Description

Une commotion cérébrale est un traumatisme cérébral si grave que la fonction cérébrale se trouve modifiée pour un bref moment. Lorsqu'ils sont heurtés ou secoués, les tissus mous du cerveau peuvent se déplacer à l'intérieur du crâne et se cogner contre les os durs. Il peut s'ensuivre des ecchymoses, de même que la rupture de vaisseaux sanguins et certaines lésions aux cellules nerveuses.

Causes

Une commotion cérébrale résulte souvent d'un coup à la tête, au visage ou au cou. Elle peut également être provoquée par un secouement vigoureux. Une personne peut subir une commotion cérébrale à la suite d'une chute, de certaines blessures causées par un accident automobile ou par différents types de blessures secondaires à un impact comme un solide plaqué au football ou un coup porté à la tête ou une mise en échec au hockey.

Symptômes et Complications

Les symptômes d'une commotion cérébrale varient de la perte de conscience à l'absence totale de symptômes perceptibles. Parmi les symptômes immédiats les plus fréquents, on retrouve la confusion, les étourdissements, l'amnésie, les bourdonnements d'oreilles et les maux de tête. La personne atteinte peut ne pas être en mesure de vous donner l'heure ni de nommer l'endroit où elle se trouve. Il est fort probable qu'elle n'arrivera pas tout d'abord à se souvenir des événements qui ont immédiatement précédé l'accident. Cette personne peut éprouver un trouble de l'élocution et vomir ou se sentir nauséeuse ou fatiguée. Au cours des heures ou des jours suivants, d'autres symptômes peuvent apparaître : des problèmes de mémoire ou de concentration, des troubles du sommeil, des changements de l'humeur et de l'hypersensibilité à la lumière et au bruit. Dans de nombreux cas, les symptômes associés à la commotion cérébrale disparaissent avec un traitement et du repos.

Les symptômes d'une commotion cérébrale durent moins de 24 heures et souvent moins de 6 heures. S'ils persistent, la gravité de la lésion cérébrale est plus importante.

Un très jeune enfant peut ne pas pouvoir expliquer ses symptômes ; il faut donc que les adultes soient attentifs à l'apparition de signes comme un état de torpeur, un manque de stabilité ou des changements de l'humeur (par ex. une irritabilité accrue) ou des habitudes alimentaires ou de sommeil. Après une commotion cérébrale, un enfant doit faire l'objet d'une surveillance étroite au cours des heures et des jours qui suivent. Demandez à un professionnel de la santé de vous renseigner davantage sur les signes à repérer et sur les directives que vous devrez tout spécialement suivre pour protéger votre enfant pendant son rétablissement.

Diagnostic

Un médecin examinera le patient pour évaluer ses symptômes, vérifier le diamètre de ses pupilles et lui poser les questions qui lui permettront d'établir l'étendue de la confusion et de la perte de mémoire. Il se peut qu'il demande des examens complémentaires comme une tomodensitométrie, une électroencéphalographie (EEG) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Traitement et Prévention

Les commotions cérébrales résultent le plus souvent d'accidents dont on ne peut prévenir toutes les causes. Pour réduire votre risque, et ceux de votre famille, protégez-vous contre les dangers les plus communs. Portez toujours une ceinture de sécurité lorsque vous circulez en automobile. Utilisez des sièges d'enfants pour l'automobile ; ils doivent convenir à l'âge et la taille de l'enfant. Portez toujours une tenue de protection lorsque vous participez à des sports ou à d'autres activités susceptibles de causer un préjudice corporel (par ex. le patinage, le cyclisme ou l'équitation). Portez des chaussures à talons bas munies de bonnes semelles pour prévenir les glissades et les chutes.

Selon la gravité de la commotion cérébrale, le repos pourrait être prescrit (pas d'exercices, pas de jeu (sur ordinateur ou autres). Il est possible que certains médicaments soient recommandés contre des symptômes comme des maux de tête, une douleur ou de la nausée. On ne doit pas laisser les enfants seuls, mais plutôt les emmener chez un médecin immédiatement.

Les symptômes attribuables à une commotion cérébrale peuvent persister pendant des mois après la guérison des blessures. À la suite de l'accident, un syndrome postcommotionnel peut s'installer, et la personne touchée observera des maux de tête, des étourdissements, de la fatigue, des changements de l'humeur, des troubles du sommeil et de la mémoire. Comme ces symptômes se manifestent couramment dans la vie courante, il peut être difficile de savoir s'ils sont provoqués par la commotion cérébrale. Les commotions cérébrales répétées peuvent mener à des lésions neurologiques permanentes.