Page d'accueil
Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Soins de santé au Canada

Abus de substances

(Toxicomanie, Dépendance)

Description

Les problèmes d'abus de substances sont des affections médicales. Il s'agit en fait de l'emploi d'une substance d'une manière qui :

  • nuit aux relations personnelles entre la personne et sa famille ou ses amis;
  • perturbe les capacités de la personne à s'acquitter de ses obligations au travail, à l'école et au sein de la famille;
  • entraîne des problèmes de nature juridique et des comportements dangereux.

L'abus de substances (alcool, médicament ou drogue illicite) peut aussi vouloir dire faire usage d'une substance ou la consommer en quantité sans cesse croissante, prendre tous les moyens pour se procurer la substance, ressentir des symptômes de sevrage lors de l'arrêt de sa consommation ou être incapable de cesser d'en faire usage ou de réduire la quantité employée.

Les neurodépresseurs (par ex. l'alcool, les barbituriques, les benzodiazépines), les stimulants (par ex. les amphétamines, la cocaïne, le MDMA [ecstasy]), les hallucinogènes (par ex. le LSD) et les narcotiques (par ex. la codéine, l'héroïne et la morphine) sont les exemples les plus fréquents de substances d'abus. Les stéroïdes anabolisants sont parfois pris de façon abusive pour améliorer les performances athlétiques.

Les problèmes d'abus de substances sont des problèmes médicaux très complexes. Comme ils touchent le cerveau, il ne s'agit pas seulement de problèmes de volonté. Il y a beaucoup de sentiments négatifs associés aux problèmes d'abus de substances et les professionnels de la santé préfèrent ne pas employer les termes comme « addiction », « drogué » ou « toxicomanie ». Ils parlent plutôt de « problèmes d'abus de substances » et de « personnes ayant des problèmes d'abus de substances ».

Causes

Presque toutes les substances associées à des problèmes de dépendance affectent un mécanisme de récompense dans le cerveau. La dopamine est le messager chimique principal qui assure le mécanisme de récompense du cerveau. Chaque fois que la personne fait usage de la substance, elle éprouve une sensation de bien-être, ce qui la pousse à vouloir recourir à cette substance de nouveau. Avec le temps, des changements se produisent dans le cerveau (par ex. une diminution de la production de dopamine) et les effets agréables de la substance sont réduits; de plus grandes quantités de la substance sont alors nécessaires pour obtenir la même sensation.

Les causes de l'abus de substances ne sont pas claires, bien que les facteurs susceptibles de jouer un rôle soient nombreux. L'hérédité (les gènes) semble jouer un rôle, car le risque de subir un problème d'abus de substance est plus élevé pour les personnes qui ont dans leur famille d'autres personnes avec le même problème. L'environnement de la personne, comme l'école, le travail de même que les amis, les membres de la famille, les croyances culturelles et religieuses peuvent également avoir un effet sur les problèmes d'abus de substances.

D'autres troubles mentaux comme l'anxiété et la dépression peuvent également jouer un rôle. La prise de substances peut également commencer à un moment où les personnes essaient de composer avec des sentiments et des émotions désagréables (par ex. la colère, le stress, la tristesse). Les personnes qui sont sujettes à la discrimination peuvent également courir un risque accru d'abus de substances.





Symptômes et Complications

On devient dépendant d'une substance physiquement; psychologiquement ou les deux à la fois.

La dépendance physique implique le développement d'une tolérance à une substance. Cela signifie que l'organisme nécessite des quantités de plus en plus importantes de la substance pour obtenir le même effet qu'elle avait initialement. L'arrêt de la prise de la substance déclenche des symptômes d'état de manque qui comprennent des tremblements, des maux de tête et de la diarrhée. L'arrêt d'une substance peut même s'avérer dangereux pour la vie de la personne. Des problèmes d'ordre mental ou psychologique, comme la dépression et l'anxiété, peuvent également apparaître lors du sevrage.

Certaines personnes peuvent être physiquement dépendantes d'une substance sans que le facteur psychologique (la toxicomanie) intervienne, en particulier lorsque la substance est utilisée dans le cadre d'une affection médicale valable.

La dépendance psychologique est un sentiment selon lequel la substance est nécessaire au bien-être et au fonctionnement de la personne. Ces personnes éprouvent souvent un besoin maladif de la substance toxicomanogène, au point de se donner le plus grand mal pour se la procurer et soulager leur manque. Les substances susceptibles de créer une dépendance psychologique agissent sur le cerveau et produisent un ou plusieurs des effets suivants :

  • des changements d'humeur (par ex. l'euphorie);
  • une diminution de l'anxiété;
  • des effets sur les sens (par ex. la vision, l'ouïe, etc.);
  • le sentiment d'être doté d'habilités supérieures.

Les complications liées à la toxicomanie ne manquent pas. La substance peut provoquer des problèmes physiques tels qu'une maladie du foie, des poumons, une maladie cardiaque, des carences vitaminiques et des lésions cérébrales. Certaines substances sont à l'origine d'anomalies congénitales tandis que d'autres peuvent endommager le système immunitaire et augmenter ainsi le risque d'infections.

Les personnes qui prennent des amphétamines risquent de présenter des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des problèmes d'anxiété grave et de paranoïa. Les hallucinogènes, parce qu'ils déforment la réalité, peuvent rendre les personnes temporairement psychotiques ou leur faire essayer des choses impossibles à réaliser, comme voler, par exemple. Des affections comme le sida ou l'hépatite, qui se transmettent par l'intermédiaire de seringues souillées partagées, constituent une autre conséquence possible de l'abus de substances. Les surdoses de certaines substances peuvent même provoquer la mort.

L'abus de substances peut également générer des conséquences sociales et en affectant le travail, la famille et les relations interpersonnelles. Les personnes qui négligent leur famille génèrent des problèmes sociaux pour leur conjoint et leurs enfants. Elles peuvent aller jusqu'à commettre des actes criminels, notamment, voler pour les besoins de leur consommation personnelle. La conduite automobile sous influence de substances peut entraîner la mort ou des blessures à soi ou aux autres. Les substances risquent d'altérer la perception de la réalité et de provoquer l'apathie au travail ou à l'école. Une femme enceinte ayant un problème d'abus de substances peut générer une dépendance de son fœtus à la substance qu'elle consomme.

Outil de reconnaissance des symptômes de la dépression

Cet outil de reconnaissance des symptômes de la dépression peut accroître vos connaissances sur la dépression. Utilisez-le pour dresser la liste de vos symptômes et évaluer leurs répercussions sur votre vie au quotidien. Cette liste de vérification est divisée en 6 catégories de symptômes associés à la dépression. Vous pouvez aussi en apprendre davantage sur les symptômes de la dépression en cliquant ici.

Pour chaque énoncé, choisissez un numéro de 0 à 4 décrivant les répercussions de la dépression sur votre vie au quotidien, où 4 représente les répercussions les plus importantes et 0 aucune répercussion :

  • 0 = aucune répercussion sur votre vie au quotidien/aucun symptôme
  • 1 = légères répercussions sur votre vie au quotidien
  • 2 = répercussions modérées sur votre vie au quotidien
  • 3 = graves répercussions sur votre vie au quotidien
  • 4 = répercussions invalidantes sur votre vie au quotidien

Il est important de ne pas perdre de vue qu'il ne s'agit pas d'un « pointage », mais d'un moyen de vous aider à indiquer à quel point, d'après vous, ce symptôme nuit à votre vie au quotidien. Lorsque vous aurez terminé, vous pourrez imprimer vos résultats et les communiquer à votre médecin. Utilisez le guide de discussion avec le médecin pour préparer votre visite chez le médecin.

Cotez les symptômes suivants selon leurs répercussions sur votre vie.

1. Émotions

À noter : La dépression peut toucher n'importe qui à n'importe quel âge, bien qu'elle survienne le plus souvent chez les personnes de 15 à 45 ans.

0
1
2
3
4
Non
Léger
Modéré
Important
Invalidant
0
1
2
3
4
Non
Léger
Modéré
Important
Invalidant
0
1
2
3
4
Non
Léger
Modéré
Important
Invalidant
0
1
2
3
4
Non
Léger
Modéré
Important
Invalidant

Cet outil a été réalisé à partir de et avec l’autorisation de www.ladepressionfaitmal.ca.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2014 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens

asdfasdfsadf