Page d'accueil
Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Infections et virus

Herpès : les symptômes

—Stephen L. Sacks, MD, FRCPC, en collaboration avec Medbroadcast

Comment reconnaître une infection herpétique ?

Il n'est pas simple de décrire les symptômes de l'herpès. Ceux-ci varient non seulement selon la gravité de l'infection mais aussi selon le site touché. Dans la plupart des cas, l'herpès simplex s'attaque de préférence à la membrane muqueuse, où la peau est mince. Les parties touchées comprennent les lèvres du vagin et les lèvres de la bouche. Toutefois, n'importe quelle partie du corps peut devenir le site d'une infection herpétique.

Lors d'une poussée d'herpès génital, les vésicules apparaissent souvent là où le virus s'est implanté, soit sur les organes génitaux externes. Les lésions ont l'apparence d'un bouquet de petites vésicules remplies d'un liquide clair et blanchâtre siégeant sur un fond cutané rouge et enflammé (voir figure 1).

une lésion herpétique

Figure 1

Exemple d'une lésion herpétique : vésicules groupés sur la peau rouge et enflée d'une cuisse.

Dans beaucoup de cas, on ne voit pas les boutons et les premiers signes de l'infection sont de petites érosions de la peau appelées ulcères. Ceux-ci ont également tendance à apparaître en groupes ou en bouquets, et peuvent s'accompagner d'une sensation d'écorchures ou d'irritations. L'herpès génital peut ne provoquer qu'une petite lésion sur les lèvres du vagin ou le prépuce, autour de l'anus ou sur la cuisse. La lésion peut être aussi grande qu'une gomme à effacer ou aussi petite que le bout d'un crayon. Il se peut que la lésion ou l'ulcère n'entraîne aucune douleur ou de démangeaison.

Chez les femmes, les lésions herpétiques apparaissent habituellement sur les parties génitales externes, le plus souvent sur les lèvres du vagin. Un autre site fréquent est la région couverte par les poils pubiens. Chez les hommes, les lésions se trouvent souvent sur le prépuce ou le corps du pénis, ou encore dans la région pubienne, bien que le glans (le bout) du pénis soit aussi un territoire possible. Lors de la primo-infection, plusieurs de ces régions peuvent être touchées. Les lésions sont de taille variable, allant de très petite (un à deux millimètres) à très grande (un à deux centimètres). Des lésions peuvent aussi s'installer dans d'autres parties du corps, comme la bouche. Le contact de la bouche avec les lésions présentes sur vos organes génitaux pourrait donner lieu à une infection buccale. Les doigts, les seins et les yeux figurent parmi les sites d'infection rares.

Si vous pensez être atteint(e) d'herpès, consultez un médecin ou rendez-vous à la clinique aussitôt que possible pour qu'un professionnel puisse diagnostiquer l'affection et confirmer la présence du virus de l'herpès. Un test permettra d'identifier le virus prélevé à même les lésions. La méthode préférée est la mise en culture avec typage, mais le dépistage direct de l'antigène ou l'examen au microscope électronique sont aussi acceptables (voir figure 2). Grâce au diagnostic et au traitement précoces, vous vous sentirez beaucoup mieux, plus rapidement.

Mise en culture

Figure 2

Mise en culture.

Les primo-infections par le virus de l'herpès peuvent ne provoquer aucun symptôme ou s'accompagner de lésions douloureuses, maux de gorge, maux de tête et douleurs musculaires. Cette infection peut être beaucoup plus grave que les récurrences, car le corps n'a pas encore développé une immunité spécifique à l'herpès. Les lésions sont souvent plus nombreuses, en particulier chez les femmes. La personne peut se sentir atteinte dans son état général, ses symptômes étant semblables à ceux de la grippe, à savoir courbatures et douleurs musculaires accompagnées peut-être de fièvre et de maux de tête. N'importe quelle infection virale pourrait se manifester ainsi. Souvent, les ganglions lymphatiques sont enflés dans la région de l'aine.

Chez d'autres personnes, cependant, la primo-infection passe entièrement inaperçue ou provoque seulement des signes ou des symptômes atypiques, qui peuvent être trompeurs du point de vue diagnostique. Par exemple, une primo-infection atypique pourrait ne provoquer qu'une petite quantité de sécrétions vaginales, de la difficulté au début de la miction, des douleurs dans les jambes, des maux de tête ou une vaginite de cause inconnue. Il est possible qu'une primo-infection soit découverte fortuitement, lorsqu'un test Pap périodique révèle une infection herpétique active dans le col de l'utérus.

Les symptômes se résorbent habituellement en deux à trois semaines. Une croûte se forme sur les lésions ulcéreuses, durcit puis finit par tomber, marquant la fin de la primo-infection.

Les symptômes réapparaîtront-ils ?

Durant la primo-infection, il semble que le virus de l'herpès migre le long de la fibre nerveuse jusqu'au corps de la cellule nerveuse. Là, il demeure inactif, en latence, pour réapparaître plus tard à la surface de la peau, sous forme d'une poussée d'herpès. L'infection latente dans le corps (ganglion) des nerfs est indolore et, à l'heure actuelle, aucun médicament ne permet de la maîtriser ni de la guérir.

Rien ne permet de prédire qui aura une récurrence - une autre poussée herpétique - et qui ne l'aura pas. La plupart des personnes infectées auront au moins quelques poussées. Chez certaines personnes, les récurrences deviennent de moins en moins graves et s'espacent avec le temps. Ces récurrences provoquent peu de malaises physiques, qui sont habituellement mineurs. Les lésions sont moins nombreuses et moins douloureuses. À la différence de la primo-infection, les récurrences d'herpès ne durent que quelques jours - en moyenne six jours chez les hommes, et cinq jours chez les femmes - et évoluent selon un cycle prévisible.

Rappelon la gravité variable de l'infection

Faute d'une autre cause connue, supposez que n'importe quelle écorchure dans une région déjà atteinte ou une région connexe est une manifestation d'herpès. Prenez un miroir et passez un doigt mouillé sur les régions touchées pour rechercher des points rouges, sensibles ou enflés qui pourraient révéler l'herpès actif. Apprenez à reconnaître les manifestations de l'herpès et tout signe inhabituel sur vos organes génitaux. Lorsque vous envisagez des relations sexuelles, vous devez savoir si vous avez une poussée d'herpès.

Si vous n'avez que des éruptions cutanées mineures qui deviennent rarement des lésions herpétiques classiques, alors d'autres causes peuvent être à l'origine de vos irritations ou vos écorchures. Il se peut, par exemple, que vous ayez une infection vaginale d'origine bactérienne ou fongique, ou de la difficulté à distinguer une lésion d'un autre problème cutané. À l'opposé, ne traitez pas les malaises génitaux de façon désinvolte.

Les gens confondent souvent l'herpès et les autres problèmes cutanés, surtout par manque d'information. L'herpès est souvent pris pour une morsure d'araignée, surtout lorsque la rougeur apparaît sur une jambe ou une fesse ou une région loin des parties génitales, une infection fongique, un hémorroïde, des boutons (sur les fesses, les lèvres, etc.), le zona, des cloques, ou encore des coupures, des déchirures, des irritations ou un endolorissement des lèvres du vagin causés par la friction vigoureuse.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf