consultez notre base de données sur les médicaments. Pour de plus amples renseignements sur les noms de marque, consultez votre médecin ou un pharmacien.