Nous engraissons. Les statistiques canadiennes révèlent que le taux d'obésité de la population adulte a doublé, tandis que celui des enfants a triplé. Cet excès de poids cause une foule de problèmes de santé graves, notamment une pression artérielle élevée, de l'arthrose, des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type 2, des problèmes respiratoires et certains cancers.

L'industrie de la perte de poids croît au même rythme que notre tour de taille collectif. Aux États-Unis seulement, on estime que les Américains dépensent 55 milliards de dollars par an pour des produits comme les pilules amaigrissantes, les substituts de repas, les repas faibles en calories, les édulcorants artificiels, les sodas hypocaloriques et les programmes de perte de poids supervisés par du personnel médical. Il ne semble pas se passer un mois sans que nous soyons bombardés de nouvelles annonces d'aides à la perte de poids.

La dernière tendance est un engouement pour le hoodia gordonii, une plante grasse qui pousse dans le désert du Kalahari. On le consomme traditionnellement pour couper l'appétit. Il y a une dizaine d'années, le comité sud-africain pour la recherche scientifique et industrielle a breveté un ingrédient de cette plante censé freiner l'appétit, le P57 dont l'entreprise britannique Phytofarm a acquis les droits d'exploitation. Phytofarm a revendu ses droits à Pfizer qui a entrepris des recherches qu'elle a interrompues quelques années plus tard.

Unilever (le fabricant de Slim-Fast) détient actuellement les droits de commercialisation du hoodia, mais d'innombrables fournisseurs vendent « le cactus miracle » dans les magasins d'aliments naturels et en ligne. Bien que les vendeurs affirment que la prise de hoodia mène à une perte de poids rapide, les spécialistes de la santé sont moins enthousiastes qu'eux, car aucune recherche concluante n'a prouvé que le hoodia coupait efficacement l'appétit. Une petite étude (financée par une entreprise de suppléments alimentaires) a révélé que le hoodia pourrait agir sur la partie du cerveau qui régule l'appétit, mais il faudrait mener des recherches beaucoup plus approfondies pour confirmer ses effets.

Avant d'employer du hoodia, ou tout autre produit pour perdre du poids, lisez attentivement les étiquettes et consultez votre médecin. Sachez que les suppléments alimentaires n'ont pas à respecter les normes strictes imposées aux médicaments délivrés avec ou sans ordonnance ; les personnes qui les fabriquent et les vendent ont donc la possibilité de formuler des arguments sur l'efficacité d'un produit en se basant sur des recherches insuffisantes ou douteuses. En outre, en l'absence de réglementation et de normalisation, la quantité de l'ingrédient recherché peut varier grandement d'un flacon à l'autre.

Par conséquent, plutôt que de dépenser votre argent si durement gagné sur des produits dont les bienfaits revendiqués sont souvent trop beaux pour être vrais, privilégiez une stratégie éprouvée, graduelle et sans danger qui vise l'activité physique alliée à une alimentation saine comportant des grains entiers, des fruits et des légumes frais.

 
Jaclyn Law, 
en collaboration avec l'équipe clinique de MediResource  
[traduction]