Page d'accueil
Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Santé des aînés

Cancer colorectal : couper les risques

Poser le diagnostic du cancer colorectal

Poser le diagnostic du cancer colorectal

Savez-vous quels sont les facteurs de risque et les signes d'alarme du cancer colorectal (cancer de l'intestin inférieur) ? Voici des renseignements importants sur les facteurs de risque - et sur des examens pouvant aider à dépister le cancer colorectal.

Les facteurs de risque :

  • L'âge : Vous êtes plus susceptible au cancer colorectal avec l'âge. En fait, plus de 90 % des personnes atteintes de cette affection ont plus de 50 ans, et le plus grande nombre d'entre elles ont 70 ans ou plus. C'est ainsi en partie parce que le cancer colorectal évolue au cours d'une période d'au moins 10 ans.
  • Le régime alimentaire et le mode de vie : Selon de nombreuses études, il y aurait un lien entre votre alimentation, votre niveau d'activité et la probabilité de contracter un cancer colorectal. Par exemple, les régimes alimentaires faibles en gras et riches en fibres présenteraient moins de risque. Inversement, les régimes alimentaires à forte teneur en gras, en calories, en alcool, en protéines et faibles en calcium, pourraient hausser le risque. Le tabagisme peut aussi accroître votre susceptibilité au cancer colorectal.
  • Les antécédents familiaux : Comme avec plusieurs autres formes de cancers, la probabilité de cancer colorectal est plus élevée si de proches parents (votre père, votre mère ou l'un de vos frères et sœurs) en ont été atteints. Des facteurs génétiques seraient en partie responsables de cela, mais il se peut aussi que le fait de vivre dans le même milieu ou d'avoir adopté un mode de vie semblable  joue un rôle. Les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein, de l'utérus ou de l'ovaire d'origine héréditaire courent aussi un plus grand risque de cancer colorectal.
  • Les polypes : Les polypes sont des excroissances des tissus du côlon. Ce sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) mais susceptibles de devenir cancéreuses. On a observé que l'élimination des polypes décelés à l'occasion d'examens rectaux, et par coloscopie, pouvait réduire les possibilités de contracter un cancer colorectal.
  • Une maladie inflammatoire de l'intestin : La colite ulcéreuse et la maladie de Crohn ont été associées à un risque accru de cancer colorectal.

Les examens
Quand le diagnostic de cancer colorectal est porté, cela signifie généralement que des cellules malignes (cancéreuses) prolifèrent sur les tissus du côlon ou du rectum. Les médecins peuvent poser un tel diagnostic en prescrivant des analyses de sang et divers examens permettant d'explorer le rectum et les tissus rectaux. Le dépistage d'un cancer colorectal à ses débuts peut augmenter considérablement vos chances de survie. Voici quelques descriptions plus détaillées des examens les plus courants.

  • La recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) : Après avoir placé un échantillon des selles sur une carte, on l'examine au microscope pour détecter la présence de sang, un signe de cancer colorectal. Le dépistage régulier par RSOS est recommandé chez les personnes de 50 à 74 ans car la détection précoce peut améliorer le traitement et la survie. Plusieurs facteurs peuvent influer sur une RSOS et donner un résultat positif ; par conséquent, un résultat positif sera généralement suivi d'une coloscopie de contrôle.
  • Examen par toucher rectal : Un médecin ou une infirmière examine le rectum au moyen d'un doigt ganté et lubrifié à la recherche de toute anomalie notamment la présence de polypes.
  • Coloscopie : Un coloscope (un tube mince et muni d'une lumière) est inséré dans le rectum ; il permet aux médecins d'observer en détail l'ensemble du côlon et le rectum. Les médecins peuvent aussi prélever des tissus ou extraire des polypes (des excroissances de tissus) et les analyser afin d'appuyer le diagnostic initial.
  • Biopsie : Des cellules ou des tissus sont prélevés en vue d' un examen plus approfondi au microscope.
  • Coloscopie virtuelle : Une technique d'imagerie appelée tomodensitométrie avec ordinateur produit une série de radiographies qui permettent de visualiser l'ensemble du côlon et de rechercher toutes les anomalies. Cet examen est aussi désigné colonographie par TDM.
  • Sigmoïdoscopie : Un sigmoïdoscope (un tube mince muni d'une lumière) permet d'explorer visuellement les parois du rectum et du côlon inférieur, aussi appelé le sigmoïde. Le sigmoïdoscope sert à repérer toutes les anomalies, notamment les polypes et les cancers.
  • Lavement baryté : Un mélange de baryum et d'eau est injecté dans le rectum et le côlon, elle permet aux médecins d'effectuer des clichés radiographiques pour diagnostiquer d'éventuelles cellules cancéreuses ou d'autres complications.

Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2016 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens