Page d'accueil
Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Santé féminine

Compressions au Fonds de recherche du Québec

Agence QMI
Emmanuel Delacour
1 février 2013

Sur la photo, Dr. Jacques Turgeon, directeur du Centre de recherche du CHUM, Michèle St-Pierre, une patiente atteinte du cancer de l'ovaire, Laïla-Aïcha Hanafi, étudiante au Doctorat en oncologie et Stéphane Potvin, PhD. Toxicologie et maladies mentales.
Photo Emmanuel Delacour / Agence QMI



Les directeurs de recherche de la province ont interpellé le gouvernement péquiste, mercredi, dans le but de faire annuler des compressions budgétaires de 10 millions $ au Fonds de recherche du Québec-Santé (FRQS).

«Ces coupes inattendues viendront amputer de manière radicale et définitive la recherche en santé au Québec, en plus de fragiliser l'espoir de milliers de patients qui bénéficient, en ce moment, de soins de pointe et de traitements expérimentaux», a souligné le docteur Jacques Turgeon, directeur du Centre de recherche du CHUM.

Pub
Il existe 17 centres similaires au Québec dans lesquels des techniques d'intervention et des traitements sont développés pour améliorer la qualité de vie et diminuer les durées de convalescence des Québécois.

Garder l'espoir

Michèle St-Pierre est une femme victime d'un cancer de l'ovaire, qui en est à son troisième essai de chimiothérapie. «Ça fait des années que je subis des traitements qui bombardent mon corps de radiation. Les docteurs m'ont dit que j'avais 20 % de chances de survivre, si ce n'est pas la chimio qui me tue en premier», a insisté Mme St-Pierre. Pourtant celle-ci se présente avec un air paisible et souriant. Ce qui lui donne espoir, c'est le traitement expérimental qui lui permet de moins souffrir de la chimiothérapie.

Des étudiants en quête de fonds

Tous deux chercheurs, Stéphane Potvin et Laïla-Aïcha Hanafi ont exprimé le désarroi que leurs collègues et eux vivent au quotidien. «Il est extrêmement difficile d'obtenir des bourses au Québec.

Pourtant c'est essentiel d'en avoir une pour un doctorat, un postdoctorat et un poste de chercheur, a insisté M. Potvin, chercheur en toxicologie et maladies mentales. Il faut aussi des subventions pour faire vivre la recherche, mais vous avez seulement de 10 à 20 % de chance d'obtenir des fonds au Québec».

Mme Hanafi a rappelé qu'à peine 40 personnes qui souhaitent évoluer dans le milieu de la recherche auront accès cette année à une bourse en raison des compressions.

Autres actualités




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens