Description

Donner naissance à un enfant est l'une des expériences les plus merveilleuses de la vie. C'est un événement heureux et stimulant, mais il peut aussi être épuisant et effrayant. Après l'accouchement, la nouvelle maman peut éprouver des sentiments confus et se sentir débordée par les émotions. Elle peut, par exemple, craindre de ne pas pouvoir assumer la responsabilité d'être mère à plein temps.

Après l'accouchement, de nombreuses femmes présentent des symptômes de dépression, qui peuvent se manifester par une brève crise de tristesse (le « baby blues » jusqu'à une dépression clinique majeure appelée dépression postpartum. Une majorité de nouvelles mamans, environ 80 %, subiront une forme bénigne de dépression, survenant quelques jours après leur accouchement. Ces sentiments disparaissent en général sans traitement, après 7 à 10 jours.

La dépression postpartum touche environ 10 % à 20 % des nouvelles mamans. Cette forme de dépression peut survenir chez des femmes qui n'ont jamais été déprimées auparavant. Environ 50 % des femmes qui étaient déprimées pendant ou après leur grossesse souffriront d'une dépression du postpartum au cours de leurs grossesses suivantes. La dépression postpartum peut survenir à tout moment dans les 6 premiers mois après l'accouchement.

La psychose postpartum est la forme la plus grave de la dépression postpartum. Elle est relativement rare et exige une consultation immédiate avec un professionnel de la santé compétent pour obtenir un traitement.

Causes

Les chercheurs n'ont pas identifié de cause unique à la dépression postpartum. En fait, plusieurs facteurs y contribuent, notamment :

  • des modifications hormonales;
  • la déception reliée à l'expérience de l'accouchement;
  • le sentiment de perte relié à la fin de la grossesse;
  • le degré de satisfaction conjugale;
  • le soin d'un nouveau-né très exigeant;
  • le manque de soutien familial et social;
  • l'épuisement;
  • des antécédents familiaux de dépression postpartum;
  • des antécédents de dépression.

Symptômes et Complications

Après un accouchement, beaucoup de femmes éprouvent des sentiments de tristesse, de colère, d'irritabilité et d'insécurité. Le manque d'assurance dans ce nouveau rôle de mère peut contribuer à ces sentiments. La nouvelle maman éclate souvent en pleurs sans raison.

Elle peut avoir des pensées négatives au sujet de son bébé. Même si ces sentiments sont bouleversants et perturbent la maman, ils sont en fait absolument normaux, et les femmes ne doivent pas se sentir coupables d'éprouver de tels sentiments.

Par contre, la dépression postpartum est plus grave et dure plus longtemps que le « baby blues ». En plus des symptômes déjà décrits, les femmes peuvent également ressentir :

  • une fatigue constante;
  • une absence de joie dans leur vie;
  • une impression d'engourdissement;
  • une mise en retrait social (refus de voir parents et amis);
  • un manque d'intérêt pour elle-même ou envers le nouveau-né;
  • des insomnies graves;
  • une préoccupation excessive au sujet du nouveau-né;
  • une perte d'intérêt pour les relations sexuelles;
  • un fort sentiment d'échec et d'inaptitude;
  • des sautes d'humeur graves;
  • des fluctuations de l'appétit;
  • des pensées suicidaires.

En fait, la dépression postpartum ressemble à beaucoup d'autres formes de dépression, à cela près que certains des symptômes sont associés à des pensées au sujet du bébé. Par exemple, la femme peut être soit trop préoccupée par le bébé ou au contraire pas suffisamment; ou elle peut avoir des idées ou des craintes de lui faire du mal.

La psychose postpartum est une affection très sérieuse, qui commence en général quelques jours ou quelques semaines après l'accouchement. Elle est caractérisée par une anxiété aiguë, de l'agitation, des hallucinations, de la paranoïa, de l'hystérie et des idées suicidaires ou meurtrières au sujet du nouveau-né.

Diagnostic

La dépression postpartum passe assez souvent inaperçue parce que la plupart des nouvelles mamans sont souvent seules avec leur nouveau-né, et il faut parfois un certain temps avant que quelqu'un d'autre se rende compte qu'elle est déprimée et qu'elle a besoin d'une aide professionnelle. Parce qu'elles manquent de sommeil, la plupart des nouvelles mamans sont de toute façon épuisées, et les proches et les amis peuvent attribuer des comportements bizarres ou différents à la fatigue et au fait de devoir prendre soin d'un nouveau-né.

Si vous êtes une nouvelle maman et que vous ressentez l'un des symptômes décrits ci-dessus, consultez votre médecin le plus vite possible. Il voudra sans doute déterminer s'il s'agit d'une dépression postpartum. Le médecin discutera des symptômes avec vous et, si nécessaire, il vous adressera à un conseiller ou vous orientera vers des services de soutien psychologique.

Traitement et Prévention

Si vous souffrez d'une dépression postpartum ou du « baby blues », vous devez prendre soin de vous-même : reposez-vous suffisamment, mangez sainement, faites de l'exercice avec modération et restez en contact avec votre réseau social. Écoutez votre corps et réagissez de façon appropriée lorsqu'il vous réclame du repos. Si possible, essayez de vous reposer un peu dans la journée pendant que votre bébé dort. Vous devrez peut-être demander à vos amis ou aux membres de votre famille de vous aider à prendre soin de votre bébé pour vous permettre de vous reposer. Vous pourriez peut-être aussi engager une gardienne pour vous assister.

Si vous êtes atteinte d'une forme plus sévère de dépression postpartum, vous devriez également consulter rapidement un médecin pour obtenir un traitement et accélérer votre rétablissement. Les modalités de traitement sont diverses : aide professionnelle, antidépresseurs, médicaments contre l'anxiété, hormonothérapie. Les groupes d'entraide peuvent aussi être très utiles. Les membres de l'entourage devraient toujours discuter de ces symptômes avec le médecin de famille si la nouvelle maman ne veut pas le faire elle-même.

Dans certains cas, il est nécessaire d'hospitaliser la maman. Le nouveau-né est en général hospitalisé avec la mère, ou emmené lors des visites à l'hôpital. Le but du traitement de la psychose postpartum est d'assurer la sécurité de la maman et de l'enfant, tout en préservant le sentiment de compétence parentale pendant la convalescence.

Certains antidépresseurs passent dans le lait maternel et peuvent nuire à la santé de l'enfant. Toutefois, il n'en est pas ainsi pour tous les antidépresseurs. Si vous désirez continuer à allaiter votre nourrisson, demandez à votre médecin ou à un pharmacien quel médicament pourrait être pris sans danger pendant la période d'allaitement.

Il est encourageant de constater que le taux de guérison de la dépression postpartum est très élevé. Bien que la dépression puisse parfois se prolonger chez quelques femmes, la plupart d'entre elles constatent une amélioration en quelques mois à l'aide d'un traitement approprié.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Depression-du-postpartum